Profitez-en, après celui là c'est fini

Un État qui n’a pas la conscience tranquille

juillet 8th, 2011 Posted in Parano

« Ce n’est pas parce qu’il y a eu hier une dictature à Vichy
 qu’il ne faut pas protéger aujourd’hui les honnêtes gens ».

« Vous êtes très mal informé également sur le problème des usurpations d’identité liées à l’immigration. Les Chinois, par exemple, ne meurent jamais, c’est bien connu ».

Christian Vanneste (UMP)

Un hémicycle de onze députés réunis en session extraordinaire a voté le fichage biométrique généralisé des « honnêtes gens », c’est à dire des personnes — vous ou moi sans doute — qui n’apparaissent dans aucun fichier judiciaire, qui n’ont jamais été condamnés, qui sont « inconnus des services de police ». Le but affiché de ce dispositif est de lutter contre l’usurpation d’identité. La société de contrôle, dont Gilles Deleuze avait prédit l’inévitable avènement, facilité par les technologies de la communication et de l’automatisation, permet à un État toujours plus paranoïaque de persister à se méfier de ceux-là mêmes qu’il est censé représenter. C’est un État qui n’a pas la conscience tranquille, et ça se comprend : quand le sort policier de quarante-cinq millions de personnes (les français majeurs, quoi) est décidé en catimini, en plein mois de juillet, par six députés (il y a eu, six « oui », quatre « non » et une abstention, si l’on se fie à ce que prévoyait le député Lionel Tardy juste avant le vote), on ne peut plus du tout parler de démocratie, ou bien ce mot n’a pas de sens. Et c’est sans doute cette fourberie, cette absence de transparence qui est l’évènement qui mérite d’être retenu, car pour ce qui est du fichage lui-même, on doit bien constater que l’histoire de France est aussi l’histoire d’un État qui a une longue tradition de fichage policier anthropométrique. Du reste, notre actuel président semble être obsédé par le sujet, il suffit de considérer la multiplication et l’extension des fichiers et des moyens de surveillance qui caractérisent son travail depuis ses débuts en tant que ministre de l’intérieur.

Je note cette étrange réflexion de Philippe Goujon, rapporteur du projet de loi, qui, lors de la séance, a invoqué Balzac pour justifier son texte : « Cette proposition de loi vise à assurer une fiabilité maximale aux passeports et cartes nationales d’identité afin de lutter efficacement contre l’usurpation d’identité. Celle-ci, dont les conséquences souvent dramatiques pour la vie des victimes ont déjà été décrites par Balzac dans Le Colonel Chabert, est un phénomène en pleine expansion, même si les statistiques sont sujettes à caution ». S’appuyer sur une fiction écrite il y a plus de cent-cinquante ans pour démontrer l’utilité d’un fichage informatique, il fallait l’oser.
Le storytelling est un peu pauvre : il aurait été plus logique peut-être de raconter l’histoire du Colonel Chabert, quoique l’auteur de la mention aurait sans doute constaté que ses souvenirs sont un peu imprécis, puisqu’il n’y a pas d’usurpation d’identité dans Le Colonel Chabert, mais la triste histoire d’un homme considéré comme mort qui ne parvient pas à faire valoir son identité car son retour n’arrange pas du tout son épouse, remariée depuis.

« Et si notre pays cessait d’être une démocratie, si Marine Le Pen arrivait au pouvoir, qu’est-ce qu’on deviendrait ? » demandent certains. La dernière fois qu’un fichier d’empreintes biométriques a été rendu obligatoire de manière générale en France, c’était en octobre 1940, sous le régime de la Révolution nationale. Ce fichier a été détruit à la Libération.

J’ai déjeuné récemment avec mon grand-père, André Lafargue, ancien résistant et déporté. Puisque nous parlions de mon article du Monde Diplomatique sur les machines, il me disait qu’il n’était pas persuadé que la Résistance française aurait pu exister dans les conditions techniques actuelles — dont il n’a sans doute qu’une idée vague. Pourtant, il est fidèle au gaullisme politique et j’imagine (mais je n’en sais rien car à vrai dire nous esquivons un peu le sujet) qu’il n’est pas spécialement adversaire du gouvernement actuel.

Mon grand-père, qui raconte comment les membres du réseau Résistance ont su, grâce au sous-réseau "Honneur de la Police", que les juifs allaient être raflés à Paris. Ils sont allés frapper à toutes les portes, pour prévenir, "mais les neuf dixièmes des gens ne nous croyaient pas, ils ne pouvaient pas imaginer que c'était vrai". De nombreux juifs français avaient combattu en 1914-1918, ils n'imaginaient pas que l'État français, dirigé par un héros de guerre, allait les livrer massivement à l'occupant.

Je ne me pose pas les questions sur ce plan pour ma part, car il me semble évident qu’il ne suffit pas d’avoir le droit de vote pour prétendre vivre dans un pays démocratique. De fait, au cours de son histoire, l’État français — de droite ou de gauche —, ne s’est que rarement vu au service des citoyens, qui resteront toujours ses sujets, autant dire ses choses, et la méfiance policière n’en est sans doute pas la pire expression — ce n’est qu’une des plus visibles. Même si une opinion aussi désespérée est peut-être performative (moins les gens croiront en la bienveillance de l’État et plus ce dernier leur donnera des raisons de le craindre), je dois dire que j’attends peu de nos dirigeants qui, au mieux, peuvent se comporter avec un paternalisme condescendant et qui au pire, constituent une oligarchie illégitime à tout point de vue.

Ce qui m’inquiète et me chagrine vraiment dans cette affaire, en revanche, c’est la réaction médiatique : toute la journée d’hier on a vu Claude Guéant et des sociologues ou des syndicalistes de la police défiler devant les caméras pour discuter de la pertinence d’un rapport accablant que la cour des comptes a consacré à la gestion des ressources de la police. On a aussi beaucoup entendu parler du futur pontage coronarien dont va bénéficier Claude Guéant (« Il a donc un cœur », a écrit quelqu’un sur Twitter). Je n’ai regardé que les chaînes d’information mais je constate qu’aucune n’a annoncé la séance parlementaire d’hier, ni la teneur de la loi qu’était précisément en train de défendre Claude Guéant et qui allait être votée par un minuscule comité de onze personnes, décidant pour quarante-cinq millions.

  1. 24 Responses to “Un État qui n’a pas la conscience tranquille”

  2. By Tom Roud on juil 8, 2011

    Comme toi, je guettais hier un compte-rendu des media. Comme toi, j’ ai été bien déçu. Quand on voit ça, on se met presque à comprendre certains américains qui ont une méfiance intrinsèque de l’État.

  3. By Jean-no on juil 8, 2011

    …Et si les médias ne jouent pas leur rôle, c’est pire encore ! Hier j’ai passé un temps considérable devant BFMtv (et un peu ensuite devant iTélé) car j’essayais d’enregistrer une séquence ahurissante (mais qui n’est jamais repassée) sur la bactérie e.Coli : alors que la voix du commentaire expliquait que la cause probable de quatre cas récents était liée à la consommation de beefsteak congelés, l’image qui illustrait était composée à 100% de plans macro sur des pousses de soja, entrecoupées de plans sur des scientifiques en combinaison antiatomique en train de regarder des boites de pétri. La désinformation par l’image, quoi.

  4. By nore on juil 8, 2011

    Super idée !! Trop fort !!
    En plus comme il y a une RFID le vol d’identité en sera facilité, moins de 5 mn, à distance, sans que la victime en ai conscience.

    Et ensuite allez vous amusez a prouver que l’utilisateur de la carte avec vos données biométriques c’est pas vous…

  5. By bituur esztreym on juil 8, 2011

    il me disait qu’il n’était pas persuadé que la Résistance française aurait pu exister dans les conditions techniques actuelles

    se souvenir de l’avertissement similaire de Raymond Forni : « Dans une démocratie, je considère qu’il est nécessaire que subsiste un espace de possibilité de fraude. Si l’on n’avait pas pu fabriquer de fausses cartes d’identité pendant la guerre, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes auraient été arrêtés, déportés, sans doute morts. J’ai toujours été partisan de préserver de minimum d’espace sans lequel il n’y a pas de véritable démocratie. » ref par ex ici : http://j.mp/qIsBqF .
    Forni, un des pères de la loi informatique et libertés, et plusieurs fois vice-pdt de la CNIL. il manque.

  6. By Rhadamante on juil 8, 2011

    Quand on voit le nombre des lois passées avec une dizaine (ou guère plus) de députés dans l’hémicyle), je me dis qu’il faudrait vraiment un quorum sur le nombre de députés pour adopter une loi (au moins une centaine, voire 3 fois plus pour avoir la moité des députés). Bon après, je suis conscient que ça ne changerait pas forcément le destin de la future loi, il suffirait d’avoir les godillots habituels qui lisent leur journal pendant la séance et lèvent la main au moment du vote…

  7. By Croa on juil 8, 2011

    Cela n’est en rien surprenant. Quant aux médias n’oublions pas qu’ils appartiennent au système et que leur rôle est d’amuser le peuple, éventuellement avec la bite à DSK, mais pas d’informer !

  8. By deor on juil 9, 2011

    La cerise sur le gateau, c’est que pas un programme/motion PS ne prévoit l’abrogation des lois liberticides passées en masse depuis 10 ans.

    Voyons pour celle-là, mais a priori, rien de bien réjouissant à l’horizon.

    Par les temps qui courent, il faudrait une mobilisation massive contre chacune de leur loi…

  9. By Patacaisse on juil 9, 2011

    La Principe-ôté de Monaco a mis en place ces cartes là depuis Mars 2009 !!!
    Un terrain d’essai sans doute.
    Ordonnance n. 2.108 du 19/03/2009 relative à la carte d’identité monégasque électronique
    http://www.legimonaco.mc

  10. By Jean-no on juil 9, 2011

    @Paracaisse : pendant les débats, il a été fréquemment rappelé que plusieurs autres pays s’étaient équipés d’un même dispositif – mais il faudrait voir dans les détails jusqu’où ça va, car je remarque que la loi monégasque insiste pas mal sur le refus du croisement des fichiers. Le principal argument du débat français, en fait c’est de dire que la France est à la pointe de la biométrie et des cartes à puces, et donc que ça accroîtrait la visibilité internationale d’un savoir-faire national : bon pour l’industrie, quoi ! Ça peut mener loin, ce genre d’argument.

  11. By jcm on juil 9, 2011

    Oui, il nous faudrait beaucoup de Raymond Forni aujourd’hui.

    Malheureusement nous avons des Sarkozy, Guéant, Ciotti, Estrosi…

    Nous sommes dans un très mauvais scénario…

  12. By Jean-no on juil 9, 2011

    Lu ce matin dans Libé : « C’est vrai que c’est un pari sur la démocratie. Mais honnêtement, je ne pense pas que les Allemands soient de nouveau à nos portes, ni que Marine Le Pen sera présidente demain ». Jean-René Lecerf (UMP)

  13. By colporteur on juil 9, 2011

    Le parallèle avec les années 40 ne tient évidemment pas. Nous sommes aujourd’hui plongés dans un tout autre fleuve et c’est à tout point de vue que l’on nous accroche à nos « identités », pour mieux nous individualiser, nous forger comme sujets de cette société asociale. Le néolibéralisme gouverne des individus (voir http://www.cip-idf.org)

    Ces technique sont aussi l’occasion d’un « sentier de croissance » pour des entreprises françaises parmi les plus performantes au niveau mondial. Cela suppose de créer un marché intérieur. Et l’État y pourvoie, conformément à son rôle de capitaliste collectif, cela dit pour qui voudrait voir ce dernier comme un rempart bienveillant contre la barbarie du marché.

    Pour qui veut, le texte de Deleuze, “Post-scriptum sur les sociétés de contrôle » (1990) est là http://www.cip-idf.org

  14. By Jim on juil 9, 2011

    Y’a pas besoin de Marine Le Pen puisque l’ UMP est là. L’UMP c’est un parti d’extrême- droite comme un autre. Et oui, la France en 2011 renoue avec ses heures sombres. Le fascisme n’est pas à nos portes, il est déjà à l’Élysée. Pas la peine d’aller le fantasmer ailleurs ou de remettre à demain le combat du jour. Il faut se réveiller d’un long sommeil pour bien le comprendre. L’extrême – droite gouverne aujourd’hui en France, elle tisse méthodiquement le nœud coulant juridique qui demain – puisque la crise de 2007 poursuit sa course vers l’abime – permettra  » légalement  » de nous interner dans des camps. M.Daladier avait fait de même. Il avait préparé le terrain à Pétain. Pétain le « cagoulard » n’avait plus qu’à parfaire un dispositif policier que ses prédécesseurs avaient déjà voté.Pétain le nazi français en a rajouté une sacrée couche, nous sommes bien d’accord et il y avait la guerre. Mais allez demander aux Grecs en ce moment ce qu’ils en pensent de la guerre, eux qui ont perdu leur souveraineté et tandis que le FMI et la BCE se conduisent là -bas comme une armée d’occupation qui dépouille tout un pays. ah! Il faut reconnaître que les néo-libéraux ont de la suite dans les idées, y’a pas à dire. Néo-libéraux hier, Péno-sécuritaires aujourd’hui, fasciste BCBG demain. Une cohérence politique bien huilée au fur et à mesure que le nœud coulant se resserre autour de nos gorges. Il faut dire que l’assemblée  » démocratique  » avec une douzaine de députés en tout et pour tout et appelés à voter, n’a pas brillé par son courage ni sa haute présence face à cette nouvelle infamie. A croire qu’ils ne représentent plus que les martiens désormais….Et après ces bouffons se demandent pourquoi le peuple français ne va plus voter pour leur assurer une rente confortable. Vous verrez demain ces mêmes démissionnaires crier à  » la mort de la démocratie  » tout en sermonnant le peuple tandis que ce sont eux qui en désertent les instances dirigeantes, l’exécutif plus particulièrement.

    Misère de l’esprit français bien avachi. Qui peut encore penser que Denis Diderot était de la même nationalité que nous ?

    La boîte enregistreuse de la commission de Bruxelles poursuit son office jusque dans la désertion des députés qui fuient l’hémicycle.

    Les peuples endormis & larvaires méritent-ils encore la Liberté ? On peut se poser la question. Aujourd’hui nous apprenons qu’ un maire UMP en Alsace, à Thonon-les-bains a décidé après confirmation de ses conseillers municipaux d’interdire la cantine scolaire aux enfants de chômeurs à la rentrée prochaine !

    Oui, oui vous lisez bien. Allez vérifier l’information si l’on ne me croît pas. Vérifier et posez-vous la question du pays dans lequel vous vivez encore. Le pays n’est plus gouverné par une droite dite
     » classique « , nous avons bien affaire à un parti néo-fasciste dénommé UMP. Les camps d’internement et de concentration c’est pas encore pour aujourd’hui mais avec tout l’arsenal policier qu’ils ajustent tous petit à petit – 53 fichiers policiers à ce jour ! – on peut se dire que ça vient. « tranquilou » mais sûrement. Quand les Français se réveillerons, « les veaux » aurait dit le Général De Gaulle, une fois de plus, ce sera trop tard et tout un peuple d’ahuris en retard une fois de plus sur l’Histoire gueulera, hurlera puis rasera les murs. La réalité sera devenu bien trop dangereuse soudainement. Et prenant son mouchoir à deux mains, le  » bon français  » fermera sa gueule car en face, ils n’auront plus qu’à sortir les barbelés et la grosse berta si jamais l’humour lui prenait de roter à table.

  15. By Prudence_Petitpas on juil 9, 2011

    Le prochain stade c’est de lire dans nos cerveaux…
    j’ai été fascinée par la vie de l’écrivain B.Traven : je veux croire que bien que ce genre d’existence ne soit plus guère possible aujourd’hui, des rebelles trouveront la faille…

  16. By Jean-no on juil 9, 2011

    @Prudence_petitpas : lire dans nos cerveaux, ça arrive, puisque l’on teste à présent des dispositifs de surveillance intelligents qui « savent » quand quelqu’un va commettre un délit… Comme dans Minority Report, condamné avant le crime ?

  17. By Prudence_Petitpas on juil 9, 2011

    et même avant de naître…

  18. By Jefaispeuralafoule on juil 11, 2011

    @jean-no:

    « Lu ce matin dans Libé : « C’est vrai que c’est un pari sur la démocratie. Mais honnêtement, je ne pense pas que les Allemands soient de nouveau à nos portes, ni que Marine Le Pen sera présidente demain ». Jean-René Lecerf (UMP) »
    Ce qui me terrifie, c’est qu’il s’agit précisément du même pari qu’ont fait les Allemands en « acceptant » la Schutzhaft (détention de protection) sur leur territoire pendant les années précédant le conflit mondial…

  19. By Jean-no on juil 11, 2011

    @jefaispeuralafoule : eh oui, le « pari de la démocratie », ça sonne comme un projet un peu hasardeux. Pourquoi pas le bonneteau des libertés publiques ou la loterie des droits de l’homme ?

  20. By Jefaispeuralafoule on juil 11, 2011

    Le principe même de « loterie » n’est pas nouveau, il suffit de se souvenir du concept du tirage de boule pour l’enrôlement dans l’armée: boule noire-> service, boule blanche-> exemption. Allez savoir s’il n’y a jamais eu de boule blanche!

  21. By Beudilyon on juil 15, 2011

    @Jim : dans l’emballage général, il ne faut pas inconsciemment laisser libre cours aux clichés. Thonon-les-Bains n’a jamais été situé en Alsace.
    @différents posteurs : merci d’écrire l’État et pas l’état !

  22. By Jean-no on juil 15, 2011

    @Beudilyon : Merci, je n’avais pas noté pour Thonon et, mea culpa, l’État prend bien une capitale dans ce contexte.

  23. By Khisanth on juil 15, 2011

    On pourrait aussi citer Churchill qui disait qu’ « un individu qui accepte de sacrifier sa liberté au non de sa sécurité ne mérite ni l’un, ni l’autre ».

    Quand j’entends Mr Guéant proclamer haut et fort que le fichier de fichage sera inviolable, ce que j’entends surtout, c’est un appel du pied à tous les hackers (« gentils » ou « méchants »).
    Le seul moyen d’avoir un ordinateur (et donc son contenu) sécurisé à 100% c’est de l’éteindre, et dire qu’un système est inviolable, signifie juste qu’il n’a pas encore été violé (du moins, pas que l’on sache) au moment où on le dit.

  24. By Jean-no on juil 15, 2011

    @Khisanth : en fait la citation n’est pas de Churchill mais de Benjamin Franklin :-)

  25. By michel on juil 15, 2011

    Moi quand je suis pas au boulot je me fait virer. Pourquoi en est-il différemment pour ces messieurs ? Alors que finalement ils n’ont qu’a appuyer sur un bouton ‘oui’ ou ‘non’.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.