Bientôt le bac, révisons les langues vivantes étrangères

Afin que les Français se sentent fiers d’être français, comme le coq qui chante avec majesté perché sur son tas de fumier, il convient de les empêcher au maximum de connaître des langues étrangères. Des études sérieuses ont prouvé que les gens qui parlent plusieurs langues sont capables de passer d’un mode de pensée à un autre et donc, potentiellement, de développer des réflexions divergentes et originales, ce qui n’est pas l’intérêt de leurs dirigeants. Comme il faut tout de même étudier les langues à l’école, on donne à chacune une réputation :
– l’Anglais est une langue sans littérature qui ne sert qu’aux affaires et à l’étude de documents d’actualité.
– le Castillan (nommé « espagnol » en France même si ce n’est qu’une langue espagnole) est une langue de chanteurs et de poètes qui ne sert à rien dans la vie de tous les jours et dont les profs sont souvent communistes.
– l’Allemand est une langue stratégique qui sert à s’assurer une place assise dans les classes de bons élèves. Elle a beaucoup servi à promouvoir la construction européenne, entre le début de l’occupation allemande de la France et la baisse du succès du groupe Tokio Hotel (1940-2010).
– le Russe sert à apprendre l’alphabet cyrillique et à se demander quelle idée on a eu de demander à faire Russe.
– l’Italien, le Portugais et l’Arabe sont des langues destinées à être passées en option au bac par les enfants d’immigrés. Le Breton, le Corse, l’Occitan et le Basque sont des langues destinées à être passées en option par les habitants de territoires colonisés par la France au cours des derniers siècles.
– le Chinois est l’avenir, mais les jeunes gens lui préfèrent le Japonais, voire le Coréen, à cause d’Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *