Adieu Nicolas

Difficile de ne pas repérer cet étudiant plus âgé que les autres, fébrile, décalé, qui posait des questions incongrues, qui n’avait pas toujours le sens, comme on dit.
Les premières fois qu’il m’a parlé, j’ai eu un peu peur, en me rappelant quelques étudiants passés aux conditions psychologiques particulières, mais il s’est avéré intelligent et sympathique et je pense que l’école entière a vite apprivoisé sa bizarrerie. Les écoles d’art servent à ça aussi, à accueillir ceux qui ont du mal à se trouver une place dans le monde. Je ne sais pas les détails, je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais j’apprends aujourd’hui qu’on l’enterre mardi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *