N’en jetez plus !

Un peu d’auto-satisfaction, allez…
Tandis que je suis régulièrement interviewé par des stations de radio et invité sur des plateaux télé pour mon livre, la presse est déchaînée et m’envoie tellement de fleurs que ça commence à avoir l’air louche. Louche, mais délectable, tout de même, d’autant que souvent il semble bien que le livre ait effectivement été lu par les auteurs des critiques, et pas seulement regardé.
Notez que je me fais souvent qualifier de « Maître de conférences », ce qui est incomplet et frise l’usurpation de titres, puisque je ne suis que « Maître de conférences associé ».


(…) il nous semble très remarquable qu’il se tourne de façon privilégiée vers la littérature et le cinéma pour les découvrir, comme si la fonction des représentations apocalyptiques était de proposer des fictions permettant de mettre en variation le présent – de proposer une contre-narration qui, pour pouvoir ouvrir une perspective d’avenir à notre monde, doit commencer par en imaginer la fin.

(nonfiction.fr)

Le résultat est un ouvrage passionnant de l’Égypte des pharaons (et si le soleil ne se levait plus) aux frayeurs du 7e art.

(Le Figaro)

Des origines de l’humanité à aujourd’hui, de la Mésopotamie à la catastrophe de Fukushima, l’eschatologie (la science de la fin du monde) a traversé les siècles.
Fin spécialiste du sujet, Jean-Noël Lafargue en raconte l’histoire dans un ouvrage passionnant qui devrait rassurer les plus inquiets.

(Grazzia)

Le « beau livre » de Jean-Noël Lafargue montre, à merveille, avec force iconographie, que la surveillance des cieux n’a jamais cessé de donner aux hommes le rythme de leurs pas sur la terre, et que l’imminence supposée du pire a souvent accouché, artistiquement, du meilleur.

(Yann Moix, pour Le Figaro Littéraire)

L’auteur, maître de conférences à Paris-VIII et professeur en école d’art, est un spécialiste des fins du monde et sait se montrer érudit sans être pédant.
Un jugement dernier ? Passionnant.

(Le Parisien/Aujourd’hui en France)

Jean-Noël Lafargue en connaît un rayon – et pardon pour le clin d’œil à Soleil Vert. Maître de conférences à l’université Paris-VIII, professeur à l’école supérieure d’arts du Havre, expert en nouvelles technologies et en BD, il brille par l’étendue de sa curiosité, de son humour et, invévitablement, de sa pré-apocalyptique tendresse.

(Philippe Delaroche – Lire)

On y croise Shiva, Hésiode, Confucius, Nostradamus, Gilgamesh, Noé, Zarathoustra, l’Antéchrist, Odin, mais aussi nos films d’anticipation.
Souvent la perspective de la fin est considérée comme un passage, un renouveau, un espoir. Souvent, aussi, les peuples se sont vécus comme traversant des épisodes de décadence et de déclin qu’un nouvel âge pourrait sauver.
Ce livre est un beau cadeau à se faire et à faire. Pour méditer sur l’écoulement du temps et l’écroulement des mondes.

(Les échos)

Du récit de Gilgamesh aux films hollywoodiens en passant par l’Apocalypse de saint Jean, les hérésies du Moyen Âge, le calendrier maya, les catastrophes écologiques et les grands séismes technologiques, une iconographie riche et surprenante raconte des siècles d’interrogations sur l’avenir de l’humanité et du monde, entre réalité et fantasmagorie, terreur du néant et espoir de renouveau – car l’aube succède toujours au crépuscule.
Un beau livre unique qui offre un intelligent panorama sur un sujet fascinant.

(Unidivers)

L’auteur passe en revue les principales œuvres qui traitent du sujet, tant littéraires que cinématographiques, car le sujet a été le thème d’une kyrielle de romans, films, bandes dessinées… Pour chaque partie, Jean-Noël Lafargue développe de manière synthétique, avec brio et érudition, les tenants et les aboutissants de l’événement, la genèse et le contexte. Les textes sont enrichis par une iconographie remarquable, variée, en pertinence avec le sujet abordé. Ce livre est magnifique.

(Lelitteraire.com)

Ce contenu a été publié dans Actualité, Citation, Lecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *