Il sera parmi nous

Daniel Schneidermann annonce sur Arrêt sur Images avoir mis la main sur le texte du discours à venir d’Emmanuel Macron. Il doit s’agir d’un pré-brouillon car la version que je tiens d’une source fiable est légèrement différente.

Françaises, Français, mes chers compatriotes,

J’ai décidé ce soir de m’adresser à vous car j’entends votre inquiétude, et si je le fais aujourd’hui vêtu du même gilet jaune que celui que vous portez1 dans votre quotidien, c’est pour que vous compreniez que je suis avec vous, parmi vous, que je partage votre colère face à la lenteur des réformes dont la France a besoin et qui ont été repoussées depuis trop longtemps. Comme on ne vous la fait pas, à vous, je sais que vous ne vous contenterez plus de mesurettes symboliques et technocratiques telles que la suppression de la suppression de l’Impôt sur la Fortune, je sais que vous attendez bien plus, que vous attendez que je frappe un grand coup, car la France a besoin d’un nouveau souffle, elle a besoin d’espérance, et c’est cette espérance que moi [pause : 2 secondes, regard face caméra], je veux vous amener. Je ne vais pas détailler la teneur des mesures que je m’apprête à prendre, car une telle énumération vous ennuierait vite et je ne voudrais pas que vous croyiez avoir face à vous, une fois de plus, un politicien qui cherche à vous embrouiller en profitant de votre faible capacité d’attention. Non, ces mesures, je veux que vous les compreniez avec le cœur, que vous ressentiez au tréfonds de votre être la bonne nouvelle qu’elles constituent2.

Le fonctionnaire de police qui a étranglé à Nantes le 17 novembre un gilet jaune portant un masque représentant mon visage sera mis à pied pour atteinte à l’image du président de la République.

Je tiens pour finir à remercier les forces de l’ordre qui ont fait preuve d’un sang-froid exemplaire face à des émeutiers pilotés par le Kremlin dans l’intention de tuer, et qui sont rentrés chez eux plus bleus que jaunes, bien fait ! Une enquête sera diligentée afin de comprendre comment Internet vous a manipulés et vous a fait croire que vous étiez à plaindre.

Si vous n’êtes pas contents, je vire Édouard Philippe et je mets Sarkozy à la place. C’est vraiment ce que vous voulez ? À bon entendeur, salut !

[Regard menaçant. Marseillaise, jouée lentement avec un orgue de type « paroisse de moins de 1000 âmes ». Cut, l’image du bureau du président est remplacée par une vieille photo de l’Élysée]

  1. Du fait de la rupture de stock des gilets jaunes réglementaires, celui-ci est une pièce à conviction du procès à venir de Julien Coupat, il a été prêté par la Préfecture. []
  2. Comme l’écrivait Saint-Exupéry, « Le mouton que tu veux est dans la boite ». Et comme le disait le physicien Erwin Schrödinger, reprenant approximativement une pensée du Cardinal de Retz sur les vertus de l’ambiguïté, « Vaut peut-être mieux pas ouvrir cette boîte ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *