Profitez-en, après celui là c'est fini

Mon site Favor’i

décembre 14th, 2008 Posted in Les pros

Ainsi donc j’aurais élu Voyages-sncf.com mon site favori de l’année 2008 et je ne le savais pas ? Je l’aurais préféré (au hasard) à Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même), ou aux blogs d’Éric Chevillard et de Normand Baillargeon ? Et tout ça à mon insu ? Je dois admettre que je suis un peu surpris de mon choix1 .

Quand j’ai reçu cet e-mail que m’adresse une dénommée Rachel Picard, directrice générale du site sncf-voyages, j’ai bien ri et j’ai tout de suite pensé à Étienne, grand consommateur de trajets ferroviaires, qui a rédigé pour son blog moult billets indignés par la déliquescence de ce grand service public que fut la Société Nationale des Chemins de Fer français et par ce qui est sans doute sa plus laide verrue, à savoir le site scnf-voyages point com.
Ce qui est amusant c’est que tous les usagers de ce site semblent avoir reçu ce spam, à l’exception d’Étienne, justement. Une telle omission laisse supposer que ses articles rageurs ont été lus, il en est donc quitte pour une demi-victoire !

Ce site mal conçu et malotru2 qui affiche des publicités pendant qu’il prépare une réservation (au risque qu’une publicité flash mal fichue fasse planter le navigateur en plein milieu d’une commande), qui n’a plus de place dans le train pour les gens qui ont la carte « Famille nombreuse » mais qui brade, dans le même train, les premières classes pour les autres… Ce site est mon site préféré ?

Dans ma gare, on ne peut plus acheter de billets grandes lignes, c’est fini, le guichet a été fermé, il faut se rendre sur voyages-sncf, tenter de trouver, entre les publicités envahissantes et les sollicitations non-sollicitées (il est beau mon avion, voulez-vous mon hôtel,…), à quel endroit on peut commander son billet. Est-ce que c’est plus rapide et plus efficace qu’avec un minitel ? La seule chose que je trouve bien faite personnellement, c’est l’envoi des billets par la poste.
Je vous renvoie à l’analyse d’Étienne Mineur et aux comparaisons peu flatteuses qu’il fait avec les sites homologues d’autres pays.

Cependant, Mme Picard se trompe un peu, son site n’est pas le favori des internautes en 2008, c’est en réalité le «.Favor’i.» (marque déposée). Si j’ai bien compris, les «.Favor’i.» sont des médailles en chocolat que s’auto-distribuent les adhérents à la Fédération du e-commerce et de la vente à distance en prenant pour prétexte un échantillon représentatif d’internautes à qui une liste de sites web est soumise.

Ce que j’admire avec la communication — communication au sens le plus pouacre —, c’est ce culot, cet art de sublimer le minable, de s’en faire des décorations et de le fêter au champagne. C’est fascinant, c’est beau et terrible comme un scorpion qui se suicide, par un réflexe malheureux, en perçant sa tête avec son propre dard.
Je me comprends3 .

  1. Je ne peux pas m’empêcher de penser à cette page de L’encyclopédie des bébés
    de Daniel Goossens où un nourrisson vient voir l’épicière qui lui a vendu des céréales sur lesquelles était écrit « votre petit déjeuner préféré » et qui s’émeut : « mais comment avez-vous su que c’était mon petit déjeuner préféré ? » []
  2. oui je viens d’inventer un concept. Le site malotru. Le site grossier. Le site crevard. Le site qui vous enlèverait sans doute un rein pour le revendre si c’était légal et techniquement possible. []
  3. il est 3:00 du matin, ça explique ce genre de grandiloquences []
  1. 60 Responses to “Mon site Favor’i”

  2. By Wood on Déc 14, 2008

    Et on s’étonne que les gens aient envie de saboter les caténaires, après ça !

  3. By martine on Déc 14, 2008

    Ce qui est dommage, c’est que tu ne critiques pas, pour une amélioration du service au public. Mais que tu tiennes seulement un discour, purement formaté et politique, anti-pub.

  4. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Je ne vais pas faire un long billet sur le service public, mais ça me semble induit : c’est le décalage entre ce service autrefois formidable qu’était la SNCF et ce site, ces pratiques et cette pub d’un culot incroyable qui m’exaspèrent et me désespèrent. Si la SNCF avait de quoi se vanter, cet e-mail ne m’aurait pas fait rire ou pleurer, il aurait été légitime.
    Maintenant, comment améliorer la SNCF ? Difficile, nous sommes sur une pente glissante depuis que nos dirigeants utilisent la communauté européenne et la (légitime) ouverture des services à la concurrence pour démanteler les services publics. Le cas de la SNCF est dramatique : séparer cette société entre une boite commerciale agressive et rentable (la SNCF, sur le chemin d’une privatisation totale) et une société publique surendettée(réseaux ferrés de France, qui hérite des rails et de la dette), c’était dès le départ le moyen de détruire la qualité du service… Tout en permettant que cela rapporte à des personnes en petit nombre, au détriment des employés et des usagers. Voilà, je n’aurais rien de très constructif à proposer qui n’implique pas l’utilisation d’une machine à remonter le temps.

  5. By Hobopok on Déc 14, 2008

    En tout cas la rage sied à ravir au Dernier blog. Quelle belle littérature, ça me change des cours de Processing… J’en retiens notamment l’adjectif « pouacre » tout à fait croquignolet !

  6. By martine on Déc 14, 2008

    Voilà bien longtemps que le personnel de la sncf maltraite et prend en otage les usagers. De bien avant « la privatisation ». C’est dommage, pour vous, de vous en apercevoir que depuis cette « privatisation ».L’intérêt des usagers ne semble vous interesser que quand cela cadre avec un message politique convenu. Je dois dire que sa sincérité perd ainsi beaucoup de crédibilté.

  7. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Je ne suis pas un adepte du service public nationalisé, pas plus qu’un dogmatique du secteur privé… Tout peut exister, mais la question est de voir ce qu’une mutation implique. Ici on passe d’une SNCF assez exemplaire, dont les employés vivaient leur engagement comme quelque chose de quasi religieux, avec un esprit de corps puissant – la SNCF jusqu’au milieu des années 1980 disons (moment où le processus de privatisation a été engagé) – à une SNCF qui mise sur le contrôleur inamical et sur la vente plus que sur la qualité de service. Je n’en accuse pas la privatisation mais la manière dont s’est déroulée cette privatisation et les raisons qui l’ont motivée. Pareil avec la poste d’ailleurs : le courrier met plus de temps à arriver qu’il y a vingt ans et il arrive dans un état de plus en plus lamentable ! Tous les prix montent, le service se délite et se déshumanise… Parce que la manière dont ça se déroule est un traumatisme pour les employés (écoutez-les, c’est édifiant, ils connaissent parfaitement les raisons pour lesquelles quelque chose qui pourrait marcher ne marche plus mais ils ne sont pas écoutés). Je sais juste qu’à une certaine époque, les trains arrivaient à l’heure, que c’était l’honneur des cheminots de faire en sorte que ça soit le cas, que les guichetiers manipulaient leurs énormes horaires pour trouver, cinq minutes avant le train, les correspondances jusqu’à Irkousk. Quelle qu’en soit la raison, quelque chose s’est perdu alors que la technologie est réputée avoir progressé. Seulement quand on utilise la technologie comme moyen de supprimer de l’humain, on gagne de l’argent et on perd en humanité, en respect, en bonne intelligence.
    Ceux qui se rebellent n’agissent pas forcément au mieux, ils ne se rendent pas toujours compte qu’on ne peut pas espérer de l’aide des citoyens en les utilisant comme moyen de chantage contre les dirigeants. Parce que tout le monde a la vie dure et qu’une grève qui rend la vie encore plus dure n’a rien de sympathique à ses victimes (qui elles n’ont pas ce genre de moyens). Mais ce n’est pas parce que certains se trompent dans leur combat (ou que les médias brouillent ou caricaturent sciemment leur message car il y a ça aussi) que l’on ne peut pas faire un constat simple : le processus actuel, quelle que soit sa nature, fait baisser la qualité de certains services. Les Français ont financé le développement de la SNCF et de la Poste pendant soixante-dix ans pour offrir ces deux services à des pools d’actionnaires ? Et il faudrait trouver ça bien par dogmatisme anti-étatique ? C’est gentil et ça facilite le travail de ceux qui vous plument et vous tondent, mais est-ce votre intérêt ?

  8. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Je ne sais pas pourquoi « pouacre » est si rare… Peut-être qu’il ne passe pas bien à l’oral (je crois que je ne l’ai jamais dit ou entendu, juste lu et écrit). Pourtant c’est un mot qui, rien que par sa sonorité, semble dire ce dont il cause.

  9. By martine on Déc 14, 2008

    les problémes que j’ai, comme usager, avec la sncf n’ont rien a voir avec les pools d’actionnaires. Il faut arréter de vouloir me manipuler en exploitant mes problémes à des fins politiques. Si on doit parler politique, pour moi la mauvaise qualité du service public est une conséquence de l’utilisation, par les syndicats, de la sncf, comme pouvoir de nuisance sociale pour des raisons politiques.

  10. By Jean-no on Déc 14, 2008

    La situation d’une grosse boite comme la SNCF ne s’explique pas par la désignation de coupables (syndicats, usagers, actionnaires, politiques,…) mais par une histoire, un récit. Récit qui est mécaniquement orienté par les intérêts ou les réflexes de ses protagonistes. Ne croyez pas que grand monde maîtrise ce qui se passe ici, que grand monde ait une marge de manoeuvre véritable.
    Les syndicats excèdent souvent le public parce que ce dernier est dressé à les détester par les médias. Pour moi ils sont détestables pour une autre raison, qui est l’étendue de leur pouvoir sur les caisses sociales et la manière dont ils ne gèrent celles-ci qu’au bénéfice des grandes entreprises. En effet la grande entreprise est le terrain d’entente historique des grands capitalistes et des syndicats d’origine plus ou moins marxiste. Comme Marx, les syndicalistes haïssent « les petits » (commerçants, artisans, indépendants) et pour des raisons logiques, les grosses boites ne cherchent qu’à écraser les petites boites. Et tout le monde s’entend à maintenir la France dans un état où la frontière entre le patron et l’employé reste la plus imperméable possible. En ce sens ils sont politiques même si aucun syndicat influent n’a plus de liens directs avec aucun parti politique. Mais la politique, au fait, ce n’est pas sale, c’est tout ce qu’on peut attendre des syndicats ! J’ai peur que vous confondiez « politique » et « dogmatisme ». La dialectique que vous utilisez (otages, nuisance), montre bien que vous avez intégré un dogmatisme précis, celui qui se fait passer pour « naturel », celui du libéralisme anti-liberté autoritaire. Eh bien je dis : bof.
    Ce que je vois, c’est que le site SNCF-Voyages profite de son monopole pour m’infliger des pubs de voiture (dont certaines recouvrent parfois toute l’interface) lorsque j’y passe commande. Je doute que les syndicats y soient pour quelque chose.

  11. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Note: c’est amusant comme conversation car je n’ai jamais fait grève de mon existence, je suis un petit patron, je travaille aussi dans le public mais je ne suis absolument pas fonctionnaire et je suis le premier à pester quand il y a une grève SNCF. Par ailleurs j’ai effectué mon service dans un ministère et j’y ai vu un degré de laisser-aller inimaginable (enfin j’ai aussi vu le cas de grosses sociétés du cac40 comme B*, A* et T* qui souffraient du même genre de dépression), dû notamment (c’est mon analyse en tout cas) à une perte de sens (de fierté) de la mission.
    Pour autant je suis juste observateur: plus la SNCF et la Poste se privatisent et moins le service fonctionne. Peut-être que ce n’est qu’une transition mais elle dure depuis vingt ans et on atteint un niveau assez critique.

  12. By Wood on Déc 14, 2008

    Note que ce laisser-aller dans les ministères était déjà caricaturé par Courteline en 1893 dans « Messieurs les Ronds-de-cuir », ce qui laisse à penser que ce n’est pas un phénomène nouveau.

  13. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Sans doute que non. Il faut dire que le système est pervers : les gens sont recrutés sous un ministre, mais une fois le ministre parti, ils restent et il faut les neutraliser ou les placard-iser. Quand aux employés qui ne sont pas recrutés à un niveau politique ou pas trop, ils sont neutralisés aussi mais par la politique très spéciale de promotion interne. Du genre le menuisier devient réparateur d’ordinateurs après une petite formation mais sans la moindre vocation, plus ou moins contre son gré d’ailleurs, et donc sans que ça serve à quoi que ce soit : ça fait un menuisier en moins et un réparateur incapable en plus.
    Attention, beaucoup travaillent, mais souvent sans le moindre souci d’efficacité et dans une ambiance de fin du monde particulièrement déprimante. Je revois encore (cent ans précisément après Courteline) Douste-Blazy, jeune sous-ministre à la santé de Balladur qui venait de quitter la fabrique de cierges familiale à Lourdes et qui parcourait les couloirs dans l’espoir de serrer des mains de fonctionnaires… Il me rappelait la chanson d’Henri Salvador « petit lapin ne vas pas à Paris ».

  14. By martine on Déc 14, 2008

    Tu as encore repris ton ton de prof pour te protéger. Je suis pas ton étudiant, alors tes analyses à deux sous,sur ma dialectique, tu les gardes pour toi. T’es vraiment mal placé pour prétendre à un quelconque recul intellectuel.
    La condescendance d’un contractuel ne m’impressionne pas et est complétement grotesque.

  15. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Je te livre mon avis et accessoirement mon expérience, je n’ai que ça sous la main – la plus jolie fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a comme on dit.
    Si tu y lis de la condescendance, je n’y peux rien. Quand on utilise un certain vocabulaire on trahit souvent sa culture politique, c’est tout. Cela t’embête d’être réduit à une opinion dont tu comprends peut-être confusément qu’elle n’est pas la tienne ? (ou dont tu comprends que c’est comme ça que je la considère en tout cas). Dis-toi que ce n’est pas grave, on meurt tous à la fin.

  16. By martine on Déc 14, 2008

    T’es un technicien, pas un psy. Alors arrétes ta posture. Tu es ridicule.

  17. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Ah ça y est, j’ai compris ! J’hérite du Marc qui a été viré de chez Étienne? Damned! Je veux bien discuter mais je ne suis pas très intéressé par la polémique et par les rancoeurs sourdes de gens dont je ne sais rien, qui avancent sous pseudonyme et qui pensent tout savoir à mon sujet. À mon sujet justement… Je suis un technicien : oui, certainement. C’est sale ? Je ne suis pas un psy : oui, aussi, et je ne vois pas quand j’ai prétendu le contraire. Analyser le champ lexical d’un discours n’a rien de psychologique. Si je vois quelqu’un qui parle uniquement biélorusse, j’en déduirais qu’il est issu d’une culture biélorusse ou très lié à cette culture. Eh bien quelqu’un qui utilise uniquement des mots sortis de la bouche de Jean-Pierre Pernaud, j’en déduis qu’il regarde TF1.

  18. By martine on Déc 14, 2008

    Amen

  19. By martine on Déc 14, 2008

    @ Jean-no.

    Je te cite: »Cela t’embête d’être réduis à une opinion dont tu comprends, peut-être,confusément, qu’elle n’est pas la tienne? »

    Est-ce que, peut-être, confusément, quelques fois, tu comprends ce que tu écris?

  20. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Tu me lis après m’avoir répondu ?
    Tu devrais copier-coller, tu ajoutes des fautes d’orthographe et de ponctuation aux phrases que tu cites ! Je ne te dis pas ça par condescendance, mais c’est gros, non ?
    Ma phrase d’origine était : « Cela t’embête d’être réduit à une opinion dont tu comprends peut-être confusément qu’elle n’est pas la tienne ? « .
    Je ne prétends pas avoir un style formidable ou très léger, mais a priori c’était du bon français. Qu’est-ce que tu ne comprends pas ?

  21. By martine on Déc 14, 2008

    Evaluer mon état d’esprit (« t’embête ») sur une opinion. Alors que tu penses que pour moi-même c’est: « peut-être et confusément »!

    Je comprends trés bien que tu es dépassé quand tu sors de tes techniques. Tu devrais l’accepter.

    NB: j’ai dépassé le niveau de la simple opinion.

  22. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Personne ne dépasse le niveau de la simple opinion, mais on n’est pas toujours si original et si informé qu’on le pense. Personnellement, quand j’utilise le mot « peut-être », ça signifie que je ne sais pas mais que je suppose.
    Dis, tu ne trouves pas rigolo (ou angoissant) qu’il soit si facile de t’identifier quel que soit le pseudo que tu te donnes ? Tu devrais faire un effort sur le fond et sur la forme (je comprends que tu es dépassé… hrem) si tu ne veux pas qu’on t’accuse de penser en boucle.

  23. By martine on Déc 14, 2008

    Parce le sujet SNCF que tu as choisi est nouveau? Tu ne t’en rends pas compte, mais tu es dans le même trip depuis combien de temps? Etudes, prof. Toujours le même univers! Ca fait combien de temps que tu lis le même Charlie Hebdo.

    Désolé pour le fond et la forme. Mais tout cela ne vaut pas beaucoup d’efforts! Et est presque totalement inconséquent. Je ne me
    relis jamais ici.

    PC: Marie george Buffet a été réelue. Et il se pose la question de la modernisation.

  24. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Tu sais, Marie-Georges Buffet n’a jamais vraiment été mon problème. Ni le PC, ni le PS, ni personne. Je n’ai pas de trip, ou du moins pas celui-là, je réagis à une situation qui existe et qui ne cesse pas, et à un mail comique qui me la rappelle.
    En tant que prof je m’intéresse à l’enseignement et aux étudiants, c’est normal non ? Mais si ça te rassure je ne m’intéresse pas qu’à ça.
    Je vois que tu ne fais pas beaucoup d’efforts, effectivement, mais pourquoi te forces-tu à tenter de convaincre, toujours au bluff, que tu as quelque chose à raconter ?

  25. By martine on Déc 14, 2008

    Je teste un professeur contractuel d’une « université d’art ».

    Le bluff ne se construit pas sur l’ignorance. Si?

  26. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Je serai moins patient que d’autres tu sais… Les pénibles vaseux, je ne vois pas l’intérêt. Get a life !

  27. By martine on Déc 14, 2008

    T’es pas à l’aise quand c’est plus ton univers ?

  28. By Jean-no on Déc 14, 2008

    Mais de quoi tu parles ? C’est quoi mon univers à ton avis ? Qu’est-ce que tu en sais ??? Et quand à tes habituels « j’ai tout vu, j’ai tout fait, j’ai le nobel d’économie, je suis un self made man, vous pouvez pas savoir ce que ça fait mal de devoir virer 10000 employés », ils m’amusent parce que je t’imagine bien différent de ça. Je vois quelqu’un qui n’as pas fait grand chose de son temps et qui en veut à la terre entière : méchants profs, méchants syndicats, méchants artistes, méchants écolos…

  29. By martine on Déc 14, 2008

    Je ne suis pas contractuel. Et je n’ai pas besoin d’être politiquement correct pour renouveller mon contrat.!

  30. By Jean-no on Déc 14, 2008

    On ne m’a jamais rien demandé politiquement parlant pour renouveler mon contrat. On s’est intéressé à mes compétences et à mon expérience, mais c’est tout. Qu’est-ce que tu t’imagines ?

  31. By david t on Déc 15, 2008

    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dialectique_éristique

  32. By Jean-no on Déc 15, 2008

    cf. Schopenhauer, Arthur, Les trolls, MIT Press, 1830.

  33. By martine on Déc 15, 2008

    Jean no;

    Pour le commun des hommes, leur intellect est simplement le médium de leur motif (motivation) et rien d’autre; en devenant le miroir du monde il accéde à la génialité qui exige qu’il soit fait abstraction de « soi ».

    Schopenhauer.

  34. By Gertrude on Déc 17, 2008

    C’est fascinant, cette capacité de l’être humain à détester une chose et à y revenir, encore, toujours, à s’obstiner, à s’en imprégner et insister.

    D’autres l’ont exprimé mieux que moi en images :
    http://www.obion.fr/public/notes/deme.jpg

  35. By Jean-no on Déc 17, 2008

    La détestation est apparemment un sentiment assez plaisant, c’est étrange en effet. Je n’ai jamais trop compris, au passage, pourquoi les blogueurs bd en prenaient tant dans la figure en commentaires (bien plus que d’autres blogueurs me semble). Il y en a qui craquent complètement face aux efforts pour « faire mal » que certains courageux anonymes déploient. Je vois dans cette attitude une forme de jalousie, les gens qui « n’existent pas » en veulent à ceux qui « existent ». Bah.

  36. By Gertrude on Déc 17, 2008

    C’est bien cerné :)

  37. By martine on Déc 17, 2008

    Whao! Ca, c’est de l’analyse psychologique! Rien à voir avec les cartomanciennes qui, elles, ont de l’imagination et de la méthode.

    Ce que tu dis sur les blogeurs BD est assez juste. Ce sont souvent des collectionneurs: BD, vieux films, pochettes de disques, jeux etc…Ils pantoufflent dans le confort mental de la répétion. Parfois ils font l’erreur d’ouvrir une fenêtre sur le monde des adultes. Ca peut être dur. Mais quelle idée de vouloir sortir de leur cocon!
    Oui, biensur ils veulent exister en dehors de leurs vieillerie, de leurs petites routines gentillette de retraités prématurés. Et ils font un blog ou ils racontent leur vie. Personne ne les jalouse! Qui voudrait d’une vie si peu ambitieuse? Non, ils ne sont seulement pas à la hauteur.

    T’as pas une idée de prévention pour protéger ces gentils et fragiles collectionneurs?

  38. By Jean-no on Déc 17, 2008

    Les blogueurs bd ne sont pas nécessairement des collectionneurs!? Comprends pas trop ce que tu veux dire.

  39. By martine on Déc 17, 2008

    C’est un terme, dans une autre vie: une catégorie sociale.

    Imagine un collectionneur de timbres avec une loupe. Qui a tout oublié sauf ses timbres. Ou un collectionneur de trains électriques qui ne vit que pour l’achat d’un nouveau wagon. Une fuite!

  40. By Jean-no on Déc 18, 2008

    Les blogueurs bd dont je parle font de la bande dessinée. Les collectionneurs, je connais bien, mon frère tient une boutique de collection de bd et de cinéma à Paris. Il y a quelques cas cliniques dans sa clientèle sans doute, mais certainement pas que. Il y a aussi des gens qui aiment lire et retrouver des sensations oubliées comme celle d’avoir en mains le numéro de « Strange » qui leur a fait découvrir les comics. Quel mal à ça ?

  41. By martine on Déc 18, 2008

    La chauve souris qui hiberne dans sa grotte est respectables. Mais qu’elle ne reproche pas au soleil son mal aux yeux quand elle sort. Et qu’elle ne se fasse pas passer pour un ange. C’est un animal trés cruel pour les plus faibles qu’elle, les insectes.

  42. By Jean-no on Déc 18, 2008

    Dis-donc, tu commences tôt le calva toi !

  43. By david t on Déc 18, 2008

    il y a aussi que pour un auteur, le blogue personnel, c’est un peu l’annexe de l’atelier, un lieu quasiment intime où on ne se conduit pas n’importe comment.

    arriver là avec ses gros sabots, cracher sur tout ce qui s’y trouve, et après ça chialer lorsqu’on «brime» la liberté d’expression du pauvre petit malotru anonyme, c’est faire preuve de rien d’autre qu’un manque patent de savoir-vivre. on ne s’étonnera pas que beaucoup coupent le fil des commentaires, précisément pour cette raison. et alors c’est la porte de l’atelier qui demeure fermée, le site devient une simple vitrine sans vie et c’est dommage.

    pour ce qui est de mon blogue, je laisse les commentaires ouverts mais j’avoue que je n’hésite pas à effacer les commentaires désobligeants, façon de foutre à la porte les mécontents qui n’ont, de toute manière, rien à faire chez moi. je ferais la même chose si un crétin s’invitait dans mon salon pour y débiter des âneries. la liberté d’expression, ça se mérite. internet est grand, allez brailler ailleurs.

    libre aux mécontents de lancer leur propre blogue où ils émettront toutes les opinions qu’ils veulent. quant à voir s’ils réussiront à attirer des lecteurs à force de bile et de mauvaise foi… il y a sans doute pour certains nuisibles impossibilité de rejoindre un public d’une intelligence minimale sans s’associer à un blogue déjà bien établi, bref en sapant un travail bien fait; appelons-les donc les parasites, c’est le terme qui les désigne le mieux, il me semble.

  44. By Jean-no on Déc 18, 2008

    Exactement, un blog, c’est un chez soi. On en montre ce qu’on veut, on invite qui on veut et, mazette, on chasse les fâcheux que l’on veut. Peut-être qu’il faut avoir le sien pour bien le comprendre.

  45. By martine on Déc 19, 2008

    Il y a aussi que pour l’entrepreneur, l’entreprise, c’est un peu l’annexe de sa maison, un lien quasiment intime ou on ne se conduit pas n’importe comment.

    Arriver là, avec ses gros sabots, cracher sur tout ce qui s’y trouve, et aprés ça chialer lorsqu’on « brime » la liberté d’expression du pauvre petit malotru inconséquent et qui ne prend aucun risque, c’est faire preuve de rien d’autre qu’un manque patent de savoir vivre. On ne s’étonne pas que beaucoup coupent tout respect de autre, précisément pour cette raison. Et alors c’est la porte du monde qui demeure fermée, l’entreprise ne devient qu’un lieu fermé aux autres, et c’est dommage.

    Pour ce qui est de mon entreprise, mes produits, mon site.. je laisse la porte ouverte mais j’avoue que je n’hésite pas à « effacer » tout les commentaires désobligeants, facon de foutre à la porte les mécontents et frustrés qui n’ont de toute manière , rien a faire chez moi. Je ferais la même chose si un crétin prétentieu s’invitait dans mon salon pour uy débiter des aneries. La liberté d’expressiona se mérite. Le monde positif est grand, allez brailler ailleurs.

    Libre, aux mécontents et autre donneurs de leçon de lancer leur propre entreprise et il emettront les réalisations qu’ils veulent. Quand à savoir s’ils réussiront à attirer « des clients » à force de bile,de mauvaise foi et de critiques. Il y a sans doute pour certains nuisibles impossibilité de rejoindre un public d’une intelligence minimale sans s’associer à une entreprise bien établie en indépendant, bref en sapant un travail bien fait; appelons-les donc les parasites des société, de la société. C’est le terme qui les designe le mieux, il me semble.

  46. By Fab80s on Déc 19, 2008

    J’adore ! Ils ont fort à la SNCF, aprés le concept du train immobile (qui fait peur sous un tunnel); ils organisent l’élection du site favori de l’année et ils votent pour vous. Trés fort. Manque plus que le slogan: «Ne vous inquiétez pas, on vote pour vous.»

  47. By martine on Déc 19, 2008

    Jean-no;

    Seul quelqu’un qui a une entreprise et qui a vu son image (construite par des pros) salie, ses produits (conceptualisés par des pros) attaqués, sa comm (par des pros) insultée, son site ( par des pros) dénigré par des bloggeurs prétentieux et stupides, peut comprendre.
    Des bloggeurs, à l’esprit trop étroit pour imaginer la possibilité de CDC, de positionnement, de contraintes financiaires ou autres..
    Des bloggeurs, non seulement inconséquents et irresponsables mais qui ont faits comme choix de vie l’inconséquence et l’irresponsablité.
    La seule production qu’ils assument, c’est leur blog. Et ils pleurent, puis pratiquent ce qu’ils seraient les premiers à critiquer chez les autres, à la première risée.

    Et ils nous font un discour sur leur maison et leur savoir vivre. Alors que la raison d’être de leur blog est de faire des cacas nerveux dans les maisons des autres!!!
    Cependant certains bloggeurs sont aseptisés et convenus. Leurs cacas nerveux sont enrobés de savoir vivre et de formulations élégantes. Mais cela ne reste que de peits cacas nerveux.

  48. By Jean-no on Déc 19, 2008

    @Martine : je ne comprends pas grand chose à tes propos. Pour toi ça semble très clair. Pour ma part j’ai déjà un aspirateur, une cuisine et des double-fenêtres merci.

  49. By martine on Déc 19, 2008

    je me doute bien que tu as déjà tout ce petit matériel. N’est-ce pas les symbôles de l’homme qui a réussi?

    Et un barbecue et un parasol comme démonstration de sociabilité?

  50. By Jean-no on Déc 19, 2008

    ça, j’ai réussi, je suis une success story à moi tout seul puisque je suis toujours vivant. En revanche personne ne sait dans quel domaine j’ai réussi, et moi moins que quiconque.
    Bon tu n’en n’as pas marre de déblatérer dans le vide ? Je te réponds par politesse ou par automatisme mais j’en ferais autant si tu étais un bot.

  51. By martine on Déc 19, 2008

    Déblatérer dans le vide? Automatisme? J’ai bien remarqué la longueur de tes textes! Et le nombre de lecteurs.

    Je suis impressionné, c’est la première fois que je vois un texte si long pour raconter un film. Et en plus pour dire qu’il n’est pas interessant.

    Comme je te l’ai déjà tu es un spécimen interessant. Tu as un profil que je rencontre jamais bien longtemps. C’est une bonne occasion.

    Quelqu’un qui n’aime pas les marketeurs, ni les commerciaux, ni les pros etc qui lit libé et charlie hebdo. Un technicien des nouvelles technologies mais qui refuse de s’impliquer dans la modernité …C’est le bordel mais interssant.

  52. By martine on Déc 19, 2008

    Tu es aussi de ces professeurs qui formatent les étudiants à se marginaliser de la société et cela pour toutes leur vie. C’est dommage que tes étudiants ne participent pas à ton blog. Ce serait plus distrayant.

  53. By Jean-no on Déc 19, 2008

    Le rapport signal/bruit de tes interventions est franchement lamentable. Tu cherches à te trouver une espèce d’importance, dans le genre « si je juge péremptoirement, alors c’est que je survole les sujets, comme un aigle royal » mais je doute que quiconque d’autre que toi soit dupe, d’autant qu’aucun jugement anonyme ne peut vraiment être pris en considération, nous avons tous un peu besoin de savoir « d’où » les gens parlent (vois comme tu cherches constamment à définir les gens avec qui tu croises ton fer rouillé par les quelques détails que tu as glanés ici ou là).
    Tu devrais mieux employer ton temps. Pas pour me faire plaisir mais parce que la vie est courte, c’est dommage de la gâcher vaines sécrétions bileuses.

    Sur le cinéma, je crois que tu confonds « pas intéressant » et « pas bon ». Un bon film peut ne pas être intéressant et inversement. Un film mainstream exprime, répercute ou crée l’opinion et les mythes de l’époque, il est donc toujours intéressant.

    Si tu appelles « modernité » le néo-tatchérisme, alors effectivement ce n’est pas trop ma tasse de thé.
    Il est vrai que je ne suis pas fan de ce qu’on appelle la comm’, ou de ce qu’on appelle le marketing. Mais je ne vais pas t’expliquer car je doute que tu comprennes grand chose.
    Quand aux « pros », c’est un mot complexe à manipuler. Pour moi ça décrit souvent les gens qui mettent des cravates pour jouer aux grands. Et c’est aussi le contraire des amateurs (ceux qui font par amour).

  54. By Jean-no on Déc 19, 2008

    Un certain nombre de mes étudiants ou anciens étudiants zonent ici. Sont-ils des marginaux de la société ? Je ne sais pas. Ils ont des préoccupations en rapport avec leurs études et leur profession, et des réseaux de sociabilité en rapport. Comme tout le monde.
    Mais une fois de plus on parle dans le vague, tu as ton idée préconçue, rien de ce que moi ou d’autres pourront te dire ne t’intéressera. Je ne peux rien pour toi.

  55. By martine on Déc 20, 2008

    Tu fais de la psychologie de comptoire. Pardon, de Libé. Je ne vais plus avoir de temps à perdre pendant quelque temps. Jze maîtrise mon emploi du temps! Je suppose que tu ne renouvelleras pas ton univers, mais je te souhaites une bonne fin d’année.

    nb, il n’y a pas grand chose à changer sur l’opinion que l’on a sur les lecteurs de libé ou de Charlie Hebdo. Les mêmes mag, les même bd, les mêmes critéres dans le graphisme…Ils sont momifiés.

    nb je viens de lire un reportage sur le parc aux statues de Budapest. C’est incroyable comme on y ressent l’atmosphére esthétique que toi et tes amis vous privilégiez.

    nb. Inutil de m’expliquer pourquoi tu n’aimes pas la comm, le marketing, les pros etc, je connais refrain, nous sommes des milliers à connaître le refrain. Cela fait bien 20 ans que c’est le même. Mais les pros en cravate, un tel simplisme, c’est une perle.

    nb. Mais ce genre de positionnement culturel permet l’harmonie sur trois générations. c’est un vrai plus.

  56. By Jean-no on Déc 20, 2008

    Je suis ravi que tu décides d’éviter ma psychologie de comptoir. Tu sais quels mags et quelles bds je lis en plus ?
    Et au fait pourquoi tiens-tu absolument à signer Martine alors que… Bon non rien, finalement c’est trop bizarre

  57. By Gertrude on Déc 24, 2008

    Jean-No, pitié, censure-le, ou ajoute-le à ta blacklist de commentaires, ou ne lui répondons plus, mais il me fait mal à la tête.

  58. By Jean-no on Déc 24, 2008

    ça finira sans doute comme ça !

  59. By martine on Jan 4, 2009

    Chers jeannot et gertrude;

    Vous êtes bien plaisants dans votre posture de vieux sympa et supérieurs.

    gertrude, je suis désolé pour ton mal de tête. Mais, il arrive un âge, ou les problémes de santé personnels deviennent le seul centre d’intérêt. Et que l’on deviennent prés à tout, pour la seule satisfaction du confort mental. Désolé pour toi.

  60. By Jean-no on Jan 4, 2009

    Get a life !

  61. By martine on Jan 4, 2009

    Dear panda;

    I got one.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.

Warning: Undefined variable $user_ID in /home/aoun6729/hyperbate.fr/wp-content/themes/blue-box-01/comments.php on line 118