Fourmis et lutte des classes

Un passionnant article extrait du journal Fakir et repris en ligne sur Bakchich.info : La lutte des classes révélée à l’Insee.
L’auteur, chercheurs au CNRS, montre qu’il existe plusieurs manières de représenter les mêmes données statistiques. Les dessins sont un peu tristes à regarder mais ils n’en sont pas moins très parlants.

La méthode de Weber, qui a permis de découvrir l'existence de deux "classes" de fourmis de tailles très différentes. Distribuées par nombre d'individus par taille, cette méthode fait clairement apparaître deux "cloches", un groupe d'individus dont la taille tourne autour de 45/50 mm et un autre autour de 75/80 mm.

Les mêmes données, traitées différemment, donnent ce dessin nettement moins compréhensible et à l’apparence rectiligne :

Les mêmes chiffres représentés en employant une autre méthode : les tailles semblent distribuées de manière très progressive. C'est la méthode qu'utilise l'INSEE pour montrer les différences de patrimoine entre les français.

La démonstration de l’article est plus longue et contient d’autres schémas intéressants — l’auteur cherche à établir que, contrairement à ce que les graphiques diffusés prétendent implicitement, il existe toujours bien des classes sociales en France — mais les deux images que nous reprenons ici suffisent à établir un point important à considérer pour les graphistes qui veulent représenter des données : une image ment mieux qu’un long discours, et les représentations visuelles sont tout sauf neutres.

  1. Denis’s avatar

    L’analyse de l’auteur, fut-il directeur de recherche, ne vaut pas tripette.

    « Les distributions brutes de l’Insee, confidentielles, sont bien sûr inaccessibles ». Pfff délirant. En cherchant bien, on trouve !

    Voir par exemple l’histogramme sur cette page « http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=erf2004 » Et je n’ai pas encore cherché…

    Répondre

Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *