Profitez-en, après celui là c'est fini

HAL9000

novembre 16th, 2010 Posted in Ordinateur au cinéma, Ordinateur célèbre

Depuis que j’ai créé une page intitulée Ordinateurs célèbres sur le présent blog, j’ai dû recevoir une bonne vingtaine d’e-mails de lecteurs qui tenaient à me faire remarquer que j’avais négligé de parler de HAL9000, l’ordinateur de bord de la mission Discovery One dans le film 2001 l’odyssée de l’espace (1968).
À dire vrai, je ne l’avais pas oublié, Hal est sans doute l’ordinateur « conscient » le plus célèbre et le plus évident de l’histoire du cinéma, mais puisque la page que j’ai dédiée aux ordinateurs de fiction se borne à faire la liste de ceux sur lesquels j’ai écrit un article, il n’y figurait pas jusqu’aujourd’hui.
J’ai un peu traîné des pieds avant de m’attaquer à un monument tel que 2001, car c’est un film dont les admirateurs — et ils sont nombreux — ne cherchent pas nécessairement à faire l’analyse, préférant, me semble-t-il, le traiter comme une œuvre perceptive, sensorielle, ce qui correspond d’ailleurs à ce que voulait Kubrick, qui disait de 2001 que c’était une expérience non-verbale, qui n’avait pas plus vocation à être expliquée qu’une symphonie de Beethoven1. Kubrick considérait par ailleurs que le scénario de 2001 était ouvert à l’interprétation subjective du spectateur.

Il y a pourtant bel et bien une trame précise dans le récit, trame que la lecture du roman d’Arthur C. Clarke, écrit en même temps que le scénario du film, permet d’appréhender un peu mieux. Le livre donne moins d’importance au personnage de HAL que le film mais permet malgré tout nettement mieux de comprendre ce qui motive ses actions.
La comparaison entre le film et le roman ou entre le film et sa suite (2010: Odyssey two, par Peter Hyams, 1984), est extrèmement éclairante pour qui veut comprendre le système de Stanley Kubrick. On constate en effet que les choix du cinéaste ne sont motivés ni par fidélité au texte existant ni par le souci d’être bien compris du spectateur, mais se font dans le respect exclusif de la logique interne du film. On peut tirer les mêmes conclusions d’autres adaptations par Kubrick de romans de ses contemporains, comme Lolita ou Shining, dont les auteurs respectifs, Vladimir Nabokov et Stephen King, ont jugé leurs œuvres trahies par des adaptations, tout en admettant que les films étaient bons.

L’histoire que raconte 2001 : L’Odyssée de l’espace commence il y a trois millions d’années, alors que l’espèce humaine n’existait pas encore en tant que telle. À cette période (nous dit-on) une intelligence extra-terrestre, représentée par un objet sans doute très sophistiqué mais qui a l’apparence austère d’un monolithe à la géométrie parfaite, a donné à l’homme-singe l’intelligence d’utiliser des outils, transformant cet hominidé herbivore en un animal savant, carnivore et finalement capable de commettre le meurtre de ses semblables.

Cette malédiction qui lie l’intelligence technologique à l’horreur de la guerre est sans doute une préoccupation typique de Kubrick autant que de l’époque toute entière, toujours sous le choc de l’invention de la bombe atomique. On se rappellera au passage que la course aux étoiles, sommet de l’histoire de la technologie humaine, culmine précisément à la fin des années 1960 et n’a sans doute été possible que dans le cadre de la guerre froide. On notera que pour Kubrick et Clarke, le monde de 2001 est toujours séparé en un bloc atlantiste et un bloc soviétique, qui entretiennent des rapports polis mais tendus.

Trois millions d’années après que l’histoire de l’espèce humaine a été transformée par le monolithe, des astronautes américains découvrent une anomalie du champ magnétique de la lune, dans le cratère de Tycho. Cette anomalie s’avère être causée par un monolithe noir enfoui sur le satellite naturel de la terre. De par son aspect, l’origine artificielle de cet objet ne peut faire de doute et il constitue par conséquent la première preuve de l’existence d’une autre espèce intelligente. Son ancienneté, trois millions d’années, est par ailleurs possible à estimer du fait de l’endroit où on l’a trouvé. Le gouvernement américain prend soin de cacher ce fait au reste du monde.
Alors qu’il est exposé à la lumière solaire pour la première fois depuis qu’il a été extrait du sol de la lune, le monolithe produit une émission radio en direction de la géante Saturne : le mystérieux objet était vraisemblablement une sorte d’alarme placée là pour indiquer à ses créateurs que l’homme est parvenu à l’âge spatial.

Une mission spatiale au long cours est envoyée vers Japet, le satellite de Saturne en direction duquel a été envoyé le signal. Le vaisseau contient cinq hommes et un sixième membre d’équipage, l’ordinateur de bord Hal, qui malgré sa nature informatique est doté d’une voix et d’une capacité au raisonnement. Trois des hommes sont placés en hibernation, les deux autres, David Bowman et Frank Poole, veillent sur eux. Afin que le secret de la mission soit parfaitement gardé, Poole et Bowman croient se rendre en direction de Jupiter et ignorent tout de l’excavation d’un mystérieux monolithe sur la lune. En revanche, Hal9000 est au courant de la nature véritable de sa mission. Forcé de se comporter avec duplicité vis à vis de Poole et Bowman, l’ordinateur va se montrer dissimulateur et même calculateur, au sens que l’on donne à ce mot en parlant d’humains. Il s’avérera même sans pitié : puisqu’il est persuadé de ne pas avoir besoin des humains pour mener à bien sa mission et qu’il craint que ses dysfonctionnements discrets n’aboutissent à sa désactivation, il n’hésitera pas à assassiner Poole en simulant un accident puis à tenter de faire subir un sort comparable à Bowman en laissant ce dernier à l’extérieur du vaisseau. Bowman parviendra malgré tout à survivre et à désactiver Hal.

Dans la dernière partie du récit, Bowman s’approche de la lune Japet2 et y découvre un monolithe aux proportions identiques à celui découvert en périphérie de la terre, mais cent fois plus grand. Il comprendra vite qu’il s’agit en fait d’un passage, d’une porte entre notre système solaire et d’autres mondes considérablement plus éloignés. Cet aspect est très clair dans le livre mais pas spécialement dans le film, où les explications sont remplacés par un déluge d’images, de sons et de musique, avec notamment l’emploi du choeur Lux Æterna de Gÿorgy Ligeti.

On notera que, comme c’est le cas de la plupart des personnages du cinéma de Kubrick, les décisions de Bowman sont généralement impossibles à prédire.  On ne se dit pas sans cesse « il va faire ceci », « il faut qu’il fasse ceci » ni « ne fais pas ça ! ». Le spectateur ne lutte pas et n’est pas consulté, même en pensée, il est totalement passif et extérieur au récit, ce qui lui laisse tout loisir de se concentrer sur ce qu’il voit et ce qu’il ressent.

Au terme de son voyage, Bowman se retrouve à l’intérieur de ce qui ressemble à une suite d’hôtel. Dans le film, il se voit lui-même à plusieurs âges, jusqu’à son lit de mort où il semble veillé par le monolithe noir. Il est ensuite remplacé par un nouveau-né qui s’approche de la terre. Dans le livre, la pièce où Bowman atterrit est une sorte de décor manifestement inspiré par des images de télévision arrivées jusqu’à Jupiter. Le lieu, qui été conçu pour l’accueillir, contient une nourriture grisâtre à l’apparence de porridge et de l’eau. Il s’y endort puis, sous l’influence du monolithe, remonte le temps, retrouve ses sensations récentes, puis plus lointaines, jusqu’à atteindre le stade de nouveau-né. Cela l’amène à un état de conscience nouveau, il comprend plus de choses que jamais et peut se déplacer dans l’espace à sa guise.
Quand le livre se termine, il s’approche de la terre sans trop savoir ce qu’il veut faire.

Il y a peu de différences entre le film et le livre, si ce n’est dans la manière dont l’accent est porté sur tel ou tel aspect du récit. Kubrick a toujours travaillé à partir de romans ou de nouvelles, mais il ne s’est jamais astreint à respecter ses sources d’inspiration. On se souviendra de la réflexion de Vladimir Nabokov qui, à propos de l’adaptation au cinéma de son roman Lolita, avait dit que c’était un bon film mais qu’il n’y voyait aucun rapport avec son roman. L’écrivain avait même été un peu vexé non de la trahison que représentait cette adaptation, d’autant qu’il avait passé un temps considérable à écrire un scénario avec Stanley Kubrick et que ce scénario non plus n’avait pas été respecté. C’est que Kubrick, in fine, ne respecte que le film, et cela constitue à l’évidence une très grande leçon de cinéma.
Alors que le roman de Clarke relève du rationalisme et du positivisme — une intelligence extra-terrestre bienveillante aide l’espèce humaine dans son évolution vers l’âge cosmique et vers une forme de conscience supérieur3 —, le film de Kubrick est mystérieux et contemplatif, laissant le spectateur avec bien plus de questions que de réponses.
Si Kubrick n’a pas réalisé un film rationnel et aisément racontable comme l’a été le film suivant (2010: Odyssey two, par Peter Hyams, 1984), il s’est pourtant montré respectueux des faits scientifiques, ou en tout cas de l’opinion des scientifiques de son temps, et ce à un degré jamais atteint au cinéma ni avant, ni sans doute, depuis. Le réalisateur a tenu à se faire conseiller par les scientifiques qui se trouvaient au plus près des sujets traités et qui pouvaient en prédire les évolutions (Marvin Minsky pour l’intelligence artificielle, notamment — Minsky qui est d’ailleurs cité dans le livre, tout comme Alan Turing). Il était même prévu que la séance soit précédée par un petit documentaire dans lequel des chercheurs, des prospectivistes ou des auteurs de science-fiction dissertaient sur le futur, sur la question de la vie extra-terrestre et de la colonisation de la lune ou de Mars : Isaac Asimov, Margaret Mead, Jack Good,… Au total, vingt-et-une interviews qui ont malheureusement été égarées !

L’exemple le plus radical du souci d’exactitude de Kubrick est sans doute l’emploi du silence du vide spatial, ce que n’ont osé ni George Pal avec son Destination Moon (où les sons ne portent pas mais où le vide est comblé par le brouhaha d’un orchestre symphonique assommant), ni bien sûr George Lucas avec sa saga Star Wars, où les chasseurs « Tie » de l’Empire hurlent comme les avions Stukas de la seconde guerre mondiale et où la musique de John Williams, là encore, remplit le vide. Je cite ces deux films car ils entretiennent des rapports avec 2001. Le premier pour son souci de vérité scientifique affiché, et le second pour avoir marqué durablement l’histoire de la science fiction au cinéma. Destination Moon (1950) a été la première tentative de parler de manière vraisemblable du voyage spatial4, tandis que Star Wars partage avec 2001 la réputation d’avoir révolutionné les effets visuels au cinéma, d’avoir fait sortir ces derniers de l’âge du carton-pâte. Dans Destination Moon, des astronautes se plaignent des effets de l’accélération ou de la difficulté qu’il y a à avaler un cachet en gravité zéro. Dans 2001, le comique est plus discret : on voit par exemple Heywood Floyd, président du conseil astronautique, lire avec la plus grande attention les instructions des latrines pour gravité zéro de la station spatiale où il se trouve en transit : il existe dans l’espace des moments où la plus petite erreur peut coûter très cher.

Quelques reliques du film présentées dans le cadre de l'exposition Science (et) fiction à la Cité des Sciences et de l'industrie : des maquettes d'engins spatiaux et l'uniforme de David Bowman.

Quant à la comparaison avec Star Wars, elle donne à mon avis encore l’avantage à 2001 car si Lucas a soigné la logique interne de ses images presque autant que Kubrick, c’est sans tenir particulièrement compte des lois de la physique et surtout, c’est sans s’interroger sur les effets qu’une situation technologique peut avoir sur la psychologie humaine. Un vaisseau spatial dans Star Wars se conduit grosso-modo comme une voiture dans American Graffiti (du même auteur) et les voyages interstellaires ne sont pas bien différents des trajets autoroutiers californiens ; Dans 2001, se retrouver seul dans un vaisseau vide au large de Jupiter, c’est être réellement et absolument seul, seul avec le son de sa respiration, seul avec ses questions et seul avec son destin. Kubrick a démontré le premier que la science-fiction « extra-terrestre » était digne de respect5, Lucas a démontré quant à lui que la série B pouvait être digne d’attention, ouvrant la voie au cinéma actuel, qui donne les budgets les plus importants aux scénarios de films qu’on aurait jugés d’intérêt négligeable il y a quelques décennies.

Ceci dit les leçons de 2001 ont porté, par exemple avec le Silent Running (1972) de Douglas Trumbull (membre de l’équipe de 2001), le Solaris (1972) d’Andreï Tarkovski, puis avec le comique Dark Star (1974) de John Carpenter, qui a lui-même préfiguré au Alien (1979) de Ridley Scott et sans doute aussi au Outland (1981) de Peter Hyams. Des films plus récents tels que l’ennuyeux Supernova (2000) ou l’excellent Sunshine (2007) entretiennent à mon avis aussi une dette envers 2001.

Hal

Si on décale d’une lettre de l’alphabet le mot HAL, c’est bien connu, on obtient le nom IBM.
Arthur C Clarke et Stanley Kubrick ont toujours affirmé qu’il ne fallait pas y voir un clin d’œil, que c’était un pur hasard et qu’ils auraient changé le nom de la machine s’ils s’en étaient aperçus à temps.
HAL est l’acronyme de Heuristically programmed ALgorithmic Computer. Le nom a été traduit, dans l’édition française de 1968, par Cerveau Analytique de Recherche et de Liaison (CARL). Les éditions françaises ultérieures, au livre de Poche, ont conservé ce nom CARL malgré la popularité du film. En revanche dans le roman 2010: Odyssée deux, HAL retrouve son nom d’origine.
Le statut exact de ce nom n’est pas clair : c’est à la fois le surnom de l’ordinateur en tant « qu’individu », c’est celui de la série à laquelle il appartient — les modèles HAL9000 —, c’est celui de la société qui l’a conçu et c’est celui de l’usine où il a été fabriqué. Dans 2001, l’existence de plusieurs ordinateurs HAL9000 est évoquée, tandis que dans 2010: Odyssée deux, l’ordinateur « jumeau » de HAL s’appelle SAL9000, dispose d’une voix féminine et d’un « œil » bleu et non rouge.
Dans le récit, on apprend que HAL a été mis en service le 12 janvier 1997, soit quatre ans avant l’expédition du vaisseau Discovery one, qui aboutit à sa mise hors-service. Dans le roman 2010: Odyssée deux, Hal est réactivé par son créateur, le docteur Chandra6, qui doit tout lui réapprendre.

La grande trouvaille de Kubrick, c’est d’avoir représenté HAL par un œil cyclope rouge et une voix calme et parfaitement équilibrée : ni suave, ni chaleureuse, elle est pourtant bien éloignée de la diction hachée et mécanique qu’avait proposé la science-fiction jusqu’alors pour ses ordinateurs « conscients ».
Souvent, les plans qui montrent l’œil sont totalement silencieux : il est alors clair que l’ordinateur réfléchit. On entend plus volontiers parler Hal lorsque l’on observe l’intérieur du vaisseau depuis son point de vue, c’est à dire sans le voir.
J’ai toujours été frappé du fait que le dysfonctionnement de Hal9000 soit lié à la représentation artistique. En effet si on est attentif, on s’apercevra que la première activité incongrue de Hal est la scène où il demande à Bowman de lui montrer ses dessins — des dessins assez morbides qui montrent les membres d’équipage en hibernation dans des sortes de sarcophages — et le félicite de ses progrès.
C’est aussi accompagné par l’art que Hal perd conscience, meurt : alors que Bowman désactive ses mémoires une par une, l’ordinateur se met à chanter la chanson Daisy Bell. Pour la petite histoire, cette balade surannée est la première chanson à avoir jamais été chantée par un ordinateur, un IBM 704, en 1961.
Les arts visuels sont donc associés à la conscience, à l’intelligence, à la quête de savoir, tandis que la musique est associée à la mémoire et, peut-être aussi, à la fuite du temps et à l’angoisse de la mort.

La nouvelle de Clarke, "The Sentinel", a été publiée en 1967 dans la revue Planète, qui précise qu'un film britannique inspiré de cette oeuvre est en cours de tournage et s'intitulera "Epic 2001". Les illustrations sont de Nicole Claveloux. Dans The Sentinel, un géologue lunaire découvre une structure mystérieuse en forme de pyramide, protégée par un champ de force. Pendant vingt ans, les humains ne savent que faire de l'objet et finissent par le détruire. Ils comprennent alors qu'il s'agissait d'une alarme laissée par un civilisation lointaine (dans le temps et l'espace) dont la destruction signifierait que les terriens ont atteint l'ère spatiale et l'ère atomique.

Il y a beaucoup de thèmes dans 2001 et dans les récits qui ont suivi : 2010: Odyssée deux ; 2061: Odyssée trois ; 3001: L’Odyssée finale (où Hal finit par fusionner avec Bowman !). Le présent article sert donc à poser quelques observations qui pourront être développées ultérieurement.
J’avais déjà mentionné tel ou tel aspect de 2001 dans des billets précédents, notamment : l’œil et l’ordinateur ; la presse électronique ; K2000.

  1. « Je n’ai jamais eu l’intention de véhiculer un message avec des mots. 2001 est une expérience non-verbale. Sur les deux heures et dix-neuf minutes de film, il y a un peu moins de quarante minutes de dialogue. J’ai tenté de créer une expérience visuelle qui dépasse les catégories verbalisées et qui pénètre directement le subconscient avec un contenu émotionnel et philosophique » — interview pour Playboy Magazine, 1968. []
  2. Le résumé que je fais est celui du livre, car le film place le but de la mission entre les lunes de Jupiter Io et Europe. Je suppose que Kubrick a fait ce choix pour des raisons purement visuelles, l’apparence de Jupiter étant sans doute plus chaleureuse que celle de Saturne, qui est d’une grande beauté mais aussi d’un aspect froid et sans « vie » (au sens visuel). De plus, la physionomie unique de Japet, objet blanc maculé par une étrange tache noire, méconnu du public, contrairement à Io ou Europe, aurait peut-être été difficile à imposer sans autres explications que visuelles. []
  3. Le 2001 d’Arthur C. Clarke est extrèmement proche, finalement, du Contact de Carl Sagan (excellemment adapté au cinéma par Robert Zemeckis en 1997), qui comme Clarke a été auteur de science-fiction, scientifique influent, athée convaincu mais aussi croyant prosélyte en l’existence d’intelligences extérieures à notre planète. Dans dans 2001 comme dans Contact, l’humanité doit atteindre le stade de maturité à partir duquel d’autres formes de vie intelligente accepteront d’entrer en contact avec elle. []
  4. Sur la manière dont l’imaginaire de la conquête spatiale a influencé et peut-être même permis la conquête spatiale, je renvoie le lecteur à La lune est pour demain, par André Gunthert. []
  5. Avant 2001, il a existé de la bonne science-fiction au cinéma, mais il s’est généralement agi de fables morales ou philosophiques : Metropolis (1927), Things to come (1936), The Day the earth stood still (1951), Invasion of the body snatchers (1956), The World, the Flesh and the Devil (1959), le série The Twilight Zone (1959-1964),… Même s’il leur arrive d’utiliser ces thématiques, aucune de ces fictions n’entendaient réellement parler d’intelligences extra-terrestres, de voyages spatiaux ou d’évènements fantasstiques. []
  6. Chandra est le nom d’une divinité lunaire dans l’hindouisme mais qui est surtout le diminutif de Sivasubramanian Chandrasegarampillai. C’est le nom que la Nasa a donné à son observatoire spatial le plus à la pointe. []
  1. 31 Responses to “HAL9000”

  2. By Bishop on Nov 16, 2010

    Excellente notule, le passage avec la musique de Gÿorgy Ligeti reste un immense moment, j’adore la scène de fin dans l’appartement tout de noir et blanc. Même si je déteste ce mot il y avait une dimension « hard science » qui était assez géniale chez Kubrick.

    Sinon pour l’anecdote et pour revenir sur l’aspect « totalement passif et extérieur au récit » en ce qui concerne le spectateur, Tarkovski n’appréciait pas du tout 2001. C’était pour lui un film impersonnel, inhumain quelque part car tout ceci « dépassait » l’homme. Dimension ou vision qui n’intéressait pas le russe, lui voulait toujours s’accrocher non pas à ce qui dépasse l’homme mais à ce qui l’embrasse. Pour cela que Solaris ne fut jamais, comme les autorités russes le souhaitaient, un « 2001 soviétique » mais un film traitant absolument d’autres choses (bien qu’on puisse quand même dresser des similarités).

  3. By Fatima on Nov 16, 2010

    Merci Jean-No! Tu m’as dépassé pour le billet d’HAL 9000, mais c’est génial!!

  4. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @Fatima : ça faisait tellement de temps que cet article marinait… En fait, hier encore il était bien plus long (et inutilement bavard, j’avais envie de dire tout ce que savais sur le sujet, quoi), je l’ai donc surtout raccourci.

  5. By nico tübingen on Nov 16, 2010

    j’avoue que je reste un peu sur ma faim avec cet article introductif, j’attends la suite avec impatience.

  6. By Guillaume on Nov 16, 2010

    Je rebondis sur la notule concernant la science-fiction avant « 2001 » dans laquelle il me semble relever un oubli : « Planète interdite » (1956). Robby le Robot et la « machine des Krells » (dont il est indirectement issu) marquèrent durablement leur temps.
    Par ailleurs, (mais c’est une réflexion personnelle) il me semble que la science-fiction anglo-saxonne met souvent en scène de méchants extra-terrestres, contrairement au courant européen ou slave qui privilégie le face à face de l’homme avec lui-même ou avec sa créature (HAL n’est-il pas une métaphore moderne du Golem ou de Frankenstein ?)

  7. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @nico : ce n’est pas vraiment pour demain, si on considère que j’ai commencé le présent article il y a trois ans :-)
    Ce que j’ai notamment évacué, ce sont les suites de 2001, qui contiennent des éléments intéressants. Ensuite, de nombreux points mériteraient une analyse poussée et un re-re-visionnage attentif…

  8. By jefaispeuralafoule on Nov 16, 2010

    D’abord merci pour cette note complète et intéressante, car elle éclaire enfin correctement les différents aspects du film. Référence pour l’esthétique, pour la prise de conscience que la science n’est pas contradictoire avec la représentation cinématographique, 2001 a toujours ce pouvoir de fascination qu’a perdu nombre de films de SF de la même époque. Typiquement, revoir les Star Trek (films) mène à avoir un oeil un peu condescendant sur la SF d’antan devenus un peu kitsch, il faut bien l’admettre. 2001, par contre, est d’une réalité presque dérangeante, tant ce qui est présenté dans le film pourrait être le « quotidien » d’astronautes au long cours.

    Pour ma part, ce qui m’a le plus marqué dans 2001, avant même l’émergence de la conscience électronique de HAL, c’est paradoxalement que cette intelligence est particulièrement « froide ». Méthodique, efficace, calculatrice (comme tu le précises très bien), cette IA est avant tout, pour moi, l’archétype de la dérive de l’homme qui deviendrait parfaitement misanthrope, c’est-à-dire qui considérerait l’homme comme le maillon faible de la chaine de décisions. Dénué de sentiments propres à déranger l’organisation des idées et décisions, HAL se comporte, pour nous, comme un psychopathe (au sens humain du terme), alors qu’il est essentiellement métronomique. C’est en cela qu’il est terrifiant je pense.

    Cela peut donc, pour moi, amener à la réflexion profonde sur le sens de l’intelligence: si l’on suppose l’intelligence comme ayant pour principale qualité celle de la rigueur, HAL est alors « parfait ». Or, en tant qu’humain, cette perfection rend alors « cruel », « fou », ce qui sont des critères plus « sentimentaux ». Je me demande si ce n’est pas le premier critère qui fait que la conception d’une IA est délicate: comment intégrer au rationnel des algorithmes la notion irrationnelle des sentiments?

  9. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @jefaispeuralafoule : mais ce qui est étonnant avec HAL c’est que son absence de sentiments n’est un problème que parce qu’elle est au service de motivations humaines douteuses. On a imposé à HAL de cacher ce qu’il sait sur la mission à ses propres camarades d’équipage…

  10. By Stéphane Deschamps on Nov 16, 2010

    Content que tu parles de Silent Running, qui outre l’esthétique de Trumbull partage (je trouve) de nombreux aspects avec 2001. Je sens que tu vas nous en parler d’ici 3 ans, mmmh ? ;)

  11. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @Stéphane : j’adore Silent Running, et il y a des idées superbes dedans… s’emmerder tellement qu’on apprend le poker à des robots, par exemple :-) Un jour, un jour…

  12. By nico tübingen on Nov 16, 2010

    @jean-no je n’ai pas gardé un grand souvenir de 2010 le film, c’était dans ma période ayatollah du kubrickisme… et ce film m’apparaissait alors comme un sacrilège impardonnable.
    Sinon pour en revenir à 2001, je m’attendais à une réflexion plus développée sur HAL de ta part, p-e une autre fois.
    As-tu vu Mission to Mars ? Le film détourne pas mal de scènes de 2001, mais avec beaucoup moins de distance que Kubrick dans son rapport aux personnages et avec une représentation visuelle, courageuse je trouve, de la figure paternelle / divine que sont les extra-terrestres.
    Dans Mission to Mars, il y a aussi une sorte de HAL, mais loin de la richesse dramatique de son aîné, presque transparent au niveau de l’histoire… comme une sorte de rationalisation de ce qu’est l’intelligence artificielle

  13. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @Nico : 2010-le-film est très proche de 2001-le-roman de Clarke, roman qui n’aurait peut-être pas dû être écrit… Je trouve que le fait que ça soit si différent de 2010 est plutôt bien : si ç’avait été un ersatz, une pâle copie, ç’aurait été bien pire.
    J’ai vu Mission to Mars, à sa sortie, il faut que je le revoie, je n’en ai aucun souvenir, et je le confonds avec Ghosts of Mars de Carpenter.

  14. By Pierre Faure on Nov 16, 2010

    L’étrange absence de Hal dans la liste des ordis renvoyait donc à une recherche assez longue. Mais alors maintenant on veut la suite, on ne va pas se contenter de la version light ;)

    2001 – et aussi Shining – font partie des films qui ont sur sur moi l’effet le plus violent – cinématographiquement parlant. Beaucoup de plans dans 2001 – comme tu le fais justement remarquer cette séquence avec Bowman comme une sorte de clautrophie du vide associée au son de la respiration dans le casque, sont véritablement sidérants.

    Il n’y a qu’un point sur lequel je ne suis pas d’accord – sans toutefois avoir de certitude – sur le caractère « passif » du spectateur. Ok on ne s’identifie pas aux « personnages », on ne vibre pas pour eux ou avec eux comme le demandent beaucoup d’autres films, comme tu le dis très bien. C’est donc juste une question de langage, car cela ne signifie pas pour autant que le spectateur est passif.
    En fait, je crois que la question est justement celle de la fiction, ou plus précisément des puissances de la fiction.
    Au sens de cette pensée de Spinoza : « « moins l’esprit comprend tout en percevant davantage, plus grande est sa puissance de fiction, plus il comprend, moins grande est cette puissance ».
    Voilà simplement comment 2001 avait déclenché la tempête des puissances de fiction dans mon cerveau ! Parce que Kubrick nous donnait à percevoir davantage en évitant soigneusement toutes ces explications qui dirigent, canalisent, voire répriment ces puissances dans bon nombre de films. L’expérience perceptive dont parlait Kubrick. Bref rien de passif ici, seulement un autre régime de figuration si l’on peut dire. C’est pourquoi 2001 reste depuis longtemps un de mes films préférés.

    En dehors de ça je suis me suis escrimé pendant quelques semaines à considérer cette histoire des puissances de fiction à travers cette phrase de Spinoza. C’est devenu une recherche assez abstraite qui je crois va trainer encore un certain temps, mais il semble que les conséquences ne sont pas anodines. A cet égard les sciences elles-mêmes sont particulièrement concernées par de telles puissances. Il suffit de penser à la « matière noire » ou encore à « l’énergie noire », phénomènes qui demeurent aujourd’hui inexpliqués… C’est ce qui est passionnant avec ces puissances de la fiction, celles-ci peuvent se déployer dans des domaines très différents…

  15. By Jean-no on Nov 16, 2010

    @Pierre Faure : la version « pas light » peinait tellement à de finir… peut-être qu’elle est impossible, ou inutile…
    Sur la passivité du spectateur, c’est une question subjective, mais si on compare Shining à un film d’horreur lambda, c’est là que ça se passe : dans le film d’horreur, le spectateur assiste en permanence à une catastrophe prévisible, il pense « non, ne vous séparez pas, restez groupés » ou « non, n’embrasse pas cette fille, c’est elle qui… ». Avec Kubrick, généralement, on ne sait pas ce qui va se passer, sans que ça soit des surprises, des chocs : on assiste, mais on ne peut pas anticiper ou résister. Ce qui ne signifie pas, comme tu le soulignes, que le spectateur ne « travaille » pas.
    Ta phrase de Spinoza me fait penser à la bande dessinée, à la fois à ses détracteurs qui disent que l’imaginaire « trop informé » (image + texte + séquence) est appauvri, et ses thuriféraires qui rappellent que la bande dessinée est l’art de remplir les blancs, l’art de l’ellipse : entre deux cases, c’est le cerveau qui recompose l’action, et entre un texte et une image, c’est le cerveau qui crée un rapport, un sens.

  16. By jyrille on Nov 16, 2010

    Enfin !!

  17. By jefaispeuralafoule on Nov 17, 2010

    @jean-no:
    La remarque est intéressante concernant le fait que HAL dispose d’informations que n’ont pas les astronautes, et cela tend à faire supposer que l’ordinateur est tenu à des considérations dépassant l’équipage. De plus, sur ce principe, on peut également faire le rapprochement avec énormément de tests concernant la conquête spatiale, où l’être humain était plus un cobaye qu’une partie prenante de la mission (voir le rôle de Gagarine qui servait « uniquement » à valider la survie d’un homme dans une machine en orbite).

    De là, je pense toutefois que cet aspect est minoré par le fait que l’IA prend des décisions qui ne sont pas dictées que par la mission, mais également par sa propre survie. Froidement, HAL raisonne pour se préserver, ce qui aurait tendance à me faire dire que dès la conception, HAL a été mis au point non pour préserver l’équipage, mais pour obtenir des résultats concrets. Dès lors, on pourrait alors blâmer les concepteurs avant même de blâmer HAL… ce qui ôterait énormément de responsabilité à la machine supposée « folle », et cela lui ôterait également sa dimension réfléchie, pseudo humaine, pour finalement en arriver à dire que ce sont des hommes qui tuent d’autres hommes, mais à travers des lignes de code.

  18. By David Rault on Nov 21, 2010

    Je serai curieux de savoir ce que tu penses / a pensé du (splendide amha) film Moon de Duncan Jones, hommage pas du tout caché à 2001.

  19. By Jean-no on Nov 21, 2010

    @David : eh bien juste clique ici et tu seras exaucé ;-) Je l’ai troué très bien aussi.

  20. By Pierre Faure on Nov 21, 2010

    Je suis impatient de voir ce film, dommage qu’il ne passe pas en salles.
    Un autre ordinateur qui ne semble pas avoir été mentionné – beaucoup moins célèbre que HAL : Proteus, dans Demon Seed (Génération Proteus) de Donald Cammel (1977). J’ai vu ce film à la télé il y a quelques années et m’en souviens très mal mais en garde pourtant un assez bon souvenir. Proteus est un ordinateur omniscient qui n’a qu’une idée « en tête », trouver un corps humain, se reproduire… à cette fin il parvient à séquestrer et à violer la star en cours de route. Je trouve la thématique de ce film assez marrante, après tout à quoi rêverait un système artificiel conscient sinon à se perpétuer (à supposer qu’un tel système éprouverait le moindre désir) ?
    Au-delà du film lui-même, on peut penser à cette ligne fascinante de l’histoire des sciences : le fameux problème de l’auto-reproduction. Certains pionniers de l’informatique, comme Von Neumann ou Turing, étaient fascinés par cette capacité des systèmes vivants…

  21. By Jean-no on Nov 21, 2010

    @Pierre Faure : tu n’as jamais vu 2001 ???
    Pour Demon Seed, l’article est prévu ! J’aime bien même si c’est un peu débile au fond. Le roman sur lequel le film est basé est très daté, incroyablement macho.

  22. By Pierre Faure on Nov 21, 2010

    Je voulais dire Moon ! Ton article donne envie de le voir.
    C’est vrai que Demon Seed est un peu débile -ce que j’aime bien je crois, c’est la solution « simple » que peux trouver un cinéaste – qui n’implique pas toute la panoplie des blockbusters.

  23. By cld on Nov 25, 2010

    Dans 2001, en VO, lorsqu’on entend le nom HAL, on a souvent l’impression d’entendre HELL

  24. By cobaye on Jan 13, 2011

    Deux choses sur le film:
    -Jupiter plutôt que Saturne tout simplement pour des raisons techniques. À l’époque les images de Saturne qui étaient disponibles étaient de très faible qualité, donc inexploitables. D’où le changement de géante, sur lequel s’alignera Clarke pour les autres livres.
    -La folie de HAL: c’est plutôt controversé en fait. De ce qu’il sait, et de ce qu’on lui a sûrement rabâché des tonnes de fois, il est parfait, il ne commet aucune erreur. Je crois même qu’il le dit (dans son interview?). Dès lors, quand il détecte une panne qui s’avère ne pas en être, il est forcément soumis à un questionnement, qui dans sa logique ne peut aboutir qu’à: il y avait bien un panne vu que je ne peux me tromper, donc c’est l’humain qui se trompe. Quand finalement l’élément en question est remplacé, il ne peut plus que se dire que les hommes lui ont menti. À partir de là il ne peut plus leur faire confiance, et en déduit qu’ils risquent de mettre en péril son but suprême, la réalisation de la mission.

    Il est même possible, mais ça reste une spéculation, que HAL comprenne finalement la portée de ses actions, et que peut-être il est faillible. Car il propose à Bowman de calmer le jeu, de discuter etc. On peut aussi penser que c’est un calcul machiavélique, mais qui sait? Je veux + y voir des remords, un besoin de se justifier, l’apparition d’émotions dans cet être froid. Émotions qui deviennent clairement visibles lorsque Bowman s’en prend à son intégrité physique. Probablement la scène la plus touchante du film, cette exécution à petit feu presque cruelle (adoucie par la compassion de Bowman) quand HAL avait bien plus rapidement et froidement exécutés les humains.

    Et c’est probablement parce qu’il a acquis ces émotions (ou la capacité d’en acquérir) qu’il devient un être à part entière et fusionne avec Bowman bien plus tard.

    HAL, un très beau cas d’école ^^

  25. By Jean-no on Jan 13, 2011

    Je ne sais pas si la part d’interprétation possible est si grande : après tout, dans ses textes ultérieurs (notamment la préface de 2010), Clarke donne très précisément sa vision des choses – qui n’est pas nécessairement celle de Kubrick, ceci dit.

  26. By cobaye on Jan 13, 2011

    Hum, et qu’y disait-il en substance? Je dois bien avouer que j’ai lu les 4 bouquins presque d’un jet, et ça remonte à l’époque de la sortie en France de 3001… ^^

  27. By jyrille on Jan 13, 2011

    J’ai enfin revu 2001, mais je préfère la dernière partie avec la musique de Pink Floyd plutôt que celle de Ligeti.

  28. By Jean-no on Jan 13, 2011

    @cobaye : pour lui, le dysfonctionnement de Hal naît de la contradiction entre sa mission d’une part, et ce qu’il doit dire à l’équipage. Le mensonge le fait bugguer, et la sensation qu’on comprend qu’il ment le fait prendre des mesures funestes.
    Note : je n’ai pas lu le tout dernier roman de la série.

  29. By cobaye on Jan 14, 2011

    Mouais, alors c’est un peu bidon au premier abord ^^ Je vois pas pourquoi un ordinateur buguerait dès lors qu’on lui demande de mentir. Après tout c’est un ordre comme un autre, et sa mission consiste notamment à mentir à l’équipage, donc l’obligation de vérité est une consigne qui passe après.

    Après, on peut creuser (mais n’est ce pas de lu sur-interprétation) en pensant que HAL est justement un être pensant, qui est doté/se dote d’une forme de morale… ce qui quand même entre en contradiction avec le meurtre, enfin plus ou moins…

    Bref, tout ça serait pas arrivé si les concepteurs avaient inclus les lois de la robotique :p

  30. By Jean-no on Jan 14, 2011

    @cobaye : je pense que c’est la dissonance qui en fait un être pensant dans l’idée des auteurs. Très biblique, d’ailleurs, la conscience qui procède du mensonge, ou de la dissimulation, c’est toute l’histoire d’Adam et Eve finalement !

  31. By cobaye on Jan 14, 2011

    Ouaip, mais ça sous entend qu’il a un cas de conscience, car c’est bien cela une dissonance. Or comme je disais, un ordinateur ne peut pas vraiment connaître de cas de conscience, les ordres sont traités selon des priorités, et ici il est très clair (dans le film) que la priorité suprême est la réussite de la mission avec ou sans équipage humain.

    Donc si il a un cas de conscience c’est qu’il a déjà acquis des capacités morales. Quand? Parce que dans la première partie du film il est froid.
    Peut-être est-ce plutôt par ses interactions avec les humains? Les parties d’échec avec quelqu’un qui s’obstine alors qu’il perd tout le temps, les dessins artistiques, l’observation de ces hommes pendant tout le trajet etc.

    Par contre je ne vois pas la signification de l’épisode de l’antenne radio alors. Dans le film (je parle du film parce que je l’ai vu des tas de fois, le livre lu qu’une fois ^^) c’est très clairement cet évènement qui rend HAL perplexe (pour autant qu’il puisse l’être). Sinon où se produirait le déclencheur menant à l’élimination des hommes? Dès le décollage?
    À aucun moment avant l’incident d’imperfection de HAL ils n’émettent la moindre idée de revenir, de ne pas accomplir la mission ou que sais-je. C’est bien quand HAL se trompe qu’ils commencent à être cachotiers, à se poser des questions sur sa fiabilité. Et de là le film montre très clairement que HAL devient parano et se rend compte que lui et la mission sont menacés: davantage de plans sur son œil, comme si il réfléchissait, ourdissait des plans. Il en vient même à lire sur les lèvres sans respecter leur intimité légitime.

    Donc je trouve cette explication de Clarke plutôt bizarre…

  32. By Jean-no on Jan 14, 2011

    Il y a l’idée aussi que la perspective de disparaître (qui l’empêcherait de mener à bien sa mission) l’angoisse…

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.

Warning: Undefined variable $user_ID in /home/aoun6729/hyperbate.fr/wp-content/themes/blue-box-01/comments.php on line 118