Profitez-en, après celui là c'est fini

La chute

septembre 23rd, 2011 Posted in Images, indices

De temps en temps, je regarde BFM TV, chaîne d’information en continu qui a fait sa réputation sur une présumée expertise en matière d’économie. Je ne crois pas que cette chaîne soit effectivement plus sérieuse qu’une autre dans le domaine, mais les présentateurs sont dans le rôle, ils s’habillent comme on s’habille quand on veut avoir l’air de maîtriser des mots comme « management » ou « restructuration ». Ils portent des costumes sombres, des cravates, des chemises repassées, ils ont les cheveux courts et parfois laqués.
Il y a même un présentateur dont le patronyme est « Boursier », je n’invente rien.

Ces gens appartiennent à un monde qui me fascine, mais dont je me tiens éloigné (et qui n’a pas besoin de moi, du reste), un monde où j’ai toujours l’impression que chacun est déguisé et joue une comédie. Cette impression est erronée, ou plutôt, si le « business » est une pantomime, c’est une pantomime aux effets excessivement tangibles. Quand les indicateurs de la bourse progressent, ça ne regarde pas la plupart d’entre nous, mais quand ils choient, des sociétés se font racheter, des usines sont fermées, les banques qui gèrent nos comptes courants sont menacées,… Et là, ça nous regarde.
En ce moment, ils paniquent un peu, sur BFM TV, puisque la Bourse s’effondre. Ils cessent un peu de dire ce qui va se passer, d’interpréter les raisons qui expliquent les chiffres, de faire parler des connaisseurs, de dire que « les marchés accueillent favorablement les déclarations d’Alan Greenspan » ou que « les marchés sont inquiets de l’augmentation moins forte que prévue de l’indice de confiance des ménages », ils se contentent d’énumérer des chiffres.

Je connais l’épouse d’un courtier dont l’emploi quotidien consiste à vendre et à acheter des dettes souveraines. Il paraît que depuis quelque temps, tous les soirs, il rentre chez lui en disant : « c’est la fin du monde » (quand je dis que c’est le thème de l’année !).
Même l’insupportable éditorialiste Nicolas Doze cesse de vomir sur le système bolchevique qui, dit-il, étrangle l’économie française (sécurité sociale, chômage, allocations familiales, droit du travail,… J’exagère à peine) et admet, depuis quelques jours, qu’il ne sait pas du tout ce qui va advenir, qu’il n’a aucune visibilité.
Les publicités diffusées sur BFM sont intéressantes aussi. Il y en a une, par exemple, qui propose une opération alchimique audacieuse, mais qui ne semble pas être une très bonne affaire : « Vous avez des bijoux ? Alors transformez votre or en argent ». On ignore s’ils transforment le diamant en verre et le platine en plastique.

Je ne me lasse pas du film publicitaire dont j’ai extrait les images qui suivent, et qui passe régulièrement sur BFM — et nulle part ailleurs il me semble. Il s’agit d’une réclame pour Pouey International, société spécialisée dans le renseignement économique et le recouvrement de créances, c’est à dire une société qui en aide d’autres à limiter les risques ou les pertes liées à leurs partenaires commerciaux passés, présents ou futurs.
Le film montre un homme en uniforme de businessman qui se jette d’en haut d’un immeuble. Il tend les bras vers le ciel et saisit un ballon gonflé qui apparaît entre ses mains et qui l’aide à ne pas tomber. Le message, c’est bien sûr qu’avec l’aide de Pouey (la sonorité de ce nom, à elle seule, me réjouit), il est possible de maîtriser les risques financiers et commerciaux.
Le plan final, assez comique si l’on s’y attarde deux secondes, montre des tas d’hommes en chemise suspendus dans le ciel grâce à des ballons. Il y a quelque chose de très régressif, d’enfantin, dans cette image.

Il y a un second message, plus inquiétant : cet homme se jette dans le vide, il semble suicidaire, et puisqu’il est si déterminé et souriant, il ne doit pas disposer de tout son équilibre psychologique. Il me rappelle les adeptes d’une secte, le Centre Holistique Isis, qui, le cœur joyeux, avaient prévu de se jeter dans un volcan pour être récupérés par une soucoupe volante et, grâce à cela, être seuls survivants de l’Apocalypse.

Dans la vraie vie, il n’existe pas de ballons magiques pour rattrapper ceux qui se jettent d’en haut des immeubles. Ni pour prévenir l’effondrement financier d’entreprises, de pays ou de continents entiers.

  1. 13 Responses to “La chute”

  2. By pixeltoo on Sep 23, 2011

    Dommage qu’il n’y ait pas de lien vers la pub au ballon. Elle m’intrigue.

  3. By Jean-no on Sep 23, 2011

    @Pixeltoo tiens, en basse définition malheureusement :
    http://www.pouey-international.fr/

  4. By jyrille on Sep 23, 2011

    La pub me fait penser au clip de Jump They Say, la chanson que Bowie a écrite pour son frère suicidé (je crois).

    http://www.youtube.com/watch?v=avJt0SQec0I&ob=av2e

  5. By Jean-no on Sep 23, 2011

    @jyrille : Effectivement ! Étonnant clip, bourré de références : les bonnets de 2001, les couloirs d’Alphaville (y compris le nom ORTF !), les expérimentations de La Jetée… Je ne connaissais pas.

  6. By PCH on Sep 24, 2011

    Réclame (régressive, vous avez sans doute raison) qui, pour ma part, réfère à ces gens qui se jetaient des tours jumelles World Trade Center (centre commercial mondial, mot à mot ?) ou, durant la crise de 29 (ce sont des souvenirs de cinéma reconstitués, ceux-là, ou simplement fantasmatiquement élaborés à partir de lectures) : on sait ce qui nous reste à faire…

  7. By Jean-no on Sep 24, 2011

    @PCH : j’ai appris que les banquiers de jetant des buildings en 1929 était une légende urbaine, même si elle a durablement marqué les esprit.

  8. By Jungle Ju on Sep 24, 2011

    Des images présentées, je trouve qu’il y a plus une notion d’envol (prendre son élan, les bras en l’air), même si la chute semble inévitable sans le ballon.

  9. By PCH on Sep 24, 2011

    @Jean-no : oui, oui, c’est une rumeur… (euh, que c’en soit une aussi ?) (hum) :°))

  10. By @sylasp on Sep 24, 2011

    Si seulement ça pouvait être la fin de « leur » monde…

    BFM Tv, c’est aussi la chaine qui n’hésite pas à montrer en gros plans des cadavres d’enfants en Palestine (vu il y a quelques années), images très choquantes, et gratuites.

    J’adore l’utilisation du mot « réclame », désuet à souhait :-)

  11. By Zok on Sep 27, 2011

    Greenspan n’est plus le président de la FED, c’est Ben Bernanke !

    Pour le reste, oui c’est à pleurer, de rire si ce n’était pas avec notre argent…

    Enfin, le tout est très compliqué et je pense que nous sommes tous coupables à notre niveau. On ne peut pas se réjouir de notre vie de consommation, du dernier téléphone, de la TV HD, du tout tout de suite, être propriétaire à tout prix, etc. etc. etc. et penser que ces détraqués sont complètement coupés du monde.

    Mais c’est un autre débat.

  12. By Jean-no on Sep 27, 2011

    @Zok : je n’ai pas de téléphone, ni de TV HD, mais je comprends ce que tu veux dire

  13. By Zok on Sep 27, 2011

    oui je parle de mouvement général, d’une tendance

    j’ai d’ailleurs, alors que je suis le premier à vouloir émasculer les traders, une TV HD pour mes DVD (boycott chaines télé depuis presque 10 ans), mais je n’achète plus rien depuis mai. Je fais le vide autour de moi (matériellement), et du coup, c’est comme quand tu arrêtes le sucre (ou la clope je suppose), ça te dégoute. Je n’étais pas un hyper-consommateur, mais je me sentais suffisamment pris au piège pour rompre cette habitude.

    J’étais déjà chiant, mais là que je vais devenir comme les anciens fumeurs et ça va être insupportable :)

  14. By Rama on Oct 9, 2011

    C’est amusant : le message visuel de cette pub est que l’alternative au suicide par défénestration est d’être crucifié à un ballon, loin de tout et de tous… Je me demande par quel processus cognitif ça peut faire envie.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.