Du 20 au 26/04 2013

130426DiversSemaine17

Ci-dessus : lasagnes aux épinards, courgettes et mozzarella (2), asperges vertes, crumble aux airelles (1), cookies chocolat nougatine.
Mais aussi : boudin blanc aux pommes et aux airelles, quiche courgettes et chorizo, sot-l’y-laisse de dinde aux pruneaux, bricks de volaille au citron confit, gratin de pâtes aux courgettes, soupe aux fanes de radis, pommes de terre aux blettes, guacamole, etc.
Le marché, les préparatifs, les menus et les recettes :

LE MARCHÉ

Fruits : gariguettes, pamplemousses, oranges maltaises, melons, citrons, pommes, bananes.
Légumes : rougette, laitue, radis, blettes, panais, carottes, oignons, sauge, courgettes, avocats.
Charcuterie : chorizo, jambon blanc fumé, jambon cru, boudin blanc.
Volailler : sot-l’y-laisse de dinde.
Crèmerie : Langres, Chaource, Neuchâtel, Gouda au cumin, œufs.
Traiteur vietnamien : rouleaux de printemps, samoussas, crevettes en beignets de pommes de terre.

PRÉPARATIFS du WEEK-END

Nous étions toujours 6 à la maison mais à part la verdure que j’ai lavé et conditionné pour ne pas qu’elle s’abime dans le frigo, je n’ai rien préparé d’avance et j’ai fait assez peu d’effort pour cuisiner durant la semaine, préférant profiter des beaux jours tant qu’ils sont là (puisque le temps semble être amené à se gâter).

*Les plats préparés à l’avance sont marqués d’une astérisque. Les notes numérotée renvoient au recettes et astuces données en fin d’article. Toutes les explications sur l’organisation des repas sont dans l’index des menus.

AU MENU

À tartiner : Langres, Chaource, Neuchâtel, Gouda au cumin, brunost, cornichons, confiture de griotte au kirsch, miel.
Desserts et petits déjeuners : crumble aux airelles (1), cookies chocolat nougatine, yaourt à la grecque, yaourt de brebis, fruits frais, divers desserts de marques un peu luxueuses achetés au rabais sur un stand du marché d’Argenteuil où sont vendus des produits laitiers dont les dates de péremptions sont proches mais qui sont consommables beaucoup plus longtemps, en vérité (soufflés aux fruits de la passion, brownies avec une crème anglaise et cheesecakes).

SAMEDI
Déjeuner : rouleaux de printemps, samoussas, crevettes en beignets de pommes de terre accompagnés de riz gluant.
Dîner : boudin blanc aux pommes et aux airelles, fraises et bananes à la crème chantilly vanillée

DIMANCHE
Brunch : crumble aux airelles (1)
Dîner : quiche courgettes et chorizo, salade

LUNDI
Déjeuner : restes de dahl de lentilles corail et riz
Dîner : sot-l’y-laisse de dinde aux pruneaux

MARDI
Déjeuner : lasagnes aux épinards, courgette et mozzarella (2)
Dîner : bricks de volaille au citron confit et courgettes, salade et melon

130424ExpoDemy

MERCREDI
Déjeuner : déjeuner sur le pouce à Paris pour aller voir l’expo Jacques Demy à la cinémathèque.
Dîner : asperges vertes et soupe aux fanes de radis

JEUDI
Déjeuner : gratin de pâtes aux courgettes, salade
Pour faire plaisir aux filles, l’ainée qui repartait dans la soirée à Strasbourg et la cadette qui avait invité une copine à déjeuner pour travailler ensuite sur leur projet de court métrage, j’ai fait une fournée de cookies.
Dîner : jambon crû et melon, salade composée

VENDREDI
Déjeuner : pommes de terre aux blettes
Dîner : dîner sur le pouce au théâtre où nous sommes allés voir un copain en concert, suivi d’un apéro tardif chez mon beau-frère et ma belle-sœur pour lequel j’avais juste préparé à l’avance un guacamole.

RECETTES ET ASTUCES

130421Crumble

(1) Crumble aux airelles : un crumble avec deux bananes à la peau noircie, quelques poires et pommes ayant survécu à la semaine dernière mais menacées par la concurrence déloyale des fruits plus frais, auquel j’ai rajouté quelques fruits secs et ce qui restait de la sauce aux airelles de la veille. J’ai rajouté du sucre au jus d’airelle et je l’ai fait cuire comme un sirop pour l’épaissir. J’ai épluché et coupé mes fruits en morceaux, je les ai disposé dans un grand plat en pyrex et je leur ai ajouté des raisins secs et quelques pruneaux que j’ai dénoyauté et coupé en quatre, puis j’ai versé les airelles et leur sirop sur le dessus. J’ai préparé le crumble avec 250g de farine, 125g de beurre, un peu de miel et des graines de sésame. Je l’ai disposé sur les fruits puis j’ai enfourné le tout dans mon four préchauffé à 230° et laissé cuire jusqu’à ce que la croûte commence à dorer.

130423Lasagnes

(2) Lasagnes épinards, courgettes, mozzarella… ou comment préparer des lasagnes dans un plat rond. Normalement, je prépare les lasagnes dans un grand plat rectangulaire et s’il en reste, ce n’est pas grave, on les réchauffe. Là, je voulais juste en faire une petite quantité pour déjeuner avec ma grande. Il ne restait que quelques feuilles mais pour en faire cuire si peu, je ne dispose que d’un plat rond… à priori pas franchement pratique pour les lasagnes. Du coup, j’ai cassé mes feuilles pour les disposer plus facilement et c’était très bien au final. J’ai commencé par une couche de lasagne, puis une couche d’épinards sautées avec de l’oignon rouge, une couche de mozzarella, une nouvelle couche de lasagne, une couche de courgettes revenues avec des tomates concassées et du romarin, une deuxième couche de mozzarella, une dernière couche de lasagne, de la béchamel et pour finir, du fromage râpé saupoudré de romarin.

Revenir aux préparatifs
Revenir au menu

INDEX DES RECETTES

  1. sylvette’s avatar

    Ce soir je vais faire des asperges vertes magnifiques trouves au marché vendredi. Une fois que je les ai blanchies, j’enroule chaque asperge dans une tranchouille de jambon de parme, je les serre dans un plat. Un jet d’huile d’olive dessus. Je saupoudre de parmesan et hop sous le grill jusqu’à ce que l’ensemble soit doré. Miam! Je pense que je vais faire tes lasagnes dans la semaine… j’en ai l’eau à la bouche. Moi j’ai fait cuire mes oignons pour une pissaladière (mes enfants disent une « pisse à la bière »)…

    Répondre

  2. nathalie’s avatar

    J’ai racheté des asperges vertes — là qu’on a de nouveau un temps pourri, je me suis ruinée en trucs qui simulent le printemps — et je crois que je vais tenter ton affaire qui m’inspire grave (mais avec de la pancetta coppata, je n’ai pas de jambon de parme). Quand à tes enfants, ce sont de vilains petits insolents qui ne méritent pas cette pissaladière dont je compte bien que tu me révèles la recette… Parce que je fais de temps à autre un truc que j’appelle comme ça, mais pour être honnête, c’est pas mal inventé alors ça m’intéresse que tu me dises la vérité.

    Répondre

  3. sylvette’s avatar

    Bon OK, puisque je viens à l’instant même d’enfourner tes lasagnes de légumes, je vais te filer THE ULTIMATE recette de Pissaladière. Il faut d’abord savoir que moi je l’aime avec une pâte bien épaisse, donc je mets un œuf dans la pâte, comme en Sicile, mais c’est pas une obligation.
    Le plus dur c’est de peler 2kg d’oignons (je mélange quelques oignons rouges dedans mais sinon c’est de l’oignon jaune de base), ensuite il faut les faire cuire jusqu’à les confire avec deux gousses d’ail écrasée, du sel et de l’origan ou du romarin (perso je met les deux). pendant qu’ils confissent gentiment, tu prépares ta pâte. Il en faut suffisamment pour une belle grande plaque, donc tu prends 500gr de farine, deux sachets de levure de boulanger que tu délaies dans de l’eau tiédasse ou du lait tiédasse aussi, 5 cuillérées d’huile d’olive et du sel au pifomètre. Tu mélanges et au final tu dois obtenir une pâte lisse mais pas ferme, un peu molasse mais pas collante (c’est tout la difficulté). Tu laisses gonfler une première fois avec un film plastique dessus et tu l’écrases d’un coup de poing rageur avant de la laisser remonter à nouveau. il faut qu’elle double de volume à chaque fois. Si tu as le temps tu le fais 3 fois sinon 2 ça suffit. Tu étales sur ta plaque beurrée et tu laisses monter à nouveau, puis tu étales tes oignons confits et tu disposes harmonieusement des filets d’anchois au sel et des olives niçoises (uniquement niçoises, les toutes petites délicieuses, sous peine de mort immédiate). Là je rajoute un peu d’origan ou de marjolaine et hop, j’enfourne dans mon four préalablement chauffé à 240°, pendant une durée indéterminée (en gros je surveille et quand c’est bien doré mais pas brûlé je sors le truc du four… en gros je dirais 25mn, ça dépend du four)… Rien d’autre, pas de tomate, pas de crème fraîche, pas de pâte feuilletée (là sous peine de mort après des semaines de tortures abjectes). Rien. Voilà.

    Répondre

  4. sylvette’s avatar

    Pour l’eau tiédasse c’est 200ml. Et si tu veux tu rajoute donc un œuf entier avant de tout mélanger.

    Répondre

  5. nathalie’s avatar

    Pendant que tu enfournais mes lasagnes, je faisais tes asperges au parmesan. C’était bien ! Merci pour la pissaladière ! Dis donc, ça m’a l’air de demander un peu de boulot quand même mais je reconnais que ça donne envie… Je pense faire un essai avec la moitié des quantités parce que ma nouvelle cuisinière a un four beaucoup moins grand que l’ancien, je ne suis pas certaine de pouvoir étaler une telle quantité de pâte sur la plaque. Je ferais éplucher les oignons par Jean-No parce que moi ça me fait souffrir (j’ai essayé tous les conseils possibles, mais même pour un tout petit oignon, j’ai toujours la chouigne avec les yeux qui piquent, gonflés comme ceux d’un crapaud). Tu sais pourquoi il faut faire tant de manipulation de la pâte, pendant qu’elle lève ? Pour l’olive niçoise, je ne garanti pas ma fidélité (vu que je ne suis pas certaine de pouvoir trouver ça) mais pour être épargnée, je veux bien te mentir :-)

    Répondre

  6. sylvette’s avatar

    nouvelle cuisinière??? mais elle fait moins de 60cm de large??? (tu t’es fait avoir). Moi les oignons ça me fait chialer comme un veau et j’ai mal aux yeux, mais je reste stoïque. Oui la manipulation de la pâte c’est pour qu’elle lève… comme le pain, quoi. Je veux une photo de la réalisation!!

    Répondre

    1. nathalie’s avatar

      Mais bien sûr qu’elle fait moins de 60cm : t’as vu la taille de ma cuisine ! Pour avoir mieux, il faudrait que je refasse tout mais on a pas l’oseille. Elle en fait 50 et j’ai pris celle qui avait le four avec le plus gros volume dans les cuisinières petites tailles. Mais ça reste petit joueur. Ma défunte et regrettée cuisinière, elle, avait un four immense pour une largeur de 55cm qui rentrait pile poil dans l’espace dont je dispose. Comme quoi les fours en amiante, ça avait quand même des qualités :-)) Quand à la pâte à pain, pour ma part, je ne m’emmerde pas à la faire dégonfler plein de fois. Je te tabasse ça un bon coup et c’est réglé :-)

      Répondre

      1. sylvette’s avatar

        Et après c’est moi qu’on appelle « la cogneuse »… Bon mais je suis contente que tu aies une nouvelle cuisinière, la vieille me faisait peur. Dans notre premier appart, la vieille dame qui nous le vendait nous laissait sa vieille cuisinière années 50 sublime, en 110 de largeur!! Belle comme un camion! Quand le chauffagiste est venu pour l’entretient de la chaudière, je lui ai demandé de vérifier s’il la cuisinière marchait bien, sans fuites… et j’ai pu lire l’épouvante dans ces yeux révulsés. Il m’a fait jurer de la jeter, et comme nous sommes influençables, nous avons obtempéré…

        Répondre

      2. Sylvia’s avatar

        je m’inscrute :-)
        Pour la pissaladière, : afin d’avoir un goût plus prononcé d’anchois (quand on aime ça) on peut mélanger de la pâte d’anchois (des anchois mixés avec un peu d’huile olive, et pourquoi pas olives/câpres) avec le confit d’oignons avant d’étaler sur la pâte (je fais comme une pâte à pain mais avec un ajout d’huile d’olive), je trouve que ça fait moins tarte à l’oignon ainsi.
        J’ai la dalle tiens, c’est malin :-)

        Répondre

        1. nathalie’s avatar

          Oui, ça me met bien en appétit aussi, d’autant que je suis dingue d’anchois et de câpres…

          Répondre

        2. sylvette’s avatar

          Sans vouloir jouer les puristes, des câpres??? sur une pissaladières??? ça commence comme ça et après on achète de la pâte feuilletée et on rajoute du gruyère et des tomates en boîtes… Tsss!tsss! Et Dieu sait que j’adoooore les câpres. Pâte à pain avec huile: oui bien sûr, avec une bête pâte brisée ce n’est plus une pissaladière. Pour la pâte d’anchois je suis d’ac aussi: chez moi on appelle ça du pissalat (d’où le nom), mais il faut y aller mollo. Chez moi je ne peux pas, je vis au milieu de gens qui n’aiment pas l’anchois!!! (Life’s a bitch, and then you die)

          Répondre

        3. Sylvia’s avatar

          Sylvette : j’ai suggéré des câpres car il y en a souvent dans les anchoiades, je voulais être ouverte, mais en réalité je déteste ça, donc je n’en mets pas !! Ouf, la pissaladière est sauve !!

          Répondre

          1. sylvette’s avatar

            On échappe de justesse à la tragédie!! De toutes les façons, faut être ouverte mais que quand ça nous arrange. Par exemple, moi qui adore les anchois, mais qui vit au quotidien avec trois anchoïophobes: j’en mets des tonnes et c’est moi qui les mange ensuite, pour leur éviter le trauma gustatif.

            Répondre

          2. Sylvia’s avatar

            mixés dans la sauce tomate, l’apport marin sans la texture, ça ne marche pas ?

            Répondre

          3. sylvette’s avatar

            Et voilà! je savais bien que c’était la porte ouverte aux abus… Que tu mixes des câpres avec tes anchois pour faire ton pissalat, je veux bien… uniquement parce que la vraie recette est un peu dégueue et chiante à faire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pissalat
            Mais tu vois que si je te laisse faire tu vas me mettre de la sauce tomate dans la pissaladière!!!

            Répondre

          4. Sylvia’s avatar

            Mais non !!! Je disais qu’on pouvait profiter des anchois en rusant, pour la pasta de tous les jours quoi !!
            J’ai longtemps vécu en Provence, j’ai quelques notions :-P

            Répondre

          5. nathalie’s avatar

            Mais qu’est-ce qui s’est passé ici ??? On s’absente deux minutes et c’est la (désormais célèbre) guerre de 1978 ! Comme j’adore commettre des hérésies (c’est mon coté démoniaque) je peux vous mettre d’accord en préparant une pissaladière sur pâte feuilletée avec tomates et câpres… Sans olives provençales et si vous insistez, je peux même la faire sans les oignons (mais pas sans les anchois, il y a des limites)… Je suis sûre que ça sera super bon et je serais même capable de publier la recette en usurpant le nom de pissaladière ! AHAHAHAH (rire diabolique, genre celui de Vincent Price dans Thriller). Finalement, il y a des domaines où on peut se la jouer super vilain à peu de frais :-)

            Répondre

          6. sylvette’s avatar

            Ha mais j’ai pas dit que le résultat ne serait pas bon… c’est juste que ce sera pas de la pissaladière. Et si tu m’embêtes je viens faire un atelier Pissalat dans ta cuisine.

            Répondre

          7. nathalie’s avatar

            Hinhinhin… Si j’osais t’avouer ce que j’appelais pissaladière jusqu’ici, tu viendrais m’achever à coup de hache ;-)

            Répondre

          8. sylvette’s avatar

            Elle va m’annoncer froidement qu’elle met des merguez coupées en dés… ou des pommes… de la crème fraîche?? Ou tout ça à la fois!!! Vas-y, avoue.

            Répondre

          9. nathalie’s avatar

            Ah ouais, non là quand même ça a l’air un peu dégueu ton truc :-) Je te dirais une autre fois, histoire de ménager mes effets.

            Répondre