Profitez-en, après celui là c'est fini

Iron Man 3

mai 1st, 2013 Posted in Au cinéma

iron_man_3Puisque j’ai parlé d’Iron Man et d’Iron Man 2 dans des articles antérieurs, je peux bien parler du troisième film de la série. Il n’y a pourtant pas tant de choses à en dire de neuf puisqu’il se situe bien dans la continuité des deux premiers films et persiste à explorer les ambiguïtés du rapport qui lie armée, guerre, technologie et argent aux États-Unis.
la bande annonce m’avait inquiété lorsque j’ai compris que le « méchant » serait le Mandarin, personnage qui, dans le comic-book d’origine, symbolise le « péril jaune » à lui tout seul et qui est même tellement monstrueux, tellement dénué de scrupules, qu’il va jusqu’à fonder un syndicat au sein de Stark enterprises, la société de Tony Stark/Iron Man. Le personnage d’Iron Man, né pendant les prémisses de la guerre du Viêt Nam, en 1963, est un peu la face réactionnaire de l’œuvre de Stan Lee, qui s’est amusé à rendre aimable et digne d’admiration un milliardaire marchand d’armes, qui incarne tout ce que détestait le public au moment où le monde venait tout juste d’échapper de justesse à une guerre nucléaire — la célèbre affaire des missiles de Cuba. Mais les scénaristes, Shane Black (L’Arme Fatale, Last Action Hero, Long Kiss Goodnight) et Drew Pearce (créateur de la série britannique No Heroics) se sont montrés bien plus futés et ont fait du Mandarin, en apparence du moins, une sorte de Ben Laden,  qui affirme combattre l’arrogance des États-Unis depuis un tiers-monde imaginaire. Imaginaire, car si ce Mandarin nouvelle version utilise des bombes pour semer la terreur, il n’existe quand à lui que par l’image : personne ne sait qui il est ni où il se trouve, mais il prend le contrôle des écrans du monde entier pour proférer des menaces ou annoncer des ultimatums. Et lorsqu’il prend le contrôle des téléviseurs, c’est en y diffusant un zapping absurde d’images venues d’un peu partout sur la planète, zapping qui semble parler à l’Amérique de ce monde qu’elle ne comprend pas et dont elle redoute l’hostilité.

Le Mandarin, dans la version qu'en donne Ben Kingsley.

Le Mandarin, dans la version qu’en donne Ben Kingsley.

Au début du film, la voix de Robert Downey Junior affirme que l’on « crée ses propres démons », faisant allusion, on le comprend plus tard dans le film, au fait qu’il paie cher d’avoir éconduit un jeune scientifique qui voulait travailler avec lui, une décennie avant le moment où se déroule l’action. On peut voir dans ces démons que l’on se crée une seconde référence directe à Oussama Ben Laden, soutenu, voire fabriqué par les États-Unis dans le cadre de la guerre froide, mais qui a finalement échappé à son créateur et s’est même retourné contre lui.
Plusieurs thèmes post-guerre du Golfe sont abordés, notamment la question des vétérans mutilés et des expérimentations médicales, mais aussi celle de la collusion entre l’État américain et une grande compagnie pétrolière pollueuse, Roxxon.

Le Mandarin, dans sa version originelle.

Le Mandarin, dans sa version originelle.

Je ne peux pas en dire trop sur le scénario, car il contient quelques retournements de situation savoureux, mais le film fonctionne bien — j’avais lu ici ou là qu’il s’agissait du meilleur film de la série, et ce n’est sans doute pas faux —, les acteurs sont excellents, qu’on les connaisse déjà (Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Don Cheadle et Jon Favreau) ou qu’ils viennent d’apparaître dans l’univers d’Iron Man (Ben Kingsley, Guy Pearce, Rebecca Hall et James Badge Dale). Les scènes d’action, qui étaient à mon avis le point faible des deux précédents films, sont bien filmées, bien scénarisées, et parfois spectaculaires. Je critiquerais peut-être la présence du petit Harley, un collégien sans père qui aide Tony Stark. Je n’arrive pas vraiment à dire pourquoi mais quelque chose ne fonctionne pas, alors même que ce genre de situation est généralement savoureuse au cinéma. Peut-être est-ce tout simplement que l’acteur, qui joue pourtant très bien, comme tous les enfants-acteurs hollywoodiens, n’est ni Macaulay Culkin, ni Haley Joel Osment.

stark_and_suit

Ce Iron Man 3 n’est sans doute pas au niveau du Avengers de Joss Whedon, mais il s’inscrit dans cette même veine qui exploite le vrai potentiel des récits de super-héros. Lorsque les personnages de comics représentent de grands archétypes (le complexe militaro-industriel avec Iron Man, la vie de famille avec les Quatre fantastiques, la colère avec Hulk, le patriotisme avec Captain America,…), et qu’ils le font dans la complexité et l’ambiguïté, en n’hésitant pas à passer de la tragédie à la bouffonnerie (cette bouffonnerie qui fait tant défaut à l’ennuyeux Batman qui, à force de se vouloir sérieux, ne parvient qu’à être comique avec sa grosse voix et son humeur atrabilaire permanente), on touche parfois à ce qui fait la qualité de l’Iliade d’Homère ou d’autres grands récits héroïques ou mythologiques — récits à qui Stan Lee et Jack Kirby ont du reste beaucoup emprunté.
Ce n’est bien entendu pas ce film précis que je compare à la meilleure littérature antique, mais l’ensemble des récits de super-héros Marvel, dont les histoires ne cessent d’être re-racontées, réactualisées, déclinées, et qui constituent une mythologie moderne passionnante.

