Profitez-en, après celui là c'est fini

Solange nous a parlé

décembre 4th, 2014 Posted in Conférences, Interactivité

Ina Mihalache est donc venue rencontrer les étudiants de l’école d’art du Havre mardi. Elle a raconté son travail d’artiste devant une salle comble, de manière improvisée, mais réfléchie, naturelle et fluide, d’abord en monologuant, puis en répondant aux nombreuses questions de la salle. L’assistance, pour une fois, comptait des gens extérieurs à l’école, parfois même venus de loin.

ina_mihalache_esadhar_conference

Grand succès : tous les étudiants présents n’ont pas trouvé de chaise. Les questions ont porté sur le film Solange et les vivants (qui sortira en 2015), sur la radio, sur le rapport au public (fans autant que « trolls »), sur le décalage entre fiction et réalité, mais aussi sur des points techniques divers.

Je dois dire que ce qui a suivi la conférence n’est pas banal : un couple s’est proposé de l’inviter à déjeuner ou au moins à boire un verre ; un jeune homme est venu lui dire à quel point il appréciait son travail, sur un ton dangereusement proche de la déclaration d’amour ; enfin, plusieurs jeunes femmes sont venues lui demander de poser joue contre joue avec elles pour des « selfies », puis ont voulu lui faire une bise ou même une étreinte amicale, un « hug », comme on dit, ou tout simplement, se trouver à côté.

...

Je ne suis pas peu fier d’avoir fait venir Ina Mihalache devant mes étudiants, c’était sa première expérience du genre et il me semble qu’elle l’a appréciée, malgré le train matinal, et malgré le fait que je l’aie fait poireauter dix minutes dans la gare glaciale du Havre (photo : Laure Limongi)

Rien d’agressif ni même (il me semble, enfin seule l’intéressée peut le dire) de gênant dans ces gestes, qui répondent bien à la douceur bienveillante et fantaisiste des vidéos d’Ina, et qui témoignent de la singularité du rapport intime et personnel qui se crée, sur Youtube, entre son personnage de jeune femme solitaire, et le spectateur, qu’elle ne connaît pas mais à qui elle s’adresse, souvent en le tutoyant, pour lui communiquer ce qui lui passe par la tête.

ina_mihalache_atelier_esadhar

À l’esadhar, les étudiants se regroupent par ateliers, en fonction de leurs affinités personnelles et aménagent les lieux à leur guise.

L’après-midi, Ina a visité les différents ateliers de l’école et rencontré des étudiants qui lui ont exposé leurs propre projets artistiques, mais malheureusement, rares ont été ceux qui ont osé le faire. Plusieurs m’ont avoué ensuite avoir été trop intimidés. Dommage pour eux, car le rapport décomplexé et enthousiaste de cette jeune artiste envers le fait de créer est plutôt rafraîchissant dans le contexte des écoles d’art où, profs comme étudiants, nous finissons par oublier que l’essentiel n’est pas de valider des crédits, des bilans ou des diplômes, mais bien de prendre plaisir à faire et à faire voir.

  1. 2 Responses to “Solange nous a parlé”

  2. By Jade on Déc 7, 2014

    Une note qui n’a pas grand chose à voir avec ton article, tant pis : Frankie est bien content que son t-shirt soit aussi bien sauvegardé ! :-) Quelle délicatesse dans le lavage !

  3. By Jean-no on Déc 7, 2014

    @Jade : effectivement, la sérigraphie tient bien le choc.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.