Le complot des sacs en plastique blanc

Paris. Un mec d’une voix pressante me dit « hé m’sieur, m’sieur ! ». Je sens déjà l’embrouille, je me tourne quand même vers lui parce que je suis bien élevé, peut-être, mais en m’attendant à ce qu’il me demande une cigarette ou de l’argent, et en me préparant à refuser. Sous un bras il porte un grand sac en plastique blanc sale. Il me tend l’autre en désignant le sol : « Eh, il est tombé par terre… votre sourire ! ». Mes yeux ont suivi son index, le type est écroulé de rire, et d’un air mauvais il me dit : « Ha ! il a regardé ! Comme un con ! ». Le mot « con » est dit de manière particulièrement sonore et appuyée. Il rit en continuant de marcher d’un bon pas. Il n’y avait que lui et moi dans le périmètre. J’ai haussé les épaules d’incompréhension, mais j’aurais bien voulu le rattraper, lui demander pourquoi il avait eu besoin de me dire ça, d’être agressif.

sac_dans_la_fnac

Une demi-heure plus tard, je suis à la Fnac. Ma fille aimerait avoir une compilation de Jacques Brel, et je compare les titres présents sur celles qui sont dans le rayon. De manière incompréhensible, aucune ne semble avoir Mathilde, qui une de mes chansons préférées. Je lis, je relis, j’essaie de me concentrer et de deviner les titres à demi recouverts par l’étiquette du prix. Subitement, je reçois un coup de sac en plastique — encore un sac en plastique blanc et sale, dont j’ignore le contenu — dans la main, qui fait voler les boîtiers de cd en l’air. Je me tourne, et je vois un type plutôt petit, mésomorphe, poilu, suant, qui me regarde d’un air de défi haineux et continue d’agiter son sac en me frôlant et en dansant sur ce qui passait dans le rayon, à savoir une chanson de Benjamin Biolay, sans doute de son dernier album. Je ramasse les Cds en restant sur mes gardes, et en disant quelque chose comme « Ça va pas bien ? ». Aucune réponse, il continue de me regarder en balançant son sac et en dansant, mais il recule. Je signale à deux vendeurs qui se trouvent tout près mais qu’il y a quelqu’un de bizarre dans leur rayon. Ils n’avaient rien vu. Ils le scrutent, en me disant « ah oui il a l’air… ». Et je les laisse avec le problème, bien réveillé par l’adrénaline.

Qu’est-ce qu’il y a dans l’air aujourd’hui ? Est-ce qu’on est dans une période d’éruptions solaires qui rend les fous méchants ? Est-ce qu’il y a de perturbateurs endocriniens dans les vieux sacs blancs en plastique qui rendent agressifs ?
Je comprends pas. Ou bien c’est moi qui ne vais pas assez souvent à Paris ces temps-ci ? J’ai perdu ma vigilance ? Il y a quand même beaucoup de gens qui ne vont pas très bien.

Une réflexion sur « Le complot des sacs en plastique blanc »

  1. Mon hypothèse: (je suis expert sur BFMTV) c’est la future interdiction des sacs en plastique qui rendent les saccuplastikophile (collectionneurs de sacs plastique) furieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.