5 juin 2010

You are currently browsing the daily archive for 5 juin 2010.

Préparé pour le goûter d’une Manga Party… L’idée était de faire quelque chose d’amusant et d’accessible pour les enfants.

Ingrédients
Pour un assortiment de 10 nigiri sushi, 15 maki et 10 maki californiens
250g de riz (pour sushi… ou bien un mélange 2/3 riz gluant et 1/3 riz basmati et même en dernier recours, du riz rond)
4 cs de vinaigre de riz pour suhi
6 feuilles d’algue nori
6 crevettes
5 bâtonnets de surimi
1/4 de mangue
1/4 de concombre
1/2 avocat
des graines de sésame
4 cs de sauce soja et le jus d’un citron vert

Préparation
Le riz vinaigré
Quelques heures à l’avance, laver le riz : le faire tremper quelques minutes dans un grand saladier rempli d’eau tout en le brassant avec les mains pour faire sortir l’amidon puis le passer au chinois et le rincer à l’eau clair. Recommencer cette opération 5 fois en changeant chaque fois l’eau. Bien égoutter. Faire ensuite cuire le riz au rice cooker dans une fois et quart son volume d’eau (à défaut de rice cooker dans une casserole anti-adhésive avec un couvercle, baisser le feu et compter un quart d’heure après le début de l’ébullition). Une fois le riz cuit, le laisser un peu tiédir et lui ajouter le vinaigre. Mélanger avec une fourchette pour l’incorporer.

100605NigiriSuhiFantaisie

Nigiri sushi aux crevettes

Former 10 boulettes de riz d’une quantité équivalente à une cuillérée à soupe environ. Pour le moulage du riz, on peut utiliser un petit accessoire vendu dans les magasins japonais ou bien mouler le riz avec le creux de la main de sorte à lui donner une forme oblongue.
Rouler les boules de riz dans les graines de sésame. Poser une demi crevette décortiquée sur chaque boule et la maintenir avec une bandelette correspondant à 1/5 de feuille de nori légèrement humectée avec un pinceau (découper la feuille d’algue avant de la réhydrater).

Maki au surimi
Éplucher la mangue, en prélever 1/4 environ (le reste pourra servir pour une salade de fruit) et le découper en fine lamelle. Faire de même avec le 1/2 avocat ainsi qu’avec le 1/4 du concombre, épluché et épépiné. Pour rouler les makis, utiliser un set en bambou (à défaut, un set de table souple). Poser la feuille de nori, sur le set de sorte à ce que les stries indiquent la découpe des makis (5 portions par feuille + un débord d’un cm environ de chaque coté) et que le coté brillant ne soit pas visible. Poser deux cuillérées à soupe environ de riz qu’on réparti dans la largeur sur le tiers supérieur de la feuille de nori. Poser sur le dessus des lamelles de mangue, de concombre et d’avocat ainsi qu’un bâtonnet de surimi coupé en deux dans la largeur.  Rouler en serrant bien. Découper 5 portions par rouleau en sacrifiant les extrémités (qu’on peut donc manger sans scrupule)

100605MakiFantaisie3

Maki californiens
Commencer par rouler dans 1/2 feuille de nori les lamelles de surimi, de concombre, d’avocat et de mangue. Réserver et placer ensuite sur le set en bambou un film alimentaire d’environ la moitié de la longueur des feuilles de nori. Le parsemer de graine de sésame puis recouvrir d’une fine couche de riz. Placer au début du deuxième tiers le rouleau de nori et l’envelopper de riz en commençant par rabattre le film alimentaire puis en roulant et compressant le maki dans le set en bambou. Enlever le cellophane et, comme pour les makis classiques, découper 5 portions par rouleau.

Servir le tout avec un mélange de sauce soja et de citron vert pour sauce.

100605Omelette

Je profite de ce que j’ai acheté des giroles et des asperges des bois (une première mais il faut bien admettre qu’elles sont plus décoratives que goûteuses… pas grand chose à voir avec les asperges d’ailleurs) pour donner le procédé de cuisson de l’omelette.

Ingrédients
2 ou 3 œufs par personne
sel et muscade
huile et/ou beurre
garniture

Préparation
Battre, mais pas trop (ne pas faire mousser) les œufs à la fourchette avec du sel et de la muscade. Choisir une poêle assez grande pour que le mélange d’œufs battus puisse s’étaler sur une épaisseur raisonnable (environ 2cm). Laisser chauffer la matière grasse jusqu’à ce qu’elle soit vraiment très chaude (c’est la condition d’une omelette réussie) et répartie uniformément dans la poêle. Verser alors le mélange d’œufs. Dans les deux première minutes de cuisson, faire comme des incisions au centre avec une spatule en bois pour faire couler le mélange d’œuf encore cru sous les parties saisies puis faire de même sur les bords en les soulevant, à plusieurs reprises pour que l’omelette soit comme feuilletée. Ajouter ensuite les ingrédients qui doivent parfumer l’omelette et qu’on aura fait cuire au préalable de la manière qui leur convient. Par exemple pour les girolles il faut les faire d’abord dégorger dans une poêle chaude, puis les égoutter et les faire ensuite revenir dans un peu d’huile. Les pommes de terre doivent être coupées et cuites à l’eau ou à la vapeur… Pour les asperges des bois, une cuisson de quelques minutes dans un peu d’eau bouillante ont suffit. Pour les accompagnement qui ne rendent pas d’eau et lorsque leur quantité n’est pas trop importante (lardons, champignons de Paris, par exemple) on peut cuire l’omelette par dessus après les avoir fait revenir. Revenons à notre omelette : baisser le feu et laisser cuire encore trois minutes environ : l’omelette ne doit surtout pas être sèche. C’est à ce moment là qu’on ajoute éventuellement les herbes hachées. Pour finir soulever la moitié de l’omelette avec une spatule et la rabattre sur l’autre moitié. Servir de suite.