Profitez-en, après celui là c'est fini

L’École d’art de Cherbourg-Octeville en danger

février 9th, 2009 Posted in Dans la boite-aux-lettres, Études, Pas gai

Après Arras et Rueil-Malmaison, c’est de Cherbourg-Octeville que proviennent des informations alarmantes. Ayant des difficultés à supporter le coût financier de son école alors que l’état baisse sa subvention de 20% et qu’une rénovation des locaux se fait urgente, la municipalité de Cherbourg semble avoir engagé un processus de fermeture.
S’il semble acquis que l’école restera ouverte jusqu’à ce que ses étudiants aient fini leur cursus, le concours d’entrée pour l’année 2009-2010 ne sera vraisemblablement pas organisé.

Le drame est pourtant loin d’être certain. En effet, la volonté de trouver une solution aux problèmes de l’école semble bien partagée puisque le député-maire de Cherbourg-Octeville, Bernard Cazeneuve, appelle lui-même à signer la pétition dont il est le destinataire, estimant qu’une large mobilisation donnera un poids important aux élus soucieux de faire progresser le dossier. Parmi les pistes de sauvetage ou d’évolution de l’école, un partenariat avec l’école d’art du Havre (c’est chez moi ça !) et/ou d’autres établissements normands semble être sérieusement à l’étude.  

L’école supérieure des beaux-arts de Cherbourg-Octeville (Esbaco) n’accueuille qu’une trentaine d’étudiants en cycle supérieur mais sa qualité est reconnue et il est rare que ses promotions n’obtiennent pas 100% de réussite au diplôme national d’arts plastiques (DNAP, soit Bac+3). De plus, l’école est aussi un établissement ouvert sur la ville avec des ateliers périscolaires et des cours du soir.
Je n’ai pas trouvé de site consacré à l’actualité de l’école d’art de Cherbourg, mais quelques coupures de presse sont consultables en ligne : [1][2] et [3].

(Illustrations: Les Parapluies de Cherbourg, par Jacques Demy. Original, hein !)

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.