David Longuein et Jean-Luc Lemaire

David_Longuein_Jean-Luc_Lemaire

Lieu : La Laverie, bar situé au 1 de la rue Sorbier, dans le vingtième arrondissement de Paris. David est à gauche, Jean-Luc à droite.

David et Jean-Luc se sont rencontrés à l’école supérieure d’Art et de Design d’Amiens où ils ont été étudiants de 1997 à 2002, ce qui correspond exactement à la période où j’y enseignais. À présent, ils travaillent ensemble au sein de plusieurs structures et d’un grand atelier qu’ils partagent avec quelques autres amis.
Leurs parcours sont assez différents. David, qui est né en 1977, a commencé par un cursus en architecture à Lille, puis est entré en arts plastiques à Amiens. Enfin, il a passé le concours d’entrée de l’école d’art et de design, en convainquant ses parents que le design graphique était un vrai un métier. Il est venu au concours d’entrée avec ses peintures.
Jean-Luc, né en 1975, a commencé par s’orienter vers la biologie. Après trois années, il a passé le concours de quelques écoles d’art, car le domaine l’attirait (même s’il n’avait pas une grande idée de ce qu’est le graphisme), en se disant que soit il intégrait une école d’art et abandonnait les sciences, soit il n’y parvenait pas, et restait scientifique.
David et Jean-Luc sont plutôt d’accord sur le bilan qu’il y a à tirer de leurs études : l’école était dynamique, pleine de possibilités pour ceux qui avaient envie d’en tirer parti. Ils en tirent, aussi, des rencontres, et chacun s’est d’ailleurs marié à une ancienne camarade de l’école.
Sur les dernières années, ils sont plus réservés : David était freelance dès la quatrième année, statut qui crée parfois un rapport curieux aux études : comment expérimenter en toute liberté lorsque l’on a déjà un rapport au client ? Il reste très content de son diplôme final, ce qui est moins vrai pour Jean-Luc, qui reste un peu frustré du résultat — peut-être un peu par la faute de son prof de multimédia (votre serviteur !), qui l’a poussé à ce que son travail interactif soit totalement fonctionnel, alors qu’il aurait été aussi bien de s’en tenir à un prototype de démonstration. Il est en revanche heureux de tous les voyages qu’il a effectués pendant ses années d’étude. Le DNSEP de David était consacré au livre, celui de Jean-Luc au multimédia interactif.
En sortant de l’école, Jean-Luc a à son tour pris un statut de travailleur indépendant. David a d’abord travaillé avec un des ses anciens professeurs, Olivier Champion, dans le domaine du disque. Au milieu des années 2000, le disque est devenu un domaine nettement moins rémunérateur pour les graphistes, et David a alors dû travailler seul, principalement dans le domaine de l’édition. De son côté, Jean-Luc a beaucoup travaillé avec le collectif d’artistes UltraLab™, et sa structure plus ou moins jumelle Labomatic™. Jean-Luc et David se retrouvent en 2007 pour un s’occuper de la communication de la foire d’Art contemporain Slick. En 2008, Labomatic™ se sépare, mais ses membres continuent plus ou moins de travailler ensemble, sous plusieurs noms (Lord of Design™, PBNL, L775, et enfin Art, Book, Magazine et ABM Studio), dont tous n’ont pas d’existence juridique. Je ne vais pas rentrer dans les détails, n’étant pas certain d’avoir tout compris. Je retiens que pour eux, travailler en groupe, même informel, est une force.
En 2011, excités par les possibilités de l’iPad et consternés par l’absence de bonnes réalisations dans le domaine du livre numérique, David, Jean-Luc et leurs amis créent Art, Book, Magazine, une plate-forme d’édition et de réédition de livres d’art, et notamment de catalogues d’exposition. Dans ce cadre, avec leur studio ABM Studio, ils développent notamment le savoir-faire qui leur permet de réaliser une monographie évolutive de Claude Lévêque, qui pourrait servir de modèle à bien d’autres catalogues muséographiques.
Les projets les plus passionnants sur lesquels travaillent David et Jean-Luc ne sont pas toujours les plus rémunérateurs, le métier est rude et connaît des hauts et des bas, d’autant que les budgets sont plutôt en baisse. Ils tiennent néanmoins le coup, grâce à des domaines tels que le luxe, et ne semblent pas prêts à renoncer à leur autonomie pas plus qu’au plaisir de collaborer à des projets stimulants.

Leurs divers sites : L775 | Art, Book, Magazine | ABM Studio

  1. peccadille’s avatar

    Ahhh, mais je connais leur travail, j’en ai parlé sur mon carnet de recherche cet été !

    http://johannadaniel.fr/isidoreganesh/2014/08/ifla-2014-bibliotheques-art-inha-4/

    Comme le monde est petit ! Bravo pour ce projet !

    Répondre

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *