Profitez-en, après celui là c'est fini

Mes jeux (19) Animal Crossing, par Onesound

juillet 29th, 2010 Posted in Bande dessinée, Invité, Mes jeux

(Le dernier blog invite le dessinateur Do-Bin Park / Onesound pour la série Mes Jeux)





Cette bande dessinée, mise en images par le dessinateur coréen Onesound dans le cadre d’une série de strips pour thisisgame.com, a été postée sur le forum IGN par un de ses membres.

Que soient ici remerciés Alexandre Delamaire, qui m’a signalé la version anglaise de cette bande dessinée, Ho-Sook Kang qui m’a aidé à trouver les e-mails des responsables du site thisisgame.com et Jean-François Rey pour la typo Spray Kaps.
And of course, thanks very much to Onesound for sending me his unflattened files and for allowing me to make a french version of this great cartoon.

  1. 16 Responses to “Mes jeux (19) Animal Crossing, par Onesound”

  2. By Bishop on Juil 29, 2010

    Hard et touchant. Cela ne me surprend pas par contre que cela vienne d’un Coréen.

  3. By bobig on Juil 29, 2010

    hou ! merci pour cette jolie émotion matinale !!

  4. By Alex' D on Juil 29, 2010

    Super initiative que de l’avoir traduite – vraiment.

  5. By Laurence S. on Juil 29, 2010

    Une émotion qui remue ce matin… C’est très joli et très très touchant à la fois…

  6. By Davidikus on Juil 29, 2010

    C’est vrai que c’est assez touchant. Ca en dit long sur la communication entre les parents et les enfants… Les non-dits…

    La mère de cette personne pensait-elle que ses enfants recevaient ses cadeaux en se mettant sur ce jeu « dans son dos » mais n’en parlaient pas par timidité/pudeur, ou bien pensait-elle qu’ils les recevraient bien un jour ? ou bien voulait-elle juste leur témoigner de l’affection, en se disant que s’ils les voyait tant mieux mais que sinon, tant pis ; ou bien cela lui permettait-il de montrer de l’affection sans craindre que cette affection étouffe ses enfants ?

  7. By jyrille on Juil 29, 2010

    C’est très émouvant. Et le dessin accentue cette sensation.

  8. By ab on Juil 29, 2010

    Merci.

  9. By Ossiane on Juil 29, 2010

    Très touchante ta BD!

  10. By Celine432 on Juil 30, 2010

    J’aime pas cette bd: chaque fois j’ai les larmes aux yeux et ça pique.

  11. By Jean-no on Juil 30, 2010

    @Celine432 : j’ai remarqué ce problème.

  12. By Bobby on Août 1, 2010

    J’ai un ancien étudiant de prépa, bien que bordélique et difficilement cadrable, que j’aimais beaucoup (même si on ne se croisait qu’occasionnellement et souvent par hasard, car je n’aime pas interférer avec la vie de mes élèves, chacun sa route.) qui a chuté depuis sa fenêtre et est mort sur le coup. C’est un de ses amis et également ancien étudiant qui me l’a appris en le croisant par hasard le soir de la fête de la musique, même s’il avait essayé de me joindre par e-mail avant (la direction n’avait pas fait suivre, n’étant pas au courant de quoi).
    Et bien c’est peut être con, mais j’ai envoyé un e-mail sur sa boite perso à ce jeune homme qui allait sur ses 21 ans.

  13. By Jean-no on Août 1, 2010

    @Bobby : ça me rappelle un petit strip de Lewis Trondheim qui n’arrivait pas à effacer un message laissé sur son répondeur par son ami Guy Vidal, tout juste décédé.

  14. By Bobby on Août 4, 2010

    Comme il m’est impossible d’effacer le dernier mail que j’ai reçu de mon oncle décédé d’un cancer depuis. Et pourtant, c’est le dernier de ma mailbox, celui que l’automatisation de nettoyage de mail me demande en premier d’effacer car supérieur à 1 an.
    J’imagine qu’il y a nombre d’histoires dans ce cas. C’est plus touchant que d’imaginer les fantômes de nos pseudos ou profils errant dans le cyberspace quand nous serons morts.

  15. By jefaispeuralafoule on Août 31, 2010

    C’est par cette BD que l’on doit comprendre que les jeux peuvent être autrement plus que de simples médias de distraction. Ils peuvent flatter l’ego, mener au « plaisir » de l’accomplissement, mais également au partage d’émotions.

    J’ai « initié » une très bonne amie aux MMO. Bien que cela puisse paraître complètement idiot de ma part tant le jeu est chronophage, j’ai été surpris à quel point cet environnement virtuel et persistant a permis à cette amie de changer de regard sur l’expérience ludique. Au départ, peu intéressée, elle s’est contentée de douter de la chose. Pourtant, une fois assimilé les principes fondamentaux, j’ai ressenti une véritable exaltation de sa part, notamment quand elle découvrait des nouveautés. « Ah tiens, j’ai réussi ci ou ça » annonçait-elle fièrement! Etonnant? Juste agréable, d’autant que le jeu nous offre une plateforme de jeu ET de communication (eu égard à la distance qui nous sépare physiquement).

    Et puis, un cadeau, est-ce physique? Pour moi, c’est une intention, le désir de faire plaisir. En jeu, j’ai souvent trouvé des objets qu’elle avait patiemment fabriqués, des accessoires drôles, utiles, voire totalement inutiles, mais avec la même intention de me faire plaisir. Et réciproquement.

    C’est agréable de se dire que le virtuel peut garder une trace de nos intentions… non?

  16. By mimi la bidouille on Déc 28, 2012

    Je suis une maman qui joue aussi comme ses filles à Animal Crossing. Et comme les enfants de cette bd, mes filles s’étaient lassées du jeu, bien avant moi. il y a quelques jours, elles ont recommencé à jouer et ont trouvé l’avalanche de lettres et cadeaux que je leur avais envoyés, je suis donc particulièrement touchée par cette histoire. Pour une maman, toutes les occasions sont bonnes pour dire son amour à ses enfants, même les jeux video un peu naifs. Merci d’avoir traduit cette émouvante histoire. Et joyeuses fêtes!

  17. By Ziresh on Déc 8, 2013

    Je suis un de vos étudiants de master 2 Culture et médiation des arts du spectacle, à Tours. Et j’approuve ce message !
    Plus sérieusement, j’ai quand même une grosse larme qui a coulé :’)

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.