Profitez-en, après celui là c'est fini

Sensorama

septembre 30th, 2008 Posted in Images, Modèles abandonnés

Inventé par le réalisateur Morton Heilig en 1956, le Sensorama est un dispositif de cinéma immersif. Son brevet (U.S. Patent 3050870) date du 10 janvier 1961. Physiquement semblable à une borne de jeu d’arcade, le Sensorama projetait une image stéréoscopique en grand angle, diffusait un son stéréophonique, soufflait de l’air (éventuellement parfumé d’odeurs de pizza ou d’effluves de jasmin ou d’hibiscus) à l’aide de neuf ventilateurs et était équipé d’un siège vibrant.

Morton Heilig a perfectionné son invention pendant une dizaine d’années mais n’a jamais réussi à se procurer les fonds nécéssaires à une production industrielle. Les tournages de films destinés au Sensorama impliquaient l’utilisation d’une caméra spéciale elle aussi brevetée par Heilig.
J’ignore si beaucoup de films ont été réalisés pour le Sensorama. Celui qui est généralement cité comme une expérience extraordinaire aujourd’hui encore est une une balade en moto dans les rues de Brooklyn.
Morton Heilig a aussi déposé le brevet du Telesphere Mask (US Patent 2955156) en 1960. Il s’agissait d’un casque d’immersion pour une télévision stéréoscopique qui rappelle furieusement nos actuels casques de réalité virtuelle.

Enfin, Heilig a conçu en 1969 une salle de cinéma immersif, baptisée Experience Theatre (US Patent 3469837). Face à un écran hémisphérique concave, le public voit tous ses sens stimulés, tout comme avec le Sensorama. De nombreux cinémas de parcs d’attraction ou de musées scientifiques proposent à leur public des expériences cinématographiques similaires.
Cette dernière invention de Morton Heilig n’est pas la plus visionnaire : la première projection publique réalisée avec le procédé Omnimax s’est déroulée quelques années seulement après le dépôt du brevet de l’Experience Theatre. Néanmoins ce procédé allait un peu plus loin (souffle, odeurs).

Heilig a enfin créé un système baptisé Thrillerama pour la société Disney. Je ne sais rien au sujet de ce procédé, si ce n’est qu’il était interactif et fonctionnait avec des images projetées et des acteurs en chair et en os.

Depuis sa redécouverte (par Howard Reingold notamment) au début des années 1990, Morton Heilig est souvent présenté comme le père de la réalité virtuelle. Il n’est à mon avis qu’un maillon d’une très longue chaîne où l’on pourrait citer Masaccio, Piero de la Francesca, Alberti, Uccello, Jacopo Chimenti (peintre mineur mais auteur du premier dessin stéréoscopique connu), Leonard, Dürer, Jacques Daguerre (pour ses dioramas), Thomas Edison (pour son kinétoscope entre autres), Clément Ader (pour la stéréophonie) et bien d’autres.
On peut en tout cas saluer la constance de Morton Heilig (1926-1997) dans son projet d’un cinéma immersif et synesthésique.

  1. 4 Responses to “Sensorama”

  2. By sf on Sep 30, 2008

    […]Il n’est à mon avis qu’un maillon d’une très longue chaîne où l’on pourrait citer Masaccio, Piero de la Francesca, Alberti, Uccello, Jacopo Chimenti (peintre mineur mais auteur du premier dessin stéréoscopique connu), Leonard,[…]

    Est-ce que c’est à rapprocher la thèse du « spect-acteur/perspectant » de Jean-Louis Boissier ?
    J’étais tombée sur une page internet à ce sujet il y a longtemps mais, ne l’ayant pas bookmarquée, je n’ai plus su où la trouver; m’en reste un souvenir confus.
    Un livre a peut-être été édité depuis.

  3. By sf on Sep 30, 2008

    rapprocher DE la thèse

  4. By Fab80s on Sep 30, 2008

    Trés intéressant. Il y a un côté «mythe de la caverne» de Platon dans ce concept… À la grande époque de Canal, ils avaient diffusés «Polyester» de John Waters, un film en odorama de 1981. Dans le programme de Canal, il y avait des pastilles à gratter en fonction de numéro. Mais j’avais tout gratter avant de regarder le film. Que j’avais regarder en avance-rapide… Apparemment, l’éveil de nos sens revient en force pour 2020, des japonais projettent de développer une télévision 3D et en odorama. Sensationnel !

  5. By Alex' on Oct 5, 2008

    Concernant la projection 3D, des Japonais étaient arrivés à un résultat intéressant il y a quelques temps, avec un système de projection holographique se servant de particules d’eau.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.