140205-NavetsLactoFermentes

J’ai mis du temps à me lancer dans la lacto-fermentation parce que tous les articles que je pouvais dénicher sur le sujet me donnaient l’impression que c’était un peu compliqué et surtout, que le procédé était sensible… Pour l’expérience que j’en ai, c’est exactement le contraire : ultra simple et très peu contraignant. Je l’ai désormais réitéré suffisamment pour être certaine que ça marche à tous les coups, ce dont je voulais m’assurer avant de poster la recette sur ce blog. Ces navets lacto-fermentés inspiré des navets à la libanaise sont vraiment délicieux, bien meilleurs que ceux que je faisais auparavant au vinaigre et vraiment très simples à préparer. Au delà de leurs qualités gustatives, il semble que les produits lacto-fermentés soient par ailleurs excellents pour la santé (vous trouverez sur Internet une abondante littérature sur le sujet).
Ceux qui sont familiers de mon blog ou de mon intérieur auront peut-être remarqué, au passage, qu’après 4 ans de bons et loyaux services, ma nappe orange avait été remplacée. Elle avait appartenu auparavant à ma belle sœur et bien qu’elle ai commencé à se dégrader sérieusement ces derniers temps, c’est la nappe la plus robuste que j’ai jamais eu (auparavant, on voyait sur ce blog ce qui semblait une même nappe cirée à pois dont j’ai usé, en vérité, quatre exemplaires). Du coup, j’ai racheté une nappe de qualité équivalente dont j’espère qu’elle tiendra bon aussi longtemps.

Ingrédients
Pour 4 parfaits d’un litre :
8/10 beaux navets
une ou deux betteraves rouges crues (pour leur couleur et leur croquant)
2,5 litres d’eau
75g de sel (30g par litre d’eau)

Préparation
Porter l’eau avec le sel à ébullition dix minutes puis sortir du feu. Une fois la saumure complètement refroidie, laver et éplucher les légumes (les choisir très beaux, très frais, bien croquants comme toujours pour les conserves) et les couper en morceaux. Voilà, l’essentiel du travail est fait ! En remplir les bocaux en verre. Inutile de les stériliser mais il faut en revanche qu’ils soient impeccablement propres. Recouvrir presque jusqu’à ras-bord avec le saumure. Fermer les bocaux. Inutile de les stocker dans le noir ou que sais-je encore : ils peuvent sans problème être laissé, par exemple, sur le plan de travail de la cuisine.
Tous les jours, pendant une semaine, ouvrir les bocaux et enlever avec une petite cuillère bien propre l’écume sur le dessus. Cette opération ne prend pas plus d’une minute : inutile d’être trop maniaque, l’important est d’enlever le plus gros. Attendre ensuite au moins une semaine de plus pour consommer les navets. Le processus de lacto-fermentation prend très vite : la saumure devient acide et les navets s’imbibent. La chair de la betterave, qui est plus dense, s’imprègne un peu plus lentement. Deux semaines de plus et c’est vraiment parfait. Il est normal que du gaz s’échappe des bocaux lorsqu’on les ouvre. Les aliments ainsi conservés ne présentent pas de risque sanitaire. Il semble que lorsque la lacto-fermentation foire, les produits signalent tout simplement par leur mauvaise odeur qu’ils ne sont pas mangeables. Le processus semble pourtant fonctionner si facilement que j’ai peine à imaginer que ça puisse arriver. Mais peut-être que les navets se prêtent particulièrement bien à ce type de conservation.
Voilà, j’espère que ma petite expérience vous incitera à essayer : si j’avais su que c’était aussi simple, je m’y serais mise bien avant. Il faut que j’expérimente maintenant le procédé avec d’autres légumes.

Le Havre

140127LeHavreGare

140127LeHavreGrandeRoue

140127LeHavreHotelDeVille

D’autres photos : Read the rest of this entry »

Du 4 au 10/01

UNE HEUREUSE ANNÉE 2014 À TOUS !

140110DiversSemaine02
Ci-dessus : salade composée (3), tarte pistache-framboise (5), quiche lorraine aux épinards (4), pâtes sauce tomate, poitrine fumée et olives (6).
Mais aussi : pâtes épinards bacon et mascarpone (1), choucroute de la merriz au lait, canard au citron, olives et fenouils, velouté de potimarron et croûtons (2), pudding, velouté de topinambours à la noisette, soupe de panais et carottes blanches (7), etc.
Le marché, les préparatifs, les menus et les recettes : Read the rest of this entry »

C’est ma recette préférée du moment,  inspirée par la délicieuse cuisine de ma copine Myriam chez qui je m’invite à manger le vendredi, de temps à autres. Les photos sont moches car la lumière artificielle n’est pas flatteuse — on est en hiver et le jour tombe vite — mais le plat est vraiment simple à réaliser et délicieux. Et puis c’est le moment de manger du canard : aux alentours des fêtes de fin d’année, on en trouve pour pas cher… probablement ceux dont on a prélevé le foie gras.

140105CanardOlives1

Ingrédients
Pour 4 personnes
8/12 manchons de canard (de préférence)
ou à défaut 4 cuisses (c’était le cas cette fois-ci)
un gros oignon (j’aime bien en mettre un rouge pour la couleur mais je n’en avais pas)
un peu d’huile d’olive ou de la graisse de canard si on en a
3 citrons bio ou non traités
un bocal d’olives vertes dénoyautées
600g de fenouils (des petits de préférence)
1kg de pommes de terre
un bouquet de coriandre (je n’en avais pas cette fois-ci)

140105CanardOlives2

Préparation
Nettoyer soigneusement les pommes de terre et les fenouils. Les coupes en morceaux. Mettre à revenir la viande de canard dans un peu d’huile d’olive ou de graisse de canard : pour avoir la place de les faire tous bien dorer, je mets la moitié dans la cocotte qui va me servir à faire mijoter mon plat et l’autre dans une grande poêle. Ajouter l’oignon émincé. Une fois les morceaux de canard bien dorés et les oignons blonds, les regrouper dans la cocotte et utiliser la poêle pour faire revenir les fenouils. Mettre dans la cocotte les olives avec leur saumure (en revanche, on n’utilisera pas de sel). Pour info, la saumure des olives ne contient que de l’eau, du sel et du E330 qui malgré le nom barbare imposé par la norme, n’est rien d’autre que de l’acide citrique, c’est à dire du jus de citron. Ajouter le jus de trois citrons (moins si vous préférez) et le zeste râpé d’un seul. Une fois les fenouils un peu caramélisés, les mettre à leur tour dans la cocotte, ajouter les pommes de terres, la coriandre et recouvrir d’eau. Placer un couvercle sur la cocotte le temps d’amener à petit bouillon puis découvrir, baisser à feu moyen et laisser mijoter au moins une heure trente ou même plus longtemps (attention à surveiller tout de même l’état de la cuisson pour que rien n’attache) : servir quand le canard est devenu très tendre et se défait un peu, que les pommes de terre sont ultra fondantes et ont bien épaissi la sauce avec leur amidon (ça ne doit pas ressembler à une soupe mais bien à un ragoût avec une sauce dense). Il est possible, dans l’aventure, que les fenouils fondent : si on les préfère un peu moins cuit, les mettre de coté et les ajouter un peu plus tard dans la cocotte.

140105CanardOlives3

Ça fait un moment que je n’ai pas publié de recettes sur ce blog… Je m’étais promis de noter les menus de la semaine pendant un an après quoi, j’ai fait une petite pause. Il faut dire que je ne manque pas de travail en ce moment et puis surtout, je me suis faite opérer des gencives ce qui a réduit mon alimentation, pendant quelques temps, à des soupes de légumes finement mixées et des compotes. Me revoici avec une salade de pommes de terre assez relevée que j’ai fait souvent ces temps-ci et dont mes enfants raffolent.

131213SaladePdt1

Ingrédients
1,5 kg de pommes de terre brossées (bio de préférence si on veut garder la peau)
250g de haddock
250g de crevette roses
une boite d’anchois roulées aux câpres
une boite de thon blanc (de préférence à l’huile d’olive)
2 tranches de saumon fumé (bio de préférence… vu comme le saumon craint)
un gros oignon rouge (ils sont plus doux et plus jolis mais un oignon jaune ferait l’affaire)
4 cuillerée à  café de câpres
des cornichons coupés en fines rondelles
Pour la vinaigrette
une grosse cuillerée à soupe de moutarde forte
une grosse cuillerée à soupe de moutarde à l’ancienne
4 cuillerées à soupe d’huile d’olive (un peu plus si on ne met pas de thon à l’huile)
le jus de 4 citrons
un bouquet d’aneth
un peu de poivre
Inutile de saler : entre le sel contenu dans la moutarde et celui des poissons fumés, il y en aura bien assez. Par ailleurs, les quantités sont données à titre indicatif : on peut ajuster à ses goûts et à ce qu’on a sous la main. J’ai mis cette fois-ci à peu près tout ce qu’on peut y mettre comme poisson mais c’est, en quelque sorte, la version grand luxe : généralement, je n’en mets qu’entre une et trois sortes. On peut évidemment en mettre d’autres, comme du crabe ou du hareng, par exemple.

131213SaladePdt2

Préparation
Elle est assez rapide si on n’épluche pas les pommes de terre. On se contente de bien les laver puis on les coupe en morceaux. On les cuit à l’eau, à la cocotte minute ou au cuit vapeur (compter entre 15 et 30 minutes selon le mode de cuisson et la taille des morceaux). Pendant ce temps, on poche rapidement le haddock (5 minutes environ) puis on enlève la peau en glissant un couteau dessous (ça part tout seul, on peut la donner aux chats) et on le coupe en gros morceaux. On épluche les crevettes, on coupe le saumon en lamelles, on émince l’oignon, on cisèle l’aneth puis on prépare la vinaigrette avec tous les ingrédients. Une fois les pommes de terre cuites, on les mets dans un grand saladier, on les mélange immédiatement avec la vinaigrette (dont elles vont beaucoup mieux s’imprégner que si on attend qu’elles soient froides), les différents poissons et fruits de mer, l’oignon, les câpres et les cornichons. On mélange bien, on attend que ça ait suffisamment refroidi pour mettre au réfrigérateur. On laisse mariner quelques heures au minimum et mieux toute une journée : la salade n’en sera que meilleure. On goûte avant de servir et si nécessaire, on rajoute un peu de citron.

131212LeverSoleil

En bonus, je ne résiste pas au plaisir de poster cette photo d’un joli lever de soleil.

131210Herisson1

J’ai trouvé dans la rue un bébé hérisson un peu mollasson  sur le point de se faire transformer en galette alors je l’ai adopté le temps d’une soirée, histoire de le requinquer… avec de la nourriture pour chat vu qu’on a lu sur Internet que c’était ce qu’il y avait de plus simple et qu’il a eu l’air d’adhérer. Je l’ai trouvé très dégourdi et j’aurais presque été tentée de le garder dans le jardin si la crainte que nos chats n’essayent de lui faire sa fête  (il était tout de même très petit) ou se choppent à cause de lui des parasites ne m’avait dissuadée… Et puis notre jardin donne sur la rue et je préférais  l’éloigner autant que possible des voitures. Il a passé la nuit dans une petite cabane aménagée dans notre baignoire et le lendemain, de bon matin, je suis allée le déposer dans la nature, près d’un tas de feuille morte. Il a eu l’air d’apprécier de retrouver sa liberté. Moi, bêtement, j’avais un peu le blues de le laisser mais c’était bien agréable de se promener si tôt, dans une lumière magnifique.

131210Herisson2

131211AdieuHerisson

131211foret1

131211foret2

131117AnnivFlo3

C’est devenu rituel : chaque année, ma fille organise un goûter d’anniversaire déguisé où elle revisite (comme on dit dans les émissions culinaires) à sa manière un peu déjantée les thèmes classiques des goûters d’enfant. Après les espions, l’héroïque fantasy et les pirates… C’est une horde de Barbies toutes plus rosâtres les unes que les autres qui sont venues envahir notre batcave. Généralement, les copines protestent vigoureusement à l’annonce du thème (qu’elles proposent systématiquement de changer pour « tenues de soirée »… elles n’ont probablement pas vu le film du même nom et c’est mieux comme ça) puis devant l’obstination de ma fille, se prêtent au jeu et s’amusent chaque fois comme des folles.

131117AnnivFlo1

131117AnnivFlo2

131117AnnivFlo4

131117AnnivFlo5

131117AnnivFlo6

Du 26/10 au 1/11

131101DiversSemaine44

Ci-dessus : pains à la poêle pour accompagner un mezze avec taboulé, gombos à la tomate, carottes à la marocaine et mélange de yaourt, feta et aneth, croissants à la béchamel, pancetta coppata et emmental râpé, soupe mouliné carottes, patate douce et potiron avec des œufs durs
Mais aussi : biscuits meringués aux cacahuètes, crumble pommes-bananes, légumes façon tajine, etc.
Le marché,  les préparatifs et les menus : Read the rest of this entry »

Du 19 au 25/10

131025DiversSemaine43

Ci-dessus : cookies noix de coco et pépites de chocolat (3), risotto courgettes et pesto (1), quiche lorraine chèvre et poireaux (5), salade composée (2)
Mais aussi : légumes d’automne façon tajine (4), crumble pommes-framboises, marmite grand ménage, frites de pommes de terre et patate douce au four, etc.
Le marché, les préparatifs, les menus et les recettes : Read the rest of this entry »

Du 12 au 18/10

131018DiversSemaine42

Ci-dessus : salade radis-romanesco-grenade (2), porridge aux pommes, gratin de pâtes au pesto, pommes au four express (4).
Mais aussi : pašta i fažol (1), tartines grillées au four (3), etc.
Le marché, les préparatifs, les menus et les recettes : Read the rest of this entry »

« Older entries