Bientôt le bac, révisons l’éducation civique

La démocratie représentative est un système d’élection politique pour laquelle les citoyens se voient imposer de choisir entre plusieurs candidats, dont certains sont pires que d’autres. Ce mode de fonctionnement a inspiré l’industrie, qui propose les mêmes produits sous différentes marques ou en plusieurs saveurs dont certaines sont pires que d’autre.
Chaque candidat annonce un programme, mais une fois élu pour une période déterminée, il n’est pas forcé de s’y tenir, il doit juste être discret dans ses reniements ou convaincant dans la manière dont il les justifie si la date de son éventuelle réélection approche.
À un jour près de l’anniversaire de la sortie du roman 1984 de George Orwell, les sénateurs ont voté la loi sur le renseignement, qui sert notamment à signifier aux citoyens qu’ils font peur à ceux qui les dirigent et que la circulation des idées sur Internet est une menace pour la démocratie telle qu’ils l’entendent. En effet, si les élections représentatives sont plus ou moins factices, perdre une élection peut représenter une baisse de revenus conséquente, et la liberté de s’informer et d’échanger pour les uns peut aboutir à une instabilité des revenus des autres.
Lorsqu’une décision politique s’avère difficile à imposer aux citoyens, il faut l’annuler puis y revenir plus tard. C’est le cas de la directive sur le secret des affaires qui s’apprête à être imposée au niveau européen six mois après avoir été retiré de la loi « Macron » en France, lorsque des journalistes ont protesté contre ce principe qui donne aux entreprises le droit à fonctionner de manière opaque. Les citoyens doivent comprendre que l’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre : si l’on veut conserver un système dans lequel des dirigeants politiques peuvent perdre temporairement leur mandat, il faut que ces derniers puissent continuer à être financés par des entreprises privées pendant leurs périodes de chômage, et le secret des affaires permettra, n’en doutons pas, de fluidifier les opérations que certains esprits chagrins nomment « corruption » ou « conflits d’intérêts ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *