L’Étoile mystérieuse

La première « fin du monde » qui m’ait marqué c’est, je pense, L’Etoile mystérieuse, par Hergé. J’écris « je pense », car j’ai lu assez jeune, et peut-être à la même époque que je lisais Tintin, les aventures de Capitaine Marvel par Jim Starlin ou celles des Quatre fantastiques par Jack Kirby, deux séries où la fin du monde, voire de l’univers entier, était une éventualité plutôt courante.

Au début du récit, Tintin s’aperçoit qu’une nouvelle étoile a fait son apparition dans le ciel. Il constate aussi qu’elle semble grossir. Il décide de se rendre à l’observatoire où il rencontre deux savants excités par le phénomène qui lui expliquent que, selon leurs calculs, un objet céleste va percuter la terre le lendemain matin.
La séquence de l’observatoire contient un élément très intéressant : Tintin croit voir une araignée gigantesque sur l’étoile, mais ce n’est qu’une illusion due à une araignée qui courait sur l’objectif du télescope.

La température ne cesse de monter, l’asphalte fond et les rats d’égout semblent pris de panique. Le public est inquiet mais reste ignorant de la situation. Un prophète de malheur, Philippulus, promet à tous les pires catastrophes pour bientôt.

Un peu plus tard, en rêve, Tintin retrouve le prophète Philippulus qui lui parle d’une immense araignée comme châtiment.
Heureusement, les calculs des astronomes étaient faux et l’objet céleste ne fait que frôler la terre, provoquant une petite secousse sans gravité. On découvre qu’un aérolithe constitué d’un métal inconnu s’est détaché de l’astre et est tombé en pleine mer. Les scientifiques, Tintin et quelques autres personnalités amies ou concurrentes partent à sa recherche.

L’étoile a des propriétés inconnues, la croissance des formes de vie s’y fait de manière accélérée et démesurée : Tintin a jeté un trognon de pomme qui en quelques heures se transforme en arbuste, puis en pommier qui donne des pommes géantes. Tout ça ne tient pas tellement scientifiquement parlant (aucun insecte ne pollinise le pommier, et Tintin et Milou ne sont pas affectés par le phénomène) mais permet une scène d’horreur : une araignée géante, qu’il a amenée avec lui sans le savoir, attaque Tintin1.

Cette histoire d’araignée géante, d’abord hallucinée, puis rêvée et enfin réalisée, est un motif très réussi qui participe de la puissance fantastique du récit. L’Étoile mystérieuse a été publié dans le quotidien belge Le Soir sous l’occupation allemande2, et il n’est pas interdit d’y voir une manifestation inconsciente des angoisses liées à la guerre.

Toutes les illustrations ce cet article sont © Hergé/Moulinsart 1942
L’œuvre d’Hergé est protégée par le droit d’auteur. Aucune utilisation ne peut en être faite sans l’autorisation de la société Moulinsart.

  1. Cette histoire rappellera une authentique catastrophe écologique née de la mondialisation, celle de l’importation de la Tegenaria agrestis, araignée champêtre inoffensive en Europe mais devenue une araignée domestique dangereuse aux États-Unis, la hobo spider.  []
  2. Le journal était tenu par une rédaction collaborationniste et on notera que dans la version originale de l’histoire, le « méchant » est un banquier new-yorkais et juif mais il serait erroné d’en faire le sujet de l’album. Au contraire, et depuis Le Lotus Bleu (1934), quelles que soient les mauvaises fréquentations d’Hergé, son héros Tintin était déjà le personnage positif et universel qu’il est resté depuis. []
Ce contenu a été publié dans Ce qui tombe du ciel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’Étoile mystérieuse

  1. Gaston Desmedt dit :

    La fin de ce monde, nous la vivons. Tout sera accompli pour le 27 février 2014, le 1335ème jour de la prophétie de Daniel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *