Talons

Je ne m’étais jamais demandé à quoi servaient les talons avant que mon prof de morphologie, Jean-François Debord, projette une diapositive d’une photographie prise par un de ses prédécesseur au début du XXe siècle. La photographie montrait une jeune femme, une australienne, si je me souviens bien, pieds nus et en bottines. La jeune femme avait la beauté d’avant la grande guerre, aux formes nettement plantureuses, et cela rendait le contraste entre les deux clichés plus fort encore. Mais sur une jeune femme svelte, comme Sylvia, qui a eu la gentillesse de m’envoyer ces photos (photographe : Gilles), l’effet est le même :

On voit tout de suite que le corps change complètement de forme. Les jambes se tendent et se galbent, les fesses remontent, le dos et le ventre se creusent, la cage thoracique part en arrière, faisant pointer les seins vers le haut. Cela ne se voit pas sur la photo, mais le port de tête change aussi et devient plus altier.
En dehors du maintien, on remarque que tous les caractères féminins sont exacerbés : taille, poitrine, hanches, fesses. J’ai tenté de le montrer par le dessin. Le résultat est approximatif mais on voit que les directions du corps sont modifiées et provoquent une attitude de séduction, de tension musculaire et de dynamisme, le corps est plus élancé et plus « sthénique » :

Le talon n’est donc pas qu’un simple élément de costume, il est un caractère sexuel tertiaire qui met en valeur et exagère les caractères sexuels féminins. Le prix à payer est élevé : risques de chutes, inconfort du pied — inconfort au point que certaines femmes se font injecter de disgracieux coussinets de silicone dans les pieds pour que ces derniers s’adaptent aux mieux aux souliers à talons vertigineux, on appelle ça le « loub job », en référence au chausseur Louboutin.
Pour compléter ce genre d’analyse, on pourrait regarder ce que donne le corps en mouvement, sur des talons, et ce que ça modifie à la démarche, et comparer différentes tailles de talons et différent types de souliers.
Il est intéressant de voir que le soulier, sans parler de la hauteur du talon, est souvent dessiné pour rappeler et donc pour souligner le galbe et la tension qu’il donne au corps entier.

(On m’a promis d’autres photographies, je les publierai plus tard. Lectrices, n’hésitez pas à m’en envoyer à jnlafargue chez gmail point com)

14 réponses à “Talons”

  1. Benoît Says:

    Il est à remarquer quand même que le haut talon a été aussi porté par des hommes sous l’Ancien Régime et faisait partie de la panoplie du courtisan à l’époque de la domestication de la noblesse par le pouvoir central. Et il s’agit bien de contrainte corporelle : un aristo en haut talon ça ne monte pas à cheval, ça ne se bat pas, ça parade et ça se fait assister.
    Si la mode masculine du haut talon a disparu avec la Révolution, il reste sans doute que le haut talon reste un attribut de valorisation sociale, sans doute aussi du fait même de l’inconfort qui l’accompagne ; en hauts talons on prend le taxi, pas le métro.

    Par ailleurs une étude scientifique très sérieuse – de moi-même sur moi-même – tend à prouver que si les hauts talons chez une femme valorisent certains caractères sexuels, ils ont aussi un effet pervers de répulsion, devant le triste spectacle d’un corps volontairement contraint. La liberté du corps est attrayante. Et Marie-Antoinette se mit à porter des Converse.

    À ma fille qui rêvait d’avoir une poupée Barbie sous le sapin, le Père noël lui apporté Barbie Sirène Surfeuse Merliah, qui chausse… des tongs.

  2. Jean-no Says:

    @Benoît personnellement, les talons m’effraient toujours un peu. Je raconte souvent une histoire assez inoubliable pour moi : un jour, métro Liège, j’ai vu une femme au sol, en bas de l’escalier. Elle était inerte, les gens essayaient de lui parler… Sa tête baignait dans une mare de sang. vingt marches plus haut se trouvait le talon de sa chaussure, sans chaussure, resté fièrement debout sur la marche. C’était le responsable du drame !
    Les jeunes filles qui essaient les talons me font souvent un peu rire par leur côté gauche. Celles qui semblent faire de gros efforts mécaniques, où on sent que le pied souffre, m’inquiètent. Mais il y a aussi des femmes qui portent parfaitement les talons et c’est assez admirable bien sûr, et séduisant,…
    Je me demande si les talons modifient les caractères sexuels masculins. Ce n’est pas impossible mais ma seule référence de type avec des talons, c’est notre précédent président et… euh…

  3. Benoît Says:

    >>un jour, métro Liège, j’ai vu une femme au sol, en bas de l’escalier…
    À cette anecdote, chacun(e) aura la sienne. Les hauts talons c’est aussi un spectacle de la cruauté.

    http://4.bp.blogspot.com/_8ZKfS0OWM6s/TNfRHqwVz4I/AAAAAAAAABg/0d-MXurLdGY/s1600/ISADORA-DUNCAN02.jpg
    Isadora Duncan dansant avec la mer

  4. Dr Borg Says:

    Je ne serais pas étonné que les talons aient aussi revêtu un caractère sexuel chez les hommes, la panoplie du courtisan comprenant également de très seyants pantacourt mettant parfaitement en valeur les mollets galbés dans des bas…

  5. Jean-no Says:

    @Dr Borg : les hommes de l’aristocratie du XVIIIe avaient, notamment, une élégance particulière de la jambe…

    @Sylvia : le talon caractériserait la maman ?

  6. Sylvia @sylasp Says:

    Que penser de la vision qu’ont les enfants des talons et autres ?
    Je suis toujours étonnée lorsque mon fils, âgé de 4 ans et demi, me complimente sur mes chaussures (à talons, il ne dit rien quand je suis à plat) ou sur ma robe (les pantalons ne provoquent pas de réaction). Je vois dans sur son visage que son regard sur moi est différent, encore plus enthousiaste ; la même chose avec enfants d’amis, les petits aiment voir leur mère en robe et talons, remarquent que c’est différent (de maman en jeans)

  7. Clochette@Sylvia Says:

    Le problème, c’est que c’est difficile de trouver des choses très féminines plates, les plus jolis modèles ont presque toujours des talons, comme si les fabriquants partaient du principe que les femmes qui veulent être à plat sont forcément moins coquettes.

  8. Jean-no Says:

    @clochette : ou plutôt que quand les femmes ont des chaussures plates, c’est (peut-être) qu’elles veulent être moins coquettes – je nuance car je connais beaucoup de filles qui utilisent plusieurs tailles de talons différentes selon les moments.

  9. Antisexisme Says:

    J’ai parcouru rapidement un peu tout le blog, je l’ai trouvé vraiment très intéressant, merci :D ! et je l’ai rajouté dans mes flux RSS.

    Bref, juste un commentaire d’encouragement :)

  10. LBarret Says:

    En effet, les talons accentuent nettement la cambrure qui est une position de séduction (mettre ses seins en avant, accentuer ses fesses). IIRC, cette accentuation était l’une des raisons qu’on faisait faire de la danse classique aux petites filles. (l’autre raison étant le port de tête).

    A noter que la même position se retrouve chez les hommes : bomber le torse.

  11. Chaminou Says:

    Boarf, ça dépend des goûts, pour moi on trouve des jolies choses sans talons, tout dépend ce qui se cache derrière le joli (je trouve très belles aussi certaines chaussures pour hommes ou pour enfants, donc bon… peut-être que je pense « qualité » avant tout (j’aime les chaussures larges, en bon cuir souple à jolie couleur, etc.)

  12. Florent Says:

    Sachez que je suis particulièrement heureux de ne pas avoir lu ici une seule fois que la chaussure à talon aiguille (ou non aiguille) était la pourfenderesse de la liberté féminine. Car ladite liberté commence entre autre par se vétir comme la Dame l’entend, perchée sur du « 12 » y compris. Nul cris, par pitié, selon lesquels le talon serait un produit conçu par l’homme pour son plaisir au détriment du bien-être de sa prochaine. Pas d’accusation de porter l’étendart d’un carquant masculin dominant, macho et par là si piètrement prostatique. De nouveau « masculin », s’entend (ça évite les répétitions). A partir du moment où ledit homosapiens sapiens n’oblige pas la Femme, dont certains la considèrent supérieure à lui-même en quelques points (rhmm, sans commentaire, merci ;-]), à chausser, si divinement soit-il, le stiletto telle la première bombe posée dans le métropolitain attendant son transporteur. Le talon n’est pas contre vous et au service de notre plaisir mesdames, mais au votre d’abord et à votre guise. Merci de l’avoir entendu de la sorte. Après, certes, certains hommes aiment follement cela.
    1000 excuses pour en être.
    Quant à dévaller 20 marches sans s’arrêter ou se retenir et perdre un talon qui a su, rayonnant d’ironie, rester debout (voir plus haut), il y a un pas qu’il faut franchir. Auquel je ne crois pas vraiment.
    De tout mon coeur : bien à vous Medames (avec un « M » majuscule) et autant de remerciements que faire se peut.

  13. Sarah Says:

    Bonjour,

    Je m’excuse pour le commentaire d’avant, posté par inadvertance.

    Je prépare actuellement un exposé sur le port du talon haut, et je voudrais savoir si je peux utiliser votre dessin qui montre la posture du corps.
    En vous remerciant,
    Cordialement,

  14. Jean-no Says:

    @Sarah : pas de problème. Un jour il faudra que je refasse ce dessin, que je trouve assez moyen :)

Leave a Reply