Profitez-en, après celui là c'est fini

Mission: Impossible – ordinateur-vêtement (1966)

novembre 23rd, 2010 Posted in Ordinateur célèbre, Série

L’ordinateur qui se porte (au sens ou on porte un vêtement : wearable computer) a été inventé en 1961 par Edward Thorp, auteur d’une méthode pour compter les cartes au blackjack, et par Claude Shannon, le créateur de la théorie de l’information.
Ce système portatif, destiné à prédire les résultats de la roulette, était éclaté entre plusieurs éléments : un ordinateur analogique au format d’un paquet de cigarettes traitait les données envoyées par un capteur situé dans les chaussures du parieur et destiné à évaluer la vitesse de la roulette. La zone sur laquelle il convenait de miser était ensuite indiquée à l’aide de notes de musique envoyées par radio à un écouteur dissimulé dans le conduit auditif du joueur.
L’existence de ce dispositif, qui a été testé avec un certain succès, n’a été révélée au grand public qu’en 1966.

C’est cette année là qu’a été tourné Odds on evil, le sixième épisode de la première saison de la série Mission: Impossible. On y voit les agents de l’Impossible Mission Force entreprendre de ruiner dans son propre casino le dirigeant d’une principauté européenne qui rêve d’acheter des armes pour conquérir un pays voisin producteur de pétrole.
Parmi les méthodes employées pour tricher, il en est une qui repose sur un ordinateur-vêtement porté par Willy (le costaud de la bande, car nous dit-on, cet ordinateur pèse 80 livres, soit 36 kilos), ordinateur qui traite les données envoyées par un capteur dissimulé dans le sac de la belle Cinnamon Carter et qui affiche le prochain numéro gagnant à l’aide d’une montre.
Il me semble évident que cet ordinateur-tricheur est directement inspiré de celui qu’ont effectivement créé Thorp et Shannon quelques années plus tôt.

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.