Profitez-en, après celui là c'est fini

Opérations extérieures

mai 9th, 2011 Posted in Écrans et pouvoir, Fictionosphère, indices

(Je romps momentanément mon vœu de silence, notamment pour préciser ma manière de voir après une discussion récente où se posait la question du rapport entre fiction et réalité, divertissement et propagande)

Des militaires d’élite américains ont exécuté Oussama Ben Laden dans sa propriété d’Abbottabad, au Pakistan, sans s’être donné la peine d’avertir les autorités de ce pays. Une telle action n’a pas de réciproque possible. On n’imagine pas, par exemple, les services secrets britanniques venir sur le sol américain venger leurs morts en assassinant Wernher Von Braun, inventeur des missiles V2 dont plusieurs milliers ont été lancés sur Londres pendant la seconde guerre mondiale et dont la fabrication a causé la mort de milliers de déportés employés à leur fabrication. Non, Wernher Von Braun est mort dans son lit aux États-Unis, où il a eu le temps de participer au succès de deux grands mythes modernes de son pays d’adoption, la Nasa, qu’il a contribué à créer, et la société Disney, avec qui il a réalisé des films éducatifs et prospectifs. Ce destin n’a rien de comparable avec celui d’Oussama Ben Laden bien entendu : Von Braun n’était qu’un ingénieur ayant mis ses recherches au service du Reich, de gré ou de force, tandis que Ben Laden est un chef de guerre et un chef religieux a priori totalement responsable de ses actes1. Si je fais ce parallèle malgré tout, c’est parce que le mélange de recherche scientifique, de responsabilité militaire, de propagande politique et d’entertainment qui font la carrière de Wehrner Von Braun et qui constitue un mélange a priori farfelu est en fait une illustration typique du lien qui existe aux États-Unis entre science, armée, politique, propagande et industrie culturelle.

Captain America démolit le portrait d’Adolf Hitler en 1941 puis s’occupe de l’empereur Hiro Hito dès l’année suivante. Superman ou Tarzan en ont fait de même, comme tous les héros costumés, jusqu’à l’ombrageux dieu Namor qui a accepté de quitter son humeur misanthrope pour démolir des sous-marins nazis. Même l’entreprenante petite orpheline Annie, fille adoptive d’un marchand d’armes, a mis sur pied les « Junior Commandos », une troupe d’enfants affectés à alerter les adultes si des soldats allemands ou japonais avaient été repérés dans leur voisinage. Le cinéma ou le dessin animé ont été touchés par le même mouvement patriotique qui, bien que spontané et œuvrant à la libération de l’Europe et de l’Asie, relève pourtant bel et bien de la propagande.

En effet, s’il semble naturel pour les américains d’avoir exécuté un saoudien sur le sol pakistanais, si cela nous semble logique à tous, ce n’est pas par respect pour la première puissance financière et militaire du monde ni par assentiment envers une justice expéditive des plus suspectes, c’est que nous avons déjà vu le film.
Nous l’avons vu sous différentes formes plus ou moins fantaisistes, par exemple dans The West Wing, où le président Bartlet commande à distance des opérations militaires de récupération d’otages, dans une mise-en-scène proche de celle de la désormais célèbre photographie du président Obama et de son équipe :

Presque un épisode de la série « The West Wing »

Nous l’avons aussi vu dans 24 heures Chrono ou dans Alias, séries dont même le climat de suspicion (qui manipule qui exactement, qui ment, quelle est la vérité ?) semble avoir inspiré la communication erratique de l’équipe gouvernementale américaine, plusieurs fois reconstruite : pourquoi n’y a-t-il pas de photo ? Pas de corps ? Comment Ben Laden a-t-il été surpris, était-il armé, a-t-il résisté, comment est-il mort ?…
On se rappellera de la première version qui avait été donnée lors d’une conférence de presse : se servant d’une femme comme bouclier humain, Ben Laden aurait été abattu d’une balle en pleine tête.
Dans l’émission Place de la Toile du 8/05, le philosophe des sciences Mathieu Triclot faisait remarquer que ce scénario était similaire à un épisode du jeu Call of Duty: Black Ops, édité il y a six mois par la société Activision et où le joueur, qui incarne un agent de la CIA, se retrouve à tuer Fidel Castro d’une balle en pleine tête alors qu’el commandante (qui s’avérera être un sosie) tente lâchement de s’abriter derrière une femme.

Call of Duty: Black Ops (fin 2010)

Dans les fictions qu’ils produisent, par exemple Mission: Impossible2, les américains sont habitués à trouver tout naturel d’entrer et de sortir de pays étrangers comme s’ils étaient chez eux ou de pratiquer leur justice sans s’embarrasser de droit international.
Le cinéma venait tout juste de naître quand le studio Vitagraph a produit son premier film de propagande, en reconstituant et en mettant en scène un épisode guerrier censé justifier la guerre hispano-américaine (1898) ; en 1933, le justicier Doc Savage explique à des sud-américains que son pays n’hésitera pas à les envahir s’ils ont la mauvaise idée d’attenter à ses intérêts en nationalisant leurs mines d’or ; les exemples de justification d’ingérence sont innombrables.

Après une période de remise en cause importante (Civil Wars, série publiée en 2006-2007 pendant laquelle Captain America s’élevait contre la restriction des libertés des super-héros par le gouvernement américain – allusion à peine voilée au Patriot Act), le héros à la bannière étoilée choisit son camp et empêche de nuire un activiste qui s’est attribué son costume (qui est en quelque sorte son double et affirme partager ses valeurs) pour diffuser des informations secrètes qui, bien que vraies, peuvent mettre des vies en danger. On lira ici une réponse à Julian Assange, Bradley Manning et Wikileaks : « vous avez peut-être raison, vous êtes peut-être de bonne foi, mais on ne va pas vous laisser faire pour autant » (Secret Avengers #12.1). 

En revanche — et ce n’est pas un hasard —, les fictions américaines sont chargées de méfiance envers tout ce qui vient d’ailleurs. On peut trouver ça paradoxal concernant pays qui s’est précisément construit et qui continue de se construire par l’accueil régulier d’étrangers, mais c’est plutôt rusé : en ne donnant à l’étranger que le choix entre un patriotisme exalté d’une part et, d’autre part, le soupçon d’être un saboteur, un poseur de bombes ou un assassin potentiel du président, il n’y a pas vraiment de marge de manœuvre.
Pas besoin de rappeler ici le nombre de fictions qui s’intéressent aux extra-terrestres, qualifiés d‘aliens (mot qui, on finira par l’oublier, signifie juste « étranger »), de visiteurs ou d’envahisseurs. Ce qui vient d’ailleurs est suspect et l’hyper-vigilance américaine a abouti à ce que ce pays ne soit, malgré des dizaines de guerres en un siècle, jamais véritablement attaqué sur son sol par d’autres pays3.

Mars Attack (1996) est, malgré ses clins d’œils  parodiques au cinéma des années 1950, le film le plus politique de Tim Burton. Il s’ouvre par une séquence où un redneck raciste demande à son voisin philipin si c’est le nouvel an dans son pays car il sent une odeur épouvantable de viande brûlée. Après une guerre sans merci contre des extra-terrestre particulièrement fourbes, l’Amérique sauvera le monde grâce à la chanson « indian love call » de Slim Whitman et pourra se reconstruire en partant de Las Vegas, la cité du divertissement. Jack Nicholson incarne ici un des rares présidents américains du cinéma qui soit à la fois bête et couard.

Outre les pays étrangers qui sont vus comme un terrain de jeu et l’étranger dont on se méfie, les fictions populaires4 américaines diffusent assez insidieusement plusieurs autres clichés, comme la figure du président des États-Unis — parfois trompé par ses conseillers mais foncièrement honnête et courageux5, parfois même homme d’action, par exemple dans Air Force One ou Independance Day —, le goût pour la victoire6 et le refus systématique de la défaite militaire (qui ne saurait être que provisoire), comme le montre de manière éloquente le livre Diplopie, de Clément Chéroux, où l’on voit que la presse américaine a spontanément remplacé les images catastrophiques du World Trade Center attaqué par des clichés de pompiers érigeant le drapeau américain sur les ruines de Ground Zero dans une parodie d’une célèbre photographie de victoire lors de la bataille d’Iwo Jima.

La photo « Raising the Flag on Iwo Jima » (image de gauche), par Joe Rosenthal a été reprise et pastichée très souvent dans des fictions, sur des couvertures de comic-books ou même dans le « monde réel ».

En conclusion, je dirais une fois de plus que la frontière qui sépare la fiction de la réalité me semble bien fine, l’une servant souvent à justifier l’autre, et réciproquement.

Sur ce, je retourne à mes autres travaux.

addendum 17/05/2011 : j’apprends que Disney a tenté de déposer la marque SEAL team 6, du nom du commando qui a exécuté Ben Laden. Dans le but d’avoir un jouet éducatif à proposer pour noël prochain ?

  1. Un parallèle plus évident aurait été d’imaginer l’assassinat, par des soudanais, de l’ancien président Clinton qui, pour détourner l’attention du public en pleine affaire Lewinsky, avait lancé un raid punitif contre ce qu’il avait qualifié d’usine d’armement terroriste et qui s’est avéré n’être que la principale usine de médicaments du pays, notamment d’aspirine, causant, selon l’ambassadeur allemand au Soudan à l’époque la mort de dizaines de milliers de civils. On pourrait aussi imaginer des habitants de l’état du Madhya Pradesh qui viendraient sur le sol américain punir les dirigeants de Dow Chemicals responsables de la catastrophe de Bhopal, qui a fait plusieurs milliers de morts. En fait, de Santiago du Chili à Hiroshima en passant par le moyen-orient, des centaines de millions de gens ont des raisons directes de reprocher sa politique extérieure aux États-Unis. []
  2. Au sujet de Mission: Impossible, j’ai lu récemment une interview de l’actrice Barbara Bain qui expliquait que de nombreux épisodes de la série relataient des évènements qui ont effectivement eu lieu, mais que ni l’équipe ni le public n’y voyait autre chose qu’une fiction fantaisiste à l’époque. En fait, un des scénaristes était (selon Barbara Bain) véritablement proche des services secrets américains. []
  3. Ce sera pour une autre fois mais je réalise qu’il faudrait s’intéresser au cinéaste new-yorkais (et sans doute fallait-il l’être) Barry Sonnenfeld qui, dans son adaptation du comic-book Men in Black ou dans sa relecture de La Famille Addams a affirmé très clairement le droit à la différence et à l’étrangeté, le droit de vivre sur le sol américain sans pour autant s’imposer d’entrer dans le moule, en ayant le droit de conserver ses coutumes, ses bizarreries, pour peu, tout de même, de rester caché. []
  4. Le peuple n’est pas seulement la cible des fictions popualires mais aussi, comme l’a écrit Umberto Eco, leur commanditaire. []
  5. Au fait, les américains auraient-ils élu Barack Obama président si la série 24 n’avait pas préparé l’idée d’un président noir avec le personnage de David Palmer ? []
  6. Dans U-571, par exemple, les américains s’attribuent un fait de guerre historique bien réel, mais britannique et ayant eu lieu des mois avant l’entrée en guerre des États-Unis. []
  1. 8 Responses to “Opérations extérieures”

  2. By PCH on Mai 9, 2011

    (on a quelques scrupules à poser un commentaire mais) il faut peut-être commencer par regarder que nous nommons l’Amérique et les Américains (avec ou sans majuscule) improprement (un brésilien, un péruvien, pour ne rien dire d’un canadiens, en sont tout autant et les nommerons nous ainsi ?j’ai peur que non) (que nom)(j’emploie le masculin, c’est aussi vrai au féminin)(c’est un vieux commentaire que je reprends, je suppose, mais les mots ont un sens, le président Obama n’est pas le président de l’amérique même si « ses » services secrets ont obligé Salvador Allende à se suicider)

  3. By Wood on Mai 9, 2011

    Tiens au fait, tu es au courant que Superman vient de renoncer à la nationalité américaine ?

  4. By Jean-no on Mai 9, 2011

    @PCH : Bien sûr, c’est vrai que c’est un problème et, quelque part, une question idéologique. Mais le droit de jouissance dont disposent les américains en Amérique Centrale/du Sud s’explique-t-il seulement par l’emploi abusif du substantif « américain » ? Pas sûr quand même, surtout qu’ils se donnent le même droit dans bien d’autres endroits du globe. Pendant longtemps, j’ai remplacé « Américains » par « États-Uniens » et puis j’ai fini par laisser tomber en me disant que c’était moche et qu’il était quasiment impossible d’écrire « américain » en espérant que le lecteur comprendrait « habitant de n’importe quel point du continent américain.

  5. By Jean-no on Mai 9, 2011

    @Wood : on m’a dit ça mais j’ignore les circonstances de l’affaire

  6. By Wood on Mai 9, 2011

    Les détails de l’affaire Superman ici :
    http://www.comicsalliance.com/2011/04/27/superman-renounces-us-citizenship/

  7. By sylvette on Mai 9, 2011

    Punaise, pour un blog inactif, c’est un blog inactif!

  8. By Jean-no on Mai 9, 2011

    @sylvette : hé oui mais que veux-tu, celui-là il fallait que je le poste. Mais faut pas croire : j’arrête quand je veux.

  9. By pwnd on Mai 9, 2011

    @wood
    Superman fait partie des super-héros binationaux ! et on sait tous qu’ils finissent toujours par jouer pour “leurs origines” ces gens là. C’est un ”alien” ce superman… on s’en méfie …

    (faudrait pas des quotas au recrutement des héros ?)
    ;)

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.