Ajvar

L’Ajvar est un confit de poivrons qu’on prépare traditionnellement en automne dans les Balkans. Comme j’adore ça, je me suis décidée à faire une tentative. Si elle est suffisamment concluante (je vais devoir attendre au moins une semaine pour goûter ma production) je réitérerais en plus grande quantité pourvu que je trouve encore des poivrons chez mon maraicher d’ici là. Mon interprétation de l’Ajvar est  rustique, par goût personnel, mais il est possible d’avoir une texture  plus lisse, si on préfère, en pelant et en hachant plus finement les légumes.

Ingrédients
Pour 800 ml d’ajvar :
800g de poivrons rouges
400g d’aubergine
3 litres d’eau
500 ml de vinaigre d’alcool
200 ml d’huile
2 cs de sucre
1 cs de sel
1 cs de purée de piment
1 gousse d’ail

Préparation
Laver, équeuter et épépiner les poivrons. Laver, équeuter et couper en gros tronçons l’aubergine. Faire bouillir l’eau et le vinaigre dans une grande casserole ou un faitout. Y faire blanchir les poivrons et l’aubergine pendant 4 minutes. Dans certaines recettes, les aubergines et les poivrons sont grillés au four mais je ne sais pas, dans ce cas là, si on peut conserver l’Ajvar très longtemps car il me semble, même si je dis peut-être une bêtise, que le blanchiment dans le vinaigre fait partie des précautions à prendre pour éviter le botulisme, qui est le principal danger des conserves maison, particulièrement celles contenant des matières grasses. Bien égoutter les poivrons et les aubergines. Les passer au hachoir à gros trou. Mettre ce hachis dans un faitout avec l’huile. Faire cuire à feu très doux pendant une heure en mélangeant régulièrement. À mi-cuisson, ajouter la gousse d’ail réduite en purée, le sel, le sucre et la purée de piment. Stériliser les bocaux, parfaitement lavés et essuyés, en les mettant au four à 100° pendant au moins 20 minutes. Y verser la préparation d’ajvar et enfourner pendant encore un quart d’heure. Laisser refroidir complètement. Ajouter une pellicule d’huile sur le dessus du confit et boucher le pot hermétiquement. Attendre au moins une semaine avant de consommer.

Tags:

  1. sylvette’s avatar

    Quant à ça je vais tenter le coup pas plus tard que ce week-end, mais j’ai l’impression que les poivrons sont hors de prix. T’as essayé de mettre des amandes dedans?
    Si tu veux je peux t’échanger un pot de citrons confits maison contre un pot de ta tambouille croate. Très belles photos d’ailleurs, ça donne envie!! le jour où Porquerolles aura brûlé entièrement, on viendra t’emmerder en vacances.

    Répondre

  2. Nathalie’s avatar

    J’en ai fait parce que je trouvais les poivrons accessibles chez mon maraicher mais j’ai l’impression qu’ils en ont eu beaucoup cette année et je suis même surprise d’en trouver encore à ce moment de l’année (c’est quand même du poivron du Val d’Oise). Le coup des amandes, je ne le sens pas trop, connaissant le goût du truc, mais peut-être que je préjuge. Concernant la Croatie, j’ai bien peur, hélas, qu’à force d’être beau ça ne finisse par devenir horrible. Le voyage avec mes enfants à Split et à Trogir, lieux hautement touristiques où je ne mettrais pas un pied l’été, m’a désespéré du tourisme. Le trajet le long de la cote nous a offert par endroit un écœurant festival de laideurs destinées à accueillir ces derniers. Si les sites historiques sont encore épargnés, leurs abords sont parfois sidérants. Le tourisme, ça n’a rien à voir avec le voyage, c’est juste la prostitution de la culture.

    Répondre

  3. sylvette’s avatar

    Bon mais dans ton coin, y a pas un Allemand rougeaud rassure-moi?
    Je vais tenter ton machin au poivron si j’en vois des bien beau et bien rouge au marché vendredi prochain. Sinon j’attendrai la saison.

    Répondre

  4. nathalie’s avatar

    Juste chez moi il y a relativement peu de touristes car l’activité principale est la pêche, pour laquelle le village est très renommé. Mais dans les autres villages de l’île ou à Zadar, c’est autre chose, même si par chance ce n’est pas la région la plus connue de la côte. Pour ce qui est de l’Ajvar, normalement on le prépare en septembre, quand c’est la pleine saison des poivrons. Mais comme il a fait doux cette année…

    Répondre

  5. loukoum°°°’s avatar

    Alors, la recette est concluante?

    Répondre

  6. nathalie’s avatar

    Oui :-) Le premier pot a été ouvert avant-hier et je suis contente du résultat : c’est très très bon… suave mais correctement relevé. Je vais en refaire quelques pots si je trouve des poivrons au marché ce matin.

    Répondre