Le train de la peur

Cela ressemblait à une journée banale. Un jeune homme qui s’apprêtait à commettre un attentat touriste1 à Amsterdam monte dans le Thalys, loue au bar le DVD de 37,2 le Matin, avec Jean-Hugues Anglade, et s’impatiente devant ce film peu accessible aux gens qui sont nés après les années 1980 et qui ont appris la vie par GTA et Youpr0n2. Or qui voit-il, deux sièges devant lui ? Jean-Hugues Anglade ! Même sans avoir aimé le film, il réclame un selfie à l’acteur qui l’envoie paître parce que en général il est sympa mais là il veut juste déjeuner en paix.
Et là, tout s’emballe.

La légende
La légende de cette photographie n’est ni « Redrum ! », ni « Détournez ce train sur Arras, je détiens Jean-Hugues Anglade », ni « Veuillez présenter vos titres de transport et cartes de réduction ». Je préfère préciser ce fait car les journalistes d’aujourd’hui légendent souvent leurs images n’importe comment et c’est là que tu vois que les blogueurs ont parfois plus de déontologie que les journalistes.

Attendons désormais avec impatience les complotistes à qui on ne la fait pas, qui auront remarqué avec sagacité que tout de même, il y a eu beaucoup de hasards étranges dans cette histoire : Jean-Hugues Anglade ? Tiens tiens tiens ! Des soldats américains soi-disant en permission ? Tiens tiens tiens ! Un terroriste surentraîné au paintball qui ferait l’erreur du débutant de croire qu’avec deux mains on peut tenir à la fois un fusil mitrailleur, un pistolet et un cutter ? Bizarre bizarre. Au fait, un cutter, justement, comme dans le vol 11 d’American Airlines ? Vol 11, 11 septembre, voiture 11 du Thalys ? Esprit du 11 janvier ? Hmmm.
Et puis comment que ça se fait qu’on l’ait laissé monter, au fait ?
C’est pas net, tout ça.

...
Comme avec le 11 septembre 2001, certaines informations disparaissent mystérieusement quelques heures après les faits. Ainsi, le tweet dans lequel Jean-Paul Ney a expliqué que les passagers avaient sauté du train en marche a été mystérieusement supprimé. Censure d’État ? Coup du Mossad ? De la NSA ?
Une telle affaire pose par ailleurs la question des grands reporters qui prennent trop l’avion et pas assez le train.

Après la vague complotiste, attendons avec impatience la vague antiespritcharliste qui, sans nier les faits, râlera parce qu’« On applaudit des américains alors que c’est les américains qui ont financé Ben Laden à l’époque de la guerre d’Afghanistan », parce que quand on commence à donner des légions d’honneur à des américains qui n’ont fait que leur devoir de citoyens, on envoie un mauvais signal, que les gens n’ont plus d’esprit critique, que Hollande va en profiter pour faire passer des lois totalitaires, que ça arrange bien les multinationales et compagnie, qu’assommer un pauvre gars c’est vraiment la force brute, la facilité, l’absence de conscience des enjeux géopolitiques, que ça permet d’éviter les vraies questions, que ça occulte un mec qui est mort dans un autre pays, que pendant ce temps-là personne ne parle de l’accident du toboggan d’Anvers (cinquante blessés, et pas juste trois !), que moi si j’y avais été, je vais te dire, c’est pas dur, ça se serait passé autrement, etc., etc.

  1. L’attentat touriste est comme un attentat terroriste, mais dans un autre pays. []
  2. Sans vouloir polémiquer, je pense que cette affaire montre à quel point les sélections de DVDs disponibles à la location dans les Thalys sont inadaptées à certains publics, et je pense notamment aux jeunes d’âges intermédiaires qui ne se reconnaissent ni dans Moi, bête et méchant ni dans Pépé le Moko. []

Théorie du complot : le VRAI grand remplacement

Pourquoi les gens les plus fortunés de la planète se font-ils faire ces visages monstrueux ? La raison est bien simple : il s’agit de leurs vrais visages.

complot_chirurgie

On peut imaginer que l’augmentation du taux de gaz carbonique dans l’atmosphère et la montée de la température, qu’ils favorisent, servent à amener progressivement notre planète aux conditions de leur monde d’origine.
Reste à savoir pourquoi ils font tant d’efforts pour que les humains soient obèses. Peut-être vaut-il mieux ne jamais connaître la réponse.