Masques mortuaires

Le plâtre, la cire ou l’alginate permettent de prendre l’empreinte d’un visage, par exemple celui d’une personne récemment décédée — l’opération doit être faite avant que les changements soient trop importants. On trouve des exemples de moulages mortuaires en cire pendant l’antiquité romaine, qui étaient destinés à servir de modèles à des sculptures en pierre taillée. À partir de la Renaissance, on a beaucoup utilisé l’empreinte mortuaire pour conserver les traits des « grands hommes », puis, à partir du XIXe siècle, avec le développement de la médecine légale, pour l’identification des cadavres.

Le plus célèbre masque mortuaire est sans doute celui de « l’inconnue de la Seine », une femme dont on ignore l’identité mais dont le sourire apaisé a frappé les esprits. La légende veut qu’elle ait été retrouvée noyée dans la Seine à la fin des années 1880 — mais selon d’autres sources, elle serait morte de la tuberculose. Son visage a été reproduit à des centaines de milliers d’exemplaires dans le monde.

L'inconnue de la seine

L’inconnue de la Seine est, dit-on, la femme la plus embrassée du monde : son visage a été donné au mannequin « Resusci Anne », qui est utilisé pour l’apprentissage des techniques de secourisme depuis plus de cinquante ans.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *