Profitez-en, après celui là c'est fini

Le MP3, un mauvais format ?

septembre 2nd, 2008 Posted in Brève, Chansons, Pas gai

Le MP3 a longtemps souffert d’une réputation sulfureuse, il a été associé au piratage de musique au point que certains ont même cru qu’il s’agissait d’un format de fichier plus ou moins illégal. Ce n’est pas le cas. Mis au point et breveté par Fraunhofer et Thomson, exploité par Alcatel-Lucent (si j’ai bien compris), le Mpeg Audio Layer III (le vrai nom du MP3) est un format de fichier audio extrèmement compact et donc, particulièrement adapté à Internet. Né pour le public au milieu des années 1990, le MP3 nous est à présent si familier que le nom décrit même les baladeurs numériques (pour noël, j’ai eu un MP3). Depuis peu, les plate-formes de téléchargement légal telles VirginMega et fnacMusic commercialisent des titres au format MP3.

Le Monde 2 vient de publier un article inquiétant de Gilles Tordjman1. Le format MP3 est, selon l’auteur de l’article, je cite, « le pire standard de toute l’histoire de la musique enregistrée ». Gulp ! Le plus mauvais est peut-être un terme excessif, mais plusieurs spécialistes du son interrogés disent eux aussi pis que pendre du MP3.

Un peu comme le format JPEG dans le domaine de l’image, le MP3 supprime des informations considérées comme imperceptibles. Cette opération n’est pas sans conséquences (dans le cas des fichiers sonores en tout cas). Pour bénéficier d’une compression de données importante, les MP3 subissent une compression « dynamique » qui réduit le contraste acoustique entre les différents niveaux. Cette opération diminue le poids des fichiers tout en aplatissant les sons. Pire, la compression dynamique est un traitement sonore très courament utilisé en amont par les producteurs de musique populaire ou les radios qui les diffusent. Le son compressé est artificiellement « densifié », flatté, et il permet aussi d’empêcher le son d’endommager les enceintes qui le diffusent.
L’oreille humaine est plutôt gênée par le résultat assez peu naturel, ce qui pousse l’auditeur à monter le son (et donc à subir une agression plus importante) pour récupérer la sensation perdue du contraste. L’acousticien David Argellies résume les choses ainsi : « Les radios de jeunes sont plus fatigantes à niveau équivalent, parce que l’oreille est habituée à percevoir de forts contrastes dynamiques. Et la compression a tendance à la flouer. C’est comme une illusion d’optique. A l’écoute d’une musique compressée, déjà perçue comme plus forte , on aura tendance à augmenter le volume pour retrouver du contraste ».

L’article ne dit pas dans quelle mesure le phénomène varie selon le taux de compression — puisque la compression MP3 peut être appliquée de manière plus ou moins forte — mais on apprend que, de l’avis de nombreux spécialistes, la surdité guette ceux qui écoutent des fichiers MP3.

  1. Le Mp3 mutile le son et l’audition, par Gilles Tordjman, Le Monde 2, 29/08/2008 []
  1. 4 Responses to “Le MP3, un mauvais format ?”

  2. By Fred Boot on Sep 2, 2008

    Comment ?

  3. By Mr Vandermeulen on Sep 4, 2008

    Le monsieur vous dit qu’il n’y a plus qu’à attendre que de braves scientifiques se penchent sur la qualités de nos écrans…

  4. By MT on Jan 5, 2010

    Nul besoin d’études scientifiques pour le constater. Il est clair qu’écouter de la musique classique, par exemple, à partir de fichiers mp3 est une abomination, un contre-sens. Il suffit d’en faire l’expérience. Soudain, plus d’harmoniques, moins de nuances, moins de timbre pour les instruments. Bref, certaines musiques sous mp3 ne livrent qu’une « version démo » d’un morceau. Peut être est-il le reflet de notre époque…

  5. By Jean-no on Jan 5, 2010

    Il y a tout de mêe des degrés de compression dans le mp3 : parfois la différence avec le cd est imperceptible, en tout cas pour moi, qui 1) n’ai pas une oreille incroyable et ne suis pas musicien mais que 2) dispose d’un bon système carte son + enceintes

Postez un commentaire


Veuillez noter que l'auteur de ce blog s'autorise à modifier vos commentaires afin d'améliorer leur mise en forme (liens, orthographe) si cela est nécessaire.
En ajoutant un commentaire à cette page, vous acceptez implicitement que celui-ci soit diffusé non seulement ici-même mais aussi sous une autre forme, électronique ou imprimée par exemple.