Profitez-en, après celui là c'est fini

Mes jeux (13) Civilization, par Baptiste Biancardini

juillet 13th, 2010 Posted in Non classé

(Le dernier blog invite Baptiste Biancardini pour la série Mes Jeux)

Les jeux vidéos pour moi sont liés au Canada. Ma famille n’était pas spécialement tournée vers l’informatique au début des années 90 et c’est en traversant l’Atlantique pour des vacances que je connus mes premiers émois vidéo ludiques. Les familles croisées là-bas étaient généralement mieux équipées, ce qui ouvrait des perspectives… L’ordinateur était un terrain presque inconnu sur lequel je me jetai sans a-priori et sans difficultés maintenant que j’y pense. A mes yeux d’enfant c’était un espace de jeu incroyable, largement supérieur aux consoles de salon, comme la NES que ma famille avait et il fallut presque quinze années pour que je re-jette mon dévolu sur une console. Sur écran monochrome je découvris Wolfenstein 3d, SimCity, Prince of Persia mais c’est bien Civilization qui me conquit avec le mystérieux et exotique nom de son concepteur, Sid Meier, qui devait faire figure de sorte de génie dans mon imagination, je me le représentais probablement comme un millionnaire, reconnu et acclamé de tous en Amérique. Je jouais à son jeu sur un vieux Pentium dans la cave d’une maison d’amis.

Graphiquement le jeu était assez horrible, la capacité d’abstraction nécessaire face à ces gros pixels pourrait sembler étrange aujourd’hui, j’ai cherché à y rejouer il y a quatre-cinq ans sans succès, mais il y avait cette incroyable idée presque poétique de suivre une civilisation de sa naissance à sa disparition, la destruction à la conquête de la planète et/ou de l’espace, le rêve de faire l’histoire (de -4000 avant J.C. à 2100), de la voir surgir devant ses yeux et de tout contrôler, de pouvoir la « corriger » si on le souhaitait, en reprenant la carte du monde par exemple. On se retrouvait dans des situations assez cocasses, croiser les Égyptiens avec les Américains, les premiers ayant les chars alors que notre civilisation ne maitrisait pas encore ces véhicules. J’adorais déjà tout ce qui concernait l’Histoire, les récits de la seconde guerre mondiale, ceux de la mythologie, et c’était là une sorte de simulateur ludique de notre passé qui me happait.

Compte tenu de mon âge l’aspect diplomatie et gestion du jeu ne m’intéressait guère, je me focalisais plus sur une stratégie militaire, de toute manière les autres aspects n’étaient pas très développés mais ce qui me passionnait véritablement, sans véritable explication, c’était les merveilles du monde. Une merveille, telle la pyramide, la tour Eiffel ou certaines beaucoup plus abstraites (le projet Manhattan ou l’expédition Magellan) donnait un avantage vis-à-vis des autres civilisations, en plus d’un prestige certain. Je souhaitais toutes les avoir, moins pour l’aspect stratégique que pour le symbole, et surtout je les voulais toutes dans une unique ville. Était-ce parce que j’étais habitué à une métropole dense et « prestigieuse » ? En tout cas je passais mon temps à tenter cet impossible pari, sauf en mode de difficulté très facile, pour pouvoir contempler la « représentation graphique » de ma capitale et ainsi voir ces merveilles s’entasser les unes à côté des autres. Cette obsession atteignait le stade où cette ville, Paris ou New York généralement, semblait cannibaliser toute ma civilisation.

Ce qui était incroyable dans ce jeu c’était sa complexité, le nombre de possibilités quasi infini, du moins en apparence, qu’il offrait. Il y avait la gestion des villes, de leurs bâtiments au moral des citoyens, la gestion de l’empire avec sa politique, l’infrastructure du pays (cette terraformation) et enfin la diplomatie ou, la guerre. C’était de plus mon premier contact avec l’anglais et j’apprenais à reconnaître les mots à leur représentation graphique, je me souviens encore que c’est là où j’ai appris « Settlers », « Supermarket », « Librairy », « Citywall » et tant d’autres.

Je découvris quelques années plus tard Civilization II dans une maison au bord d’un lac à deux heures d’Ottawa où je passais mes journées à tenter de conquérir le monde tel un Napoléon planétaire et immortel plutôt que d’aller me baigner ou me promener dans la forêt… Maintenant que j’ai terminé ce texte j’ai une profonde envie d’essayer Alpha Centauri, une suite à Civilization II sorti en 1999 et jamais testé… Je ne résisterai probablement pas.

  1. 5 Responses to “Mes jeux (13) Civilization, par Baptiste Biancardini”

  2. By Celine432 on Juil 13, 2010

    En fait, il n’y a pas de tour Eiffel dans le premier opus :)

    J’y ai rejoué pas plus tard que la semaine dernière. J’essaye toujours de développer l’artillerie (pourquoi elle?) avant la naissance du christ.

    Les graphismes « gros pixels » me manquent dans les productions récentes :(

  3. By Digital Modjo on Juil 13, 2010

    Traitre. :D

    Non sinon Civilization, forcément. Une tuerie à l’époque. Je pigeais rien du tout, j’avais une version anglaise un peu bizarre mais j’adorais l’ambiance. Et je trouvais ça très technique. Bon aujourd’hui je rejoue essentiellement au II et de manière assez mécanique: telle avancée, telle troupe, telle nombre de villes, telle merveille… Un schéma pré-établi qui poussent à envahir les voisins avec des tanks quand ils en sont encore aux archers avant de finir dans une théocratie opprimée par un gros taré derrière son écran qui écrase dans le sang la moindre révolte sur le territoire.

    Sinon les opus des années 2000 sont pas géniaux. Civ III est lourd et chiant, je trouve. Beaucoup plus long à bouger aussi. Alpha Centauri est pas mal mais n’apporte pas une révolution vraiment franche en-dehors de l’univers de jeu. Encore jamais joué au IV et le V sort fin septembre 2010 a priori (enfin j’y jouerai dans 5 ans à peu près, quand j’aurais un PC qui pourra supporter le jeu… -_-). Ceci dit il donne carrément envie (même si on regrette les graphismes époque Civ II quand même…):
    http://civilization5.com

  4. By Gilles on Juil 13, 2010

    Aaaaah! Civilization!!!! Avec la petite musique du début, pendant que le monde se créait…

    Je suis passé du I en anglais, joué sur 4 disquettes que je permutais sur un Amstrad, directement à Civ: CTP (oui, je sais, ce n’est pas vraiment Civilization), puis dernièrement à Civ IV.

    Mais Civilization m’a fait passer des week-ends mémorables. Que ce soit Civ ou CTP, je me donnais des défis: je me fixais un même niveau de départ (pas très élevé), puis tirais au sort les conditions climatiques et géographiques, ainsi que le nombre d’adversaires.
    Mon but dans Civ était d’obtenir République et les chemins de fer avant JC.

    Je me souviens d’une partie « viking » dans CTP : monde très large, très peu de terre dans des îles montagneuses très dispersées. Je n’avais pas fait un gros score, mais c’est probablement une des parties les plus intéressantes que j’ai faites…

  5. By Bishop on Juil 13, 2010

    Ah la tour Eiffel? Il me semblait pourtant, cela remonte à longtemps. Après vérification oui c’est apparu dans le 2.

    Sinon Sid Meier avait été beaucoup critiqué je me souviens car le fascisme et le communisme étaient des régimes beaucoup plus performants que la République.

  6. By Lapin on Juil 13, 2010

    Moi aussi!!!!
    C’est le seul jeu qui m’a accrochée sur un ordinateur.
    J’ai découvert la première version sur le mac d’une copine quand je faisais mes études à Tours.
    Et puis j’ai joué au II sur le mien, là aussi, c’ets le seul jeu que j’ai acheté. Je n’ai jamais réussi à terminer une partie, mais je sais qu’un jour, je trouverai plein de temps pour y remédier. En plus que je viens d’apprendre que le 5 sort bientôt ^-^(merci digital Modjo!)

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.