Contagion

Contagion, par Steven Soderbergh, sort le 9 novembre prochain.
Un virus inédit et extrêmement contagieux fait un nombre croissant de victimes en quelques heures seulement et on ignore totalement comment juguler l’épidémie. À la diffusion du virus s’ajoute le problème de la diffusion de la panique.

La distribution est plutôt ambitieuse, puisqu’on y trouve Matt Damon, Kate Winslet, Jude Law, Marion Cotillard, Gwyneth Paltrow et Laurence Fishburne.
On en reparlera ! (merci à Nicolas Gans pour l’information)

Ce contenu a été publié dans Panique, Virus. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Contagion

  1. Wood dit :

    Ah, encore un avatar de l’apocalypse-épidémie… Dans le même domaine, le classique semble être « Alerte ! » (Outbreak – 1995) qui semble un remake officieux « The Crazies » de Romero (1973) où le gouvernement américain envisage très sérieusement le bombardement atomique d’une ville entière pour juguler une épidémie provoquée par une arme biologique ayant échappé à tout contrôle. (« the crazies » a par ailleurs eu droit à un remake officiel en 2010 – je ne l’ai pas vu).

    Dans la pratique, je ne crois pas qu’on ait jamais vu une espèce animale ou végétale entièrement éradiquée par une épidémie.

    • Jean-no dit :

      Entièrement éradiquée, je n’en vois pas non plus. J’ai appris que le phylloxéra (insecte) n’a pas tué toutes les vignes françaises par exemple, beaucoup ont été arrachées préventivement.
      De manière assez logique, plus une contagion est mortelle à coup sûr et plus il faut que la maladie se développe lentement, sinon il ne reste vite plus personne à contaminer.
      Récemment, on a quand même le cas des huîtres, dont on pense que la plus grande partie aura disparu de France l’an prochain : depuis quatre ans (une huître met cinq ans à devenir adulte), les naissains n’atteignent pas l’âge adulte, et on n’est pas sûrs de savoir comment régler le problème – et bizarrement on n’en entend quasiment pas parler, la première fois qu’on me l’a dit j’ai cru à une rumeur quelconque. Je ne sais pas où ç’en est.

      Dans le genre épidémie j’ai bien aimé 28 jours plus tard.

  2. Vincent dit :

    Cela tombe bien, pour les vignes le journal Sud Ouest a publié cet article ce week-end

    Pour les huîtres creuses d’élévage, cela fait effectivement depuis 2008 que l’on retrouve une surmortalité des naissains (jusqu’à 90%). On ne l’explique pas vraiment (pollution, réchauffement de l’eau, …)

    L’Ifremer a développé une nouvelle variété d’huîtres creuses, dite  » R  » (R comme résistante), censé arrêter cette crise, mais sans succès. Les essais ont montré au final une surmortalité de l’ordre de 50% au moins. Ils envisagent maintenant, si j’en crois la presse locale, d’importer une nouvelle espèce d’huitre du Japon. Mais entre tous les essais, analyses, et si cette espèce s’acclimate bien, il faudra de toute manière au minimum 5 ans avant que le milieu ostréicole retrouve une situation à peu près normale.

    L’histoire de l’huître en France est quand même assez particulière, quand on l’examine à travers le prisme de la contagion :
    L’huître indigène en France est l’huître plate. Elle subsiste toujours, on en produit encore, mais elle est victime d’un parasite.
    Au 19e siècle, l’huître creuse portugaise débarque accidentellement sur nos côtes, via un bateau. Elle s’adapte très bien, est élevée par les ostréiculteurs jusque dans les années 70, où une épizootie décime totalement l’espèce. On introduit alors une nouvelle espèce, d’origine japonaise, pour la remplacer et sauver le milieu ostréicole. Ironie de l’histoire, c’est cette espèce qui se meurt maintenant. La suite, on commence à la deviner…

    • Jean-no dit :

      @Vincent : merci, je ne connaissais pas toute l’histoire des huîtres, c’est très étonnant. Les gens se plaignent de la mondialisation des usines, mais la mondialisation écologique est un sujet bien plus étonnant et parfois très problématique. Pour les huîtres, j’ai lu qu’on pense, comme souvent, à une conjonction de facteurs environnementaux. J’étais tombé sur l’article de Sud Ouest, complètement par hasard, et j’ignorais ces questions… Mais mes parents habitent dans la zone de production du Madiran et du Saint Mont, qui sont en fait mes vins préférés 🙂

  3. Fin du monde dit :

    Steven Soderbergh exploite la fin du monde à merveille. Ce film nous changera très probablement du film chaotique « 2012 »

    • Jean-no dit :

      @Fin du monde : Je ne sais pas trop quoi faire de vos commentaires, qui sont quand même très superficiels. Je suppose qu’il s’agit juste de diffuser l’URL de votre site. Généralement ça atterrit dans les spams : apparemment le plug-in Akismet vous a repéré – et jusqu’ici j’ai supprimé vos posts avec les autres spams. Je dirais que ce n’est pas la peine de vous acharner, les gens intéressés par le présent blog ne sont a priori pas le cœur de cible des prophéties maya, il s’agit ici de s’intéresser à l’esthétique de la fin du monde et à réfléchir à la question.

  4. Clochix dit :

    Sur le même sujet, je me souviens qu’Epidemic de Lars Von Trier m’avait beaucoup plu, mais je l’ai vu il y a trop longtemps pour m’en souvenir précisément. Peut-être à rajouter à ta liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *