Classiques

You are currently browsing the archive for the Classiques category.

091015RizauLait

Pour Hannah et Daphné qui m’ont toutes les deux exprimées leur envie d’en manger, probablement à cause des premiers froids…

Ingrédients
Par personne / pour 5 :
50g / 250g de riz rond
20g / 100g de sucre
400ml / 2l de lait
une gousse de vanille ou un bâton de cannelle
et en option :
une noix de beurre ou une cs de crème par personne
des fruits secs ou confits

Préparation
Laver le riz puis le mettre dans une toute petite quantité d’eau bouillante jusqu’à ce qu’il ait tout absorbé. Ajouter ensuite un peu de lait, le sucre, la gousse de vanille ou le bâton de cannelle, les éventuels fruits secs ou confits. Rajouter un peu de lait et touiller chaque fois que le lait commence à bouillir. Baisser le feu lorsque tout le lait est dans la casserole et remuer de temps à temps pour que le riz n’attache pas dans le fond. Lorsqu’il a bu tout le lait et qu’il est très crémeux (on peut toujours ajouter du lait en cours de cuisson si nécessaire), sortir du feu et ajouter encore un peu de lait de lait ou bien le beurre ou la crème (les laisser fondre un peu) puis remuer à nouveau pour bien incorporer. Servir encore chaud, éventuellement saupoudré de cannelle si on n’en a pas en bâton.


090925BoeufBourguignon

J’ai toujours confondu le boeuf bourguignon avec le boeuf aux carottes.

Ingrédients
Pour 5 personnes :
kg de viande de boeuf pour bourguignon
1,5 kg de pommes de terre
5 grosses carottes
1 gros oignon
une grosse noix de beurre
sel, poivre et bouquet garni (thym et laurier)
un peu de farine
75cl de vin rouge

Préparation
Laver et éplucher les légumes. Couper l’oignon en fines lamelles, les carottes en rondelles et les pommes de terre en gros morceaux. Faire chauffer le beurre dans une grosse cocotte. Y faire revenir les oignons. Lorsqu’ils sont blonds, jeter la viande dans la cocotte. L’assaisonner puis la fariner légèrement. Laisser cuire assez longtemps sur la même face pour que la viande prenne une belle couleur . Saisir ensuite l’autre coté. Lorsque la viande est bien dorée, mouiller avec le vin. Ajouter le bouquet garni et les carottes. Laisser cuire une bonne heure en ajoutant un peu d’eau si le vin s’évapore trop vite. Mettre ensuite les pommes de terre et recouvrir d’eau. Laisser mijoter très longtemps, au moins 3 heures supplémentaires en rajoutant un peu d’eau en cours de cuisson si nécessaire. Sur la fin de la cuisson, il faut laisser l’eau s’évaporer suffisamment pour obtenir une sauce un peu épaisse.

Un gâteau d’anniversaire et des cadeaux fait-mains par mes enfants…



Ingrédients

200g de chocolat noir pâtissier
150g de beurre
100g de sucre
25g de farine
4 œufs

Préparation
Au mixer, faire blanchir le beurre avec le sucre. Ajouter les jaunes d’œufs puis le chocolat fondu et enfin, la farine. Transvaser cette pâte épaisse dans un saladier et incorporer délicatement les blancs d’œufs battus en neige. Verser dans un moule à fond amovible et enfourner 30mn dans le four préchauffé à 180°.

Ingrédients
500g de lentilles
4 carottes
200g de petits oignons sauciers (ou ordinaires)
une noix de beurre
5 petites saucisses au cumin
1 saucisse de Morteau
2 saucisses fumées
(ne pas lésiner sur la qualité de la charcuterie : la saveur du plat en dépend)
Sel et poivre

Préparation
Laver, éplucher les carottes et les couper en rondelles. Éplucher les oignons. Les faire revenir dans une grande cocotte. Lorsqu’ils sont blonds, jeter les carottes, les lentilles et mouiller avec deux litres d’eau. Rajouter les saucisses au cumin, les saucisses fumées coupées en 3 tronçons et la saucisse de Morteau débitée en grosses rondelles. Assaisonner. Laisser cuire assez longtemps (beaucoup plus, en tout cas, que le temps indiqué sur l’emballage des lentilles) jusqu’à ce que les carottes et les lentilles soient très fondantes en bouche et baignent dans un sauce épaisse. Si nécessaire, rajouter de l’eau pendant la cuisson.

Après la roussette aux choux de Bruxelles, je persiste dans ma tentative de réhabilitation des plats maudits avec les endives au jambon. Personnellement, j’ai toujours adoré celles que préparait ma grand mère. Si vraiment on exècre les endives cuites (mais je vous enjoins de vous risquer à les gouter avant d’être catégorique sur ce point), on peut les remplacer par des blancs de poireaux.



Ingrédients

1 grosse endive ou 2 petites par personne
(ou 2 blancs de poireaux pour les récalcitrants)
2 fines tranches de jambon par personne (blanc ou fumé, on peut également utiliser de la pancetta coppata ou du bacon)
une noix de beurre
pour la béchamel (ici pour 4/5 personnes) :
50g de beurre coupé en morceaux
40g de farine (ou maïzena)
400ml de lait
sel, poivre et noix de muscade râpée
pour le gratin :
emmental râpé

Préparation
Mettre de l’eau à bouillir. Pendant ce temps, laver et éplucher les endives en coupant la base et en enlevant les feuilles abimées. Les plonger quelques minutes dans l’eau bouillante, jusqu’à ce que le jaune de la pointe des feuilles commence tout juste à foncer. Elles ne doivent surtout pas cuire plus. Les retirer du feu, transvaser dans une passoire et passer sous l’eau froide pour interrompre la cuisson. Si on dispose d’un cuit vapeur, on peut les faire cuire fendues en deux dans la longueur, 10 à 12 minutes environ. Laisser les endives s’égoutter tandis que vous préparez une béchamel bien épaisse. Pour cela, faire fondre le beurre dans une casserole. Lorsqu’il commence à frémir, délayer la farine avec un fouet. Ajouter alors le lait, petit à petit, tout en continuant de fouetter. Assaisonner avec sel, poivre et muscade, laisser bien épaissir puis sortir du feu. Essorer les endives : tous d’abord en les pressant avec les mains (on les tient par la basse et on presse vers la pointe des feuilles pour faire sortir l’eau) puis en les tapotant avec un linge très propre ou du papier essuie-tout. Les fendre en deux dans la longueur si elles ont été cuites à la casserole (ainsi, elles refroidissent plus vite une fois dans l’assiette et on risque moins de se brûler la bouche). Les faire revenir dans un peu de beurre pour leur donner une belle couleur (si on redoute l’amertume des endives, on peut ajouter une cuillère à café arasée de cassonade pour mieux les caraméliser). Les enrouler dans les tranches de jambon et mes déposer au fond d’un plat à gratin. Recouvrir de béchamel, saupoudrer d’emmental râpé puis enfourner sous le grille à 250° jusqu’à ce que le fromage forme une croûte dorée et croustillante. Laisser un peu refroidir avant de manger car l’intérieur des endives est très chaud.



Ingrédients

250g de farine
une pincée de sel
20g de sucre vanillé
3 oeufs
25g de beurre fondu
2 cs de rhum
500ml de lait

Préparation
Mettre la farine, le sel et le sucre vanillé dans un saladier. Faire un puit. Y mettre le beurre fondu, les oeufs et un peu de lait. Battre doucement avec un fouet pour commencer à incorporer la farine sans faire de grumeaux. Mouiller progressivement avec le lait. Parfumer avec le rhum. Dans la mesure du possible, laisser reposer une heure.
Vérifier la consistance de la pâte : lorsqu’on l’a fait couler, elle doit avoir l’aspect d’un ruban. Si elle est trop épaisse, rajouter une rasade de lait. Si elle est trop fluide, la laisser reposer encore.
Mettre une grosse noix de beurre dans un bol avec un pinceau en silicone. Laisser ce bol à proximité de la poêle qui servira à faire cuire les crêpes : ainsi, le beurre restera mou. Enduire une poêle d’un peu de beurre et mettre à chauffer jusqu’à ce qu’il commence à fumer. Verser alors une petite louche de pâte à crêpe. Baisser le feu et laisser cuire jusqu’à ce que la pâte ait pris et que des bulles apparaissent à la surface. Retourner alors la crêpe et laisser cuire quelques instants. Réserver dans un plat qu’on laisser à proximité de la poêle et qu’on recouvre d’une assiette pour garder la chaleur. Passer un coup de pinceau beurré dans le fond de la poêle et enchainer avec la crêpe suivante. Procéder de la même manière jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de pâte. Si la pâte épaissi encore durant le temps où on fait cuire les crêpes, lui ajouter un peu de lait.
Servir avec différentes garnitures : de la cassonade, du sirop d’érable, de la crème de marron, du caramel au beurre salé, de la chantilly et différentes sortes de confitures.

J’ai appris à faire cette tarte au collège, en éducation manuelle et technique. C’est la première recette que j’ai su faire toute seule : elle est très simple à réussir.

Ingrédients
pour la pâte sablée :
250g de farine
1 oeuf
125g de sucre
125g de beurre
une pincée de sel
pour la garniture :
5 grosses pommes
100g de sucre
2 cc de cannelle

Préparation
Préparer un peu à l’avance une compote avec 2 pommes coupées en dés et 40g de sucre qu’on met à cuire avec une cuillerée à soupe d’eau. Une fois que les pommes sont cuites, les mixer pour avoir une compote fine, y ajouter une cc de cannelle et mettre à refroidir sur le bord de la fenêtre. Pendant ce temps, préparer la pâte sablée. Travailler le sucre avec l’oeuf. Ajouter la farine et le sel et touiller jusqu’à ce que le mélange soit granuleux comme du sable. Incorporer le beurre coupé en dés et pétrir jusqu’à obtention d’une pâte souple. Garnir un moule à tarte. Piquer le fond en plusieurs endroits avec une fourchette. Laver, peler, évider les 3 pommes restantes. Les couper en fines tranches. Disposer sur la pâte la compote de pomme refroidie puis les tranches de pommes. Saupoudrer avec le restant de sucre et de cannelle. Enfourner une quarantaine de minutes à 200°, ou jusqu’à ce que la pâte soit cuite.

Newer entries »