Gaëlle le Guillou

Née en 1972 et formée au stylisme, Gaëlle le Guillou a tout d’abord travaillé dans le secteur de la mode, en réalisant des motifs textiles pour divers créateurs. Depuis 2003, elle est céramiste, à Nantes, sa ville natale. Elle s’intéresse notamment à l’art funéraire et plus généralement, aux représentations de la mort.

gaelle_le_guillou_1

Tombe gourmande.

gaelle_le_guillou_2

Urne nuage.

gaelle_le_guillou_4

Tombe potagère.

gaelle_le_guillou_5

Cimetière square (Céramique, bois, carton. photo :  Isabelle Montané)

gaelle_le_guillou_6

Eternal paradise.

gaelle_le_guillou_3

Gisante en fleurs. Cette sculpture a été exposée au cimetière Miséricorde, de Nantes. Les éléments végétaux rappellent que la vie se nourrit de la mort, et le voile symbolise le mariage avec la mort et la sagesse de son acceptation.

gaelle_le_guillou

Dans la presse locale, l’artiste se réjouissait qu’on lui ait permis d’organiser un vernissage dans un cimetière mais regrettait que l’endroit soit si peu animé : « Pourquoi ne pas organiser un pique-nique géant dans un cimetière, jouer de la musique, apporter un peu plus de vie ? Des parcelles pourraient être cultivées… ». Elle a d’ailleurs publié sur son site un questionnaire pour demander à ceux qui y répondent s’ils sont satisfaits de leur rapport aux cimetières : apparence du mobilier funéraire, solennité forcée des lieux…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *