Difficile d’aller se coucher

Plus de cent-quarante morts, dit la mairie de Paris. Et combien de blessés graves ? Avec un tel nombre, je sais déjà que demain j’apprendrais que des amis, ou au moins des amis d’amis, ont passé une terrible soirée.
Difficile d’aller se coucher.
Je connais tant de gens qui habitent ces quartiers, qui y sortent le vendredi. Beaucoup ont fait savoir qu’ils étaient sains et saufs. J’espère bien que les autres sont en week-end en Bourgogne ou à Paimpol, n’ont ni la radio ni la télé, et ne découvriront que demain ce qui s’est passé. Mais quand même, depuis que je sais que le groupe Eagles of Death Metal ne fait pas de Death Metal et produit précisément le genre de musique qui plait à tel et tel ami, je suis un peu inquiet.
Difficile d’aller se coucher.
Dans les semaines qui viennent, on nous dira tout des tueurs, leurs notes à l’école, l’histoire de leur maman qui avait du mal à les élever, leur papa qui s’était barré, les voisins que ça étonne, quand même, parce qu’ils se rappellent que quand ils étaient enfants, ils étaient gentils, finalement.
On saura tout, mais on ne saura rien.
Difficile d’aller se coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *