La honte de l’hôte

Cette année, comme chaque année depuis sept ans, j’invite des créateurs1, majoritairement des auteurs de bande dessinée, à rencontrer mes étudiants à l’Université Paris 8. C’est toujours l’occasion de moments plaisants avec des artistes que j’apprécie (des gens de talent, parfois d’un niveau de notoriété considérable) et qui ont l’occasion de rencontrer des gens qui envisagent pour eux-mêmes des carrières de ce genre. Les étudiants sont astreints à assister à des cycles de conférences, car ce sont des rencontres avec des professionnels, et l’université doit montrer qu’elle se soucie de professionnalisation, conformément au blabla démagogique ministériel à ce sujet, mais au fond, pourquoi pas, rien de mieux pour comprendre les métiers que de côtoyer ceux qui les exercent. Alors pour ça, il y a un budget. Lorsque j’ai reçu mes premiers invités, ils étaient payés sur la base de six heures TD, soit quelque chose comme 240 euros bruts2. La somme était très correcte il me semble, et sans doute vraiment bienvenue pour certains artistes qui tirent le diable par la queue, mais assortie d’une première contrainte, qui était que les intervenants devaient être parisiens, ou en tout cas, que leur transport ne serait pas défrayé car, m’avait-on dit, « il y a suffisamment de gens intéressants à Paris ». Et c’est presque vrai : il y a beaucoup de gens intéressants à Paris. Mais tous les gens intéressants ne sont pas à Paris. J’ai réussi à inviter quelques non-parisiens, en profitant de leur passage lors d’un festival, par exemple.

Suite à la fermeture de l’université pour cause de panne de chauffage, la première conférence de ce semestre (Boulet) s’est tenue dans une galerie parisienne. Les étudiants prévenus à temps du changement de lieu n’ont pas été très nombreux mais je pense qu’ils ont passé un moment privilégié et plaisant. Pour l’invité, en revanche, le parcours du combattant commence (photo : Ronan Lancelot)

Pendant longtemps, c’était à moi de remplir les dossiers. On me fournissait des fiches sur papier fort et je demandais un peu piteusement à mes invités de me donner leur adresse, leur numéro de sécurité sociale, leur véritable nom pour ceux qui ont un pseudonyme, et quelques autres détails parfois fort indiscrets. Et ça se passait toujours mal, mais pas tout de suite : j’envoyais les dossiers, ils vivaient leur vie, et puis trois mois plus tard j’apprenais par mes invités qu’il y avait un souci, qu’on leur demandait subitement un nouveau document, une information oubliée, ou pire, qu’on ne leur demandait rien et que le dossier était juste perdu dans des limbes administratives de la plus grande opacité, et personne ne pouvait me renseigner sur ce qu’ils devenaient.
Certains invités m’ont mis en copie de mails légitimement énervés, j’ai toujours essayé de suivre les affaires mais ce n’était pas si facile, car je n’avais ni information ni pouvoir.
Récemment, mon université a décidé de rationaliser la procédure en mettant en place un système de formulaire en ligne à remplir par les intervenants eux-mêmes : je n’avais plus rien à faire, sinon donner les noms et les adresses e-mail desdits intervenants, la suite était dite « automatisée », c’est à dire à la charge des intervenants eux-mêmes3, ce qui me soulageait plutôt. Dès le début de la mise en place de ce système, des invités m’ont signalé que des éléments du formulaire bloquaient : on leur demande un diplôme qu’ils n’ont pas forcément, et on leur demande d’en produire une copie. On m’a parlé aussi de la requête d’un document établissant une « domiciliation bancaire », distinct de leur relevé d’identité bancaire…

Et puis cette année, un invité qui intervient dans quelques semaines me dit qu’il a presque fini de remplir son dossier mais ajoute : « j’attend mon retour du casier judiciaire ». J’ai d’abord cru à une blague destinée à exagérer le nombre des pièces à fournir. mais le gars semblait sérieux. Je me suis demandé s’il n’avait pas commis quelque erreur, coché une case sans rapport avec sa situation, mais lorsqu’une autre invitée m’a interrogé sur le fameux formulaire, je lui ai demandé si on avait exigé qu’elle fournisse un extrait de casier judiciaire, et elle m’a répondu positivement : « Oui !! ».
Consterné, mon premier réflexe a été de rendre publique cette requête scandaleuse4 par un tweet incrédule :

C’était une bonne idée, cela m’a permis de bénéficier du retour d’expérience de nombreuses personnes liées à une université ou une autre5, qui ont parfois dû renoncer à des revenus par appréhension du chemin de croix administratif qu’on leur avait imposé. À vrai dire, tout le monde a ce genre d’expérience, dont le niveau zéro, connu de tous les chargés de cours, est le fait de devoir faire acte de candidature pour savoir si on a le droit d’assurer une intervention ou un cours… des mois après l’avoir fait. Il y a quelques années, j’ai renoncé à me faire payer par l’université de Tours, où j’avais assuré un semestre de cours (frais de train remboursés, heureusement — ça ne doit pas émaner du même service) et noté les étudiants, car on n’arrêtait pas de me demander de nouveaux documents, et lorsque, des mois après que j’aie cru être en règle on m’a demandé une autorisation de cumul que j’avais déjà fournie, j’ai écrit :

Je ne suis pas certain d’avoir envie d’aller une fois de plus faire remplir des papiers à mon directeur (qui le ferait volontiers, cependant).
Donc laissez tomber mon dossier.

Le mec m’a juste répondu : « d’accord ! ». Et je n’ai plus entendu parler de l’administration de l’université de Tours, dossier clôt, mille deux cent euros qui n’auront pas à être versés.
Je suis toujours surpris que des gens eux-mêmes salariés ne semblent pas ressentir de honte à l’idée de participer à l’escroquerie pure et simple de personnes (ce n’est pas mon cas hein, je ne cherche pas à me faire plaindre) précaires. Mon expérience des grandes administrations comme celle de l’université est que les agents qui ne sont pas en première ligne, ceux qui ne rencontrent pas les enseignants ni les étudiants mais gèrent leurs dossiers, peuvent se montrer d’une légèreté étonnante sur les questions de confort matériel des employés précaires. Je ne sais pas exactement comment ça se passe, s’il suffit d’une personne incompétente ou de mauvaise volonté6 pour gripper toute la machine, s’il y a des reproches à faire aux personnes elles-mêmes où si c’est juste la mécanique administrative qui aboutit forcément à ces situations. C’est tellement courant dans les grandes administrations (publiques ou privées) que j’aurais tendance à penser que le problème vient bel et bien de la machine et non de ses agents. J’imagine qu’à partir d’une certaine échelle, ce genre de situation est une fatalité — dans les écoles d’art, qui ont un format plus familial, cela se passe bien différemment, on sait à qui s’adresser et le personnel administratif connaît les étudiants et les enseignants, ceux-ci ne sont pas des abstractions que l’on peut traiter comme des nombres.
Les enseignants qui m’avaient invité à Tours étaient, de leur côté, plutôt contrits et embarrassés, mais ce n’est pas eux qui ont la main, et je le sais bien puisqu’à Paris 8 je suis dans leur exacte situation : j’invite des gens mais je n’ai aucun pouvoir ni même aucun regard sur la manière dont ceux-ci seront traités. Quand on m’a à nouveau invité à intervenir à Tours auprès des étudiants de la promotion suivante, mes dents ont un peu grincé : et puis quoi encore ? Bien sûr, je suis moi-même salarié ailleurs, j’ai les moyens de m’asseoir sur un salaire ponctuel supplémentaire, mais rien ne dit que les gens pour qui la vie est plus difficile soient traités de manière plus correcte.

Je discutais sur les réseaux sociaux de cette question de dossiers à remplir lorsque plusieurs invités des années passées (ici une artiste, un auteur de bandes dessinées et un réalisateur de films d’animation) m’ont avoué avoir lâché l’affaire :

 

Et combien d’autres ?
Sans vouloir me faire plaindre, ce n’est pas la question, ces révélations provoquent chez moi un puissant sentiment de honte et l’envie de mettre le feu à l’université qui m’emploie. Mais passées ces humeurs improductives, j’aimerais comprendre : est-ce que tout ça est voulu ? Est-ce qu’il existe des directives, un projet conscient visant à décourager les intervenants de se faire rémunérer ?7 Est-ce que ces obstacles sont une méthode darwinienne pour s’assurer que seuls ceux qui sont vraiment aux abois iront jusqu’au bout pour se faire payer ? Est-ce que cela émane de la direction ? Est-ce que c’est la conséquence de décrets ministériels ? Est-ce que c’est juste la pente naturelle de chaque administration, suivant la théorie de la « cage d’acier », décrite par Max Weber, qui pousse les administrations à se « rationaliser » de manière toujours plus absurde, devenant des systèmes bureaucratiques qui, à force de calcul et de contrôle se révèlent juste oppressifs et paralysants ? Est-ce que c’est un cas d’application cynique des règles managériales éprouvées qui édictent que lorsque l’on veut baisser le coût de l’emploi ou pousser les employés à prendre la porte, il faut maltraiter ces derniers, élever le niveau de ce que l’on exige d’eux et les placer en situation permanente d’échec et de stress ? On peut parler aussi de l’évaluationnite qui a cours dans l’enseignement supérieur et qui impose aux établissements et à leurs agents de consacrer plus de temps à rendre compte de ce qu’ils font qu’à remplir effectivement leurs missions. Je dis l’enseignement supérieur, mais le cas des professeurs des écoles en primaire est sans doute encore pire de ce point de vue.

témoignage d’une invitée de ce semestre, sur Twitter, qui tente de remplir le dossier.

Une fois de plus, je constate que le « numérique » (ici un formulaire en ligne) se révèle un outil de choix pour empêcher la résolution de problèmes et laisser chacun dans une certaine solitude face aux dits problèmes : une personne de chair et d’os, à qui l’on s’adresse en face, n’aurait pas le cran de se montrer aussi maltraitante, aussi peu arrangeante, aussi catégoriquement impolie et aussi peu soucieuse d’aider que le peut un automate — qu’il s’agisse d’un portillon automatique du métro, d’une borne d’achat de billets ou du programme qui gère la validation d’un formulaire en ligne. Et bien sûr d’une administration, car une administration est bel et bien une machine. Comme je le disais pas plus tard qu’hier lors d’une conférence sur l’Intelligence artificielle, il ne faut pas craindre la méchanceté d’hypothétiques machines conscientes, celles-ci n’existent pas encore, mais bien les mauvaises intentions de ceux qui conçoivent des machines et se cachent derrière celles-ci pour agir nocivement.

En attendant, qu’est-ce que je dois faire ? Est-ce que je dois renoncer à mon cycle de conférences ? N’inviter que des auteurs dont les ventes sont si élevées qu’ils n’auraient pas l’idée de demander à être payés pour deux heures de leur temps ? Cesser de dire aux gens que j’invite qu’il s’agit d’un emploi rémunéré ? Enquêter pour comprendre d’où viennent ces dysfonctionnements ? Essayer de négocier je ne sais quoi avec je ne sais qui (les problèmes administratifs sont comme des savonnettes qu’on n’arrive jamais à saisir) ? Tout cela m’afflige, et je dis une nouvelle fois à mes invités que je me sens honteux d’avoir l’impression de les attirer dans une sorte de traquenard.

  1. En sept ans j’ai invité Cizo, Isabelle Boinot, Agnès Maupré, Papier gâché, Loo Hui Phang, Nine Antico, Thomas Cadène, Singeon, Marion Montaigne, Benjamin Renner, Xavier Guilbert, Aude Picault, Lisa Mandel, David Vandermeulen, Gabriel Delmas, Laurent Maffre, Ina Mihalache, Pochep, Charles Berberian, Geneviève Gauckler, Daniel Goossens, Paul Leluc, Nathalie Van Campenhoudt, Julien Neel, Delphine Maury, Étienne Lécroart, Clémentine Mélois, Thomas Mathieu, Jean-Yves Duhoo, Julie Maroh, Isabelle Bauthian, Boulet, Dorothée de Monfreid, Gilles Rochier, Kek, Colonel Moutarde et Pauline Mermet. []
  2. J’ai cru comprendre que certains se sont vus proposer la moitié seulement, mais j’ignore avec quelle justification. []
  3. C’est comme les automates dans les gares ou les applications qui remplacent les guichetiers : ils servent à déporter la charge de travail et la compétence de l’employé (dont on se débarrasse) sur l’usager. []
  4. Signalons au passage qu’à moi, en vingt-cinq ans d’emploi public en tant qu’enseignant dans le supérieur, on ne m’a jamais demandé un tel document. On ne m’a jamais demandé non plus de prouver que j’avais perdu vingt mois de ma vie à effectuer mon service national.
    Et au fait, que se passe-t-il pour un sociologue ou un anthropologue qui désireraient faire intervenir quelqu’un qui sort de prison ? Et même si la France n’est pas encore tout à fait la Turquie d’Erdoğan, il y a bien chez nous (ce sont la commission des droits de l’homme de l’UE ou des ONG liées aux libertés publiques qui le signalent) des activistes ou des journalistes tracassés judiciairement à des fins politiques : eux non plus on n’a pas le droit de les rémunérer pour intervenir à l’université ? Ne parlons pas, puisqu’il a toujours été hypocrite, du discours qui entoure la réinsertion des anciens détenus !  []
  5. Personne hors de Paris 8 n’a témoigné avoir eu droit à cette demande d’un extrait de casier judiciaire, il semble que ça soit une initiative locale. []
  6. Alors que j’avais toutes les peines à compléter mon propre dossier administratif de contractuel, une employée de mon université m’avait expliqué à demi-mot que ses lenteurs et ses erreurs étaient une forme de résistance passive car elle était opposée au fait que j’aie cet emploi (maître de conférences associé), non parce qu’elle avait quelque chose contre moi mais parce qu’elle était opposée aux emplois non-titulaires : pour une raison théorique, politique, elle aurait préféré que je ne touche pas de salaire et usait de tout son pouvoir pour ralentir mon dossier, mon paiement, etc.
    Un jour on m’a appris qu’elle est morte d’un cancer, ça ne m’a pas étonné car son bureau sentait fort le tabac et je soupçonne qu’elle y fumait. Je ne me souviens pas l’avoir abondamment pleurée lorsque j’ai appris sa mort quoiqu’elle m’ait toujours fait un peu pitié. Je n’ai pas non plus prié pour qu’elle rôtisse éternellement dans un enfer de paperasse absurde et de formulaires impossibles mais si on m’apprend que c’est l’endroit où on aura jugé bon de la transférer, je ne trouverai pas ça illogique. Oui je suis un peu méchant, mais je lui dois plus d’un cheveu blanc. []
  7. Le fonctionnement de l’université repose énormément sur le recours aux vacataires et autres contractuels qui assurent des cours pour bien moins cher que les titulaires — lesquels ne sont pourtant pas payés des fortunes. « L’autonomie » installée par Pécresse et Sarkozy a considérablement appauvri les universités : le nombre d’étudiants ne baisse pas, mais les revenus alloués par l’État sont forfaitaires et notoirement trop mal calculés pour que tout fonctionne, d’autant que certains frais nouveaux (surveillance contre le terrorisme notamment), augmentent. Et bien sûr cela se double d’un système d’évaluation qui fait croître la charge administrative qui pèse sur les enseignants ou force à recruter des personnels dédiés, avec injonction à préférer communiquer efficacement sur son enseignement et sa recherche plutôt qu’à enseigner et à chercher.  []

7 réflexions sur « La honte de l’hôte »

  1. Sylvette

    Pour ce qui est de mettre le feu, c’est une envie qui à mon avis démange pas mal de monde. A commencer par moi, même si je ne suis pas très douée pour les feux de camp ou même pour le crime en général !

    Répondre
  2. deuzeffe

    Ah, le parcours du vacataire… Chez nous (université de taille moyenne et grosse composante avec des soutières qui ont le service public chevillé au corps, bientôt retraitées, donc), ce n’est pas aussi kafkaïen, pour la bonne raison que c’est application de la loi, toute la loi, rien que la loi (ou décret, ou règlement, bref, le truc qui nous tient par les gonades). Donc, ça se passe plutôt pas mal, surtout avec les intervenants réguliers (mais pas uniquement). Les EC sont sommés par les soutières sus-citées de fournir à chaque fin de semestre (décembre et juin) une attestation d’intervention faite de façon à ce que les heures soient mises en paiement. En revanche, de temps en temps, un cadre A administratif, pris vraisemblablement d’une colique autoritaire, redemande toutes les données que l’on a déjà depuis des années. Les soutières en sont furieuses, mais ne peuvent malheureusement rien faire, « le pouvoir des petites cheffes » pourrait leur gâcher leurs dernières années de service.

    En revanche, les intervenants qui ne remplissent jamais leur dossier (pas aussi aberrant que celui de chez toi, donc) , qui ne précisent pas qu’ils ne veulent pas être payés (sissi, ça existe) bloquent pendant quatre ans après leur intervention les sommes qui ne leur sont pas versées et qui pourraient, je ne sais pas moi, rémunérer des intervenants supplémentaires ?

    Oui, la machinerie est plus que lourde, difficile à manier et que les choses se passent le moins mal possible est tellement personne-dépendant…

    Répondre
  3. Filux

    Et vous ne parlez pas… du fait que nous n’avons pas le droit d’employer de chômeur !! Avez-vous la même contrainte ? Mon administration refuse de devenir « employeur principal » pour un vacataire, et interdit donc que j’embauche quelqu’un qui est en recherche d’emploi !……

    Répondre
    1. Jean-no Auteur de l’article

      @Filux : Ah oui ? Chez nous il me semble que ça ne se pose pas pour un conférencier, sauf lorsqu’il s’agit de chômeurs de l’université, c’est à dire de personnes qui ont été ATER et perçoivent une pension directement versée par la fac. Il y a eu une affaire comme ça en tout cas.

      Répondre
  4. Da Scritch

    1- tu as tout à fait raison sur la difficulté du métier d’auteur dans le domaine de l’image
    2- ces demandes hallucinantes, je me demande si elles sont valides pour le RGPD (spoiler : non, donc rendez-vous le 25 Mai 2018)

    Répondre
  5. Mrbbp

    J’avoue avoir aussi souvent jeté l’éponge pour qlq demandes de remboursements ou de vacations tant la demande semble disproportionnée par rapport au plaisir qu’on a pu avoir à être là à partager avec des étudiants.
    Je suis dans ce même état d’évervement puis d’hébétude devant tant d’énergie perdue à emmerder les gens avec ces tracasseries. Ça n’est pas un acte frontal mais une suite anodine de tracasseries, de petits empéchements insignifiants pris un à un, qui dans leur ensemble te ferait pyromane ou batteur au baseball.
    Je m’interroge aussi sur ce phénomène kafkaïen du mur idéologique ou simplement du mur d’incompréhension que l’on peut ressentir à tenter de communiquer avec une administration.

    Je travaille dans l’education nationale depuis qlq temps. J’ai décidé par sentimentalisme ou commodité (…) d’adosser mon nom au nom de mon amoureuse comme font bcp d’épouses et je me suis vu imposer par un obscur chef de service, l’obligation de faire coincider mon patronyme à ma piece d’identité, arguant que mon salaire ne pouvait être versé à un nom différent!
    Quénanahafoute que je verse MON salaire à une pu**** de secte millénariste qui s’appelle pas pareil que mon nom? Quel age, j’ai? Qui ça regarde?

    Oui bcp d’absurdité et l’impossibilité de se faire entendre.
    Et c’est évidemment la dématérialisation des services qui va empirer les choses.

    Je suis par ailleurs assez curieux de connaitre le taux de « vendalisme » des radars automatiques… Qui ont dématérialiser en premier ( je me trompe sans doute) cette mesquinerie administrative…

    Répondre
    1. Jean-no Auteur de l’article

      @Mrbbp : je ne conduis pas alors je n’y ai jamais pensé, mais tu as raison, les radars automatiques servent effectivement à ça.

      Répondre

Répondre à Da Scritch Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.