  1. 13 Responses to “Iron Man 3”

  2. By Wood on mai 1, 2013

    Moi je n’ai pas beaucoup aimé ce film, pour plusieurs raisons :

    ———ATTENTION SPOILERS———-

    - S’il avait une armée de Drones planqués dans sa cave qu’il pouvait activer à l’aide d’une simple télécommande, pourquoi ne l’a-t-il pas fait plus tôt ?
    - Je croyais qu’il portait un générateur dans la poitrine parce que la chirurgie ne pouvait rien pour lui, et soudain, on découvre qu’une simple opération peut le guérir ?
    - Il y aurait beaucoup à dire sur les terroristes dans le cinéma hollywoodien, mais il semble qu’il y ait une constante, c’est qu’ils sont au final toujours motivés par l’argent. L’idée de terroristes idéalistes est-elle si difficile à accepter ? On a pourtant commis tellement d’horreurs par idéalisme au cour de l’histoire.

  3. By Wood on mai 1, 2013

    P.S. : dans certains forums, on utilise une mise en forme pour les spoilers, qui fait qu’on ne peut lire le texte qu’en le sélectionnant avec la souris.

  4. By Jean-no on mai 1, 2013

    @Wood : oh ça va, c’est pas du gros spoiler :-)
    Les deux premiers points que tu mentionnes m’ont fait tiquer (sans plus) aussi. Le troisième, c’est une question qui mérite une étude approfondie, parce qu’effectivement, dans le film américain typique, l’idéalisme est du côté patriotique américain (le major Rhodes, ici) tandis que les terroristes sont vénaux… Effectivement on est dans la propagande : l’idéalisme ce serait bien, et ça serait forcément américain.

  5. By Wood on mai 1, 2013

    Alors que les terroristes, que ce soient ceux du 11 septembre ou ceux de Boston, se voient comme des idéalistes qui luttent contre une Amérique qu’ils perçoivent comme dépourvue de valeurs et soumise au monde de l’argent.

  6. By Wood on mai 1, 2013

    C’est aussi ça qui me dérange dans Iron Man : cette vision déformée de la réalité, avec un marchand de canons idéaliste et des terroristes vénaux.

  7. By Jean-no on mai 1, 2013

    @Wood : Tony Stark est louche comme tout et c’est assumé et rappelé régulièrement. À un moment je ne sais plus si c’est lui ou Pepper Potts qui dit « après tout nous aussi on vend des armes ».
    Sur l’idéalisme des terroristes – des vrais -, note qu’ils sont souvent un outil pour des enjeux géopolitiques qui les dépassent et où l’argent est loin d’être une motivation rare. Ce qui est étrange ici c’est que le discours anti-américain du Mandarin est assez rationnel et fondé, il se présente comme une réponse… Très ambigü tout ça, et très intéressant, je suis déjà impatient de voir le DVD pour le reprendre en détail.

  8. By Ardalia on mai 1, 2013

    Alors je suis bon public aussi, mais j’avais déjà bien aimé les deux premiers. Un début un peu long, peut-être, mais le reste est tout à fait enlevé et, comme tu le dis, les retournements de situation sont nombreux et assez étonnants pour moi.

  9. By tilly on mai 1, 2013

    mention spéciale opportunisme à l’annonceur O*S*S et à son cItRON MAN : mignon !

  10. By Jean-no on mai 1, 2013

    @tilly : dans le film il y a quelques placements de produits assez grossiers, aussi (voiture, serveurs,… et Dora l’exploratrice).

  11. By nathalie on mai 3, 2013

    @Ardalia : je suis, comme toi, bon public mais à force de bouffer du film, c’est rare maintenant que je sois surprise. Heureusement, ça ne suffit pas à gâcher mon plaisir. Dans ce Iron Man, j’ai vu venir de loin la plupart des retournements de situation (j’avais même imaginé un truc encore plus twisté mais ça n’est pas allé jusque là) et c’est finalement le clownesque de certains rebondissements qui a réussi à me surprendre agréablement.

  12. By Benoit on mai 3, 2013

    @Nathalie : J’ai vu le film et j’en suis un spectateur satisfait. Je me disais cependant que la scène où il entre dans le manoir sans armure mais avec de petits gadgets faits maison aurait l’air bien ridicule si elle était dans un autre contexte/film, bien qu’elle soit déjà un peu ridicule dans ce même film, voire décevante. Tu éveilles ma curiosité cependant, quel autre twist imaginais tu ?

  13. By nathalie on mai 4, 2013

    Un truc plus girl power… Mais si je raconte, je pourris le film pour ceux qui ne l’ont pas vu :-)

  14. By Benoit on mai 6, 2013

    « Ne reste donc que Tony Stark pour sauver le monde. Qui se dit Hmmm voyons voir… je ne sais pas qu’Iron Patriot est prisonnier, d’ailleurs bien que ce dernier passe tout le film à utiliser son armure pour téléphoner, il ne pensera justement jamais à appeler qui que ce soit à l’aide ou prévenir de ce qu’il se passe quand bien même on voit que le système est fonctionnel, mais comme j’ai lu le scénario, je sais que ça ne sert à rien d’essayer de le joindre. J’ai toujours mes 40 armures prêtes à servir dans la cave de ma villa, mais je vais pleurer que je n’ai aucun modèle disponible sous la main au prétexte que le dernier que j’ai utilisé est en charge chez Richie. Je ne vais pas non plus appeler un quelconque officiel, voire un de mes potes Avengers pour essayer d’intervenir : non, vous savez ce que je vais faire ? Je vais me bricoler un patator et un gant de cuisine customisé en taser et avec ça, je vais prendre d’assaut la villa du terroriste le mieux protégé au monde. »

    http://odieuxconnard.wordpress.com/

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.