Blind date

Vu dans une grande gare parisienne, pendant les grèves. Une jeune fille tient le bras d’un aveugle.

Puisqu’il ne peut pas la voir, il a dû choisir d’imaginer qu’elle était d’une très grande beauté.
Il ne saura jamais que c’était vrai.
Belle métaphore, mais de quoi ?

2 réflexions au sujet de « Blind date »

  1. S’il n’a jamais vu, sur quoi se base-t-il pour évaluer la beauté d’une femme ? Entre ce qu’il ne voit pas et ce qu’on imagine pour lui, il y a une grande différence de « point de vue ».

    1. @Nicolas : beau sujet de médiation philosophique : que sait-on de la délectation visuelle lorsqu’on n’a jamais vu ? Est-on sensible à d’autres formes de beautés (toucher, voix, beauté « intérieure », odeur,…) qui du coup rendent mon dessin nul et non avenu ? Peut-être. Cependant un grand nombre de non-voyants – la plupart, en fait – ne sont pas nés aveugles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *