Profitez-en, après celui là c'est fini

À propos

Ce cahier appartient à Jean-noël Lafargue, classe de CP (Mme Bismuth), école Maurice-Berteaux 1 à Cormeilles-en-Parisis.

chez_mme_bismuth_1974.jpg

Jean-Noël Lafargue, né en 1968, ancien étudiant aux Beaux-Arts de Paris (atelier Pierre Carron), maître de conférences associé à l’Université Paris 8, professeur à l’École Supérieure d’Arts du Havre, intervenant à l’Esac de Pau, l’Eesi d’Angoulême, l’Erba de Rennes, l’Ensci/Les Ateliers, e-Artsup institut, l’Université de Tours,… Réalisateur ou programmeur d’une douzaine de cdroms. Très vaguement artiste (se peigne rarement), programmeur et enseignant pour le plaisir, n’arrive pas à trouver un travail alimentaire qui l’autorise à dire, comme tout le monde, « bon, ça je le fais pour vivre hein, ça me passionne pas ». N’en souffre pas trop. Collaborateur régulier d’artistes comme Claude Closky et Jean-Louis Boissier.
Co-auteur, avec Jean-Michel Géridan, de l’ouvrage Processing : Le code informatique comme outil de création, édité en 2011 par Pearson, et auteur de Entre la plèbe et l’élite, paru chez Atelier Perrousseaux en février 2012 et de Les Fins du Monde, de l’antiquité à nos jours, paru en octobre 2012 chez Bourin Editeur.
Créateur du site Scientists of America. Pour en savoir plus sur ces publications et sur d’autres (articles, par ex.), allez sur la page Publications.

Contact : jnlafargue (chez) gmail (point) com
Sur Twitter : Jean_no
Sur SeenThis : Jean_no
À écouter, mon « autobiographie numérique » (Place de la Toile).
Ressource en ligne répertoriée sous le numéro ISSN 2262-8452

Note et avertissement : certains liens évoquant des livres contenus dans les articles de ce blog pointent vers le site marchand Amazon. Il s’agit de liens commerciaux pour lesquels Amazon me rémunère (en cas de vente évidemment). Cela me rapporte environ un euro par mois. J’avais le projet de créer des liens de ce type vers d’autres plate-formes, mais Amazon a deux particularités intéressantes. La première est d’offrir la gratuité des frais de port sur les livres neufs, et la seconde est que son interface de création de liens « partenaires » est plus simple et plus efficace que celle de ses concurrents. Ce n’est pas tout : la base de données de livres, y compris épuisés ou étrangers, d’Amazon est de loin la plus fournie.
Il existe, bien sûr, de nombreuses raisons de ne pas vouloir acheter ses livres chez Amazon. Pour les parisiens, je recommande le site Paris librairies, qui permet de connaître à chaque instant la disponibilité d’un ouvrage dans le stock de chaque librairie (adhérente, mais elles sont nombreuses parmi les bonnes) de la capitale.