Fillon, l’homme aux lames de rasoir

Lors de son discours du 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, François Fillon a évoqué une pratique barbare dont il affirme qu’on lui a dit qu’elle se pratiquait dans certains quartiers du département du Vaucluse, consistant à envoyer des lames de rasoir, au lance-pierre, dans les jambes des femmes qui portent des jupes courtes.
Une rapide vérification a permis d’établir qu’il était l’unique personne à avoir jamais eu connaissance d’une horreur pareille : la presse régionale ne l’a pas évoqué, aucune plainte ou main courante ou simple signalement n’est connue à ce sujet, il s’agit d’une totale invention de la part de François Fillon, ce qui n’empêche pas ce dernier de conclure que « Si ça c’est un jeu, alors il y a un profond problème d’éducation et de valeurs » et d’ajouter « qu’il existe une vision rigoriste de l’islam qui est hostile à l’émancipation de la femme, elle est peut-être minoritaire mais elle gagne du terrain ».
Récapitulons rationnellement : un crime imaginaire sert à dénoncer la mentalité de ses auteurs.
On peut rire du ridicule de la « post vérité » et des « alternative facts », mais ça ne me fait personnellent pas rire, non seulement parce que ça a très bien réussi à Donald Trump1, mais aussi parce que l’évocation des lames de rasoir me semble un indice fort d’une manipulation consciente : François Fillon (ou la personne qui a écrit son texte) ne croit pas à l’histoire qu’il raconte, mais, j’en fais le pari, est parfaitement consciente que l’évocation de lames de rasoir (ou des seringues) est typiquement employé sur les cobayes d’expériences de psychologie sociale pour créer un sentiment immédiat de douleur : les mêmes circuits neuronaux s’activent que pour la véritable douleur physique. Ce sentiment est puissant et instantané, « reptilien », comme on dit, et continue à agir sur la vision du monde de la personne malgré tous les démentis qu’apporte le raisonnement (essayez d’envoyer des lames de rasoir avec un lance-pierres, vous m’en direz des nouvelles) ou la vérification (personne n’en a jamais entendu parler). Au cinéma ou dans les séries (HBO, les spécialistes du genre), les blessures intrusives (John McClane qui rampe sur des éclats de verre dans Piège de cristal, par exemple) créent un fort sentiment d’immersion et d’identification, c’est une technique utilisée de manière assez systématique depuis une trentaine d’années. C’est (sauf intrigue ratée), le héros qui se fait infliger les blessures de ce genre par ses ennemis. Lui aura tendance à répondre de manière « propre » : arme à feu, projection du « méchant » depuis une certaine hauteur, programmation d’un piège explosif, etc., quand ce n’est pas le méchant qui se tue lui-même par maladresse accidentelle.

François Krueger. Oui, moi aussi je peux jouer aux associations (et mon montage reste gentil : il se rapporte à un univers bien connu et il est techniquement très approximatif)

Il s’agit donc ici de « hacking » mental, de manipulation pure et dure : en créant des images mentales repoussantes, on titille le micro-fasciste inquiet qui se cache au creux de la psyché de chacun, car dans le cas de beaucoup de gens, c’est lui qui déterminera le choix de vote, bien plus sûrement que tout calcul rationnel informé.
Un article du Nouvel observateur évoquait il y a quelques mois la manière dont Emmanuel Macron construit scientifiquement son programme, en commençant par recenser l’état de l’opinion, analyser ce que les gens ont envie d’entendre, notamment en termes de mots-clés, et le leur resservir comme programme. On peut y voir un comble de la démocratie (construire le programme avec les désirs des citoyens), mais on peut aussi se dire que ce qui importe est d’emporter la victoire, en se moquant du contenu réel. Et pourquoi se gêner, ceci dit : personne ne lit vraiment les programmes, l’élection se joue sur un mode affectif et ça n’a rien de neuf, mais ce qui est inquiétant, c’est que les techniques s’affinent, s’appuient sur une connaissance toujours plus pointue des failles de notre entendement, et, cumulées à d’autres techniques éprouvées, comme le battage médiatique, semblent diablement efficaces. Peut-être que ce qui me peine le plus, ici, c’est qu’il n’y aura bientôt plus du tout besoin de talent, d’intuition et d’inspiration pour réussir, il faudra être celui qui connaît les techniques les plus au point et qui a le moins de scrupules à les employer. Ce qui me peine aussi, c’est l’abandon du véritable débat d’idées, il suffit de trouver les bons leviers à tirer, et de parier sur l’abêtissement général.

  1. Nous avons pris Donald Trump pour un imbécile qui fait n’importe quoi mais il semble que ç’ait été exactement le contraire, cf. ce billet de Xavier de la Porte, Trump est plus innovant qu’on ne le pense. []

2 réflexions au sujet de « Fillon, l’homme aux lames de rasoir »

  1. FoucPérotin

    C’est la bulle médiatico-sondagière ! que j’ai décrite en 2011, quand j’espérais encore que ça soit Aubry et pas Hollande.

    http://pérotin.com/post/2011/10/10/La-bulle-médiatico-sondagière-peut-elle-éclater

    Mais je suis d’accord que ça à encore empiré depuis. La seule solution, c’est d’en finir avec la Ve République, et l’élection au suffrage universel du PR. Mais le truc de l’Assemblée constituante m’emmerde : c’est la bonne manière pour être sûr que ça n’arrivera pas. Trois bons constitutionnalistes nous pondraient très bien une belle constitution, qui pourrait être ensuite défendue par qui espère nos suffrages.

    Répondre
  2. nojhan

    Trois constitutionnalistes, c’est aussi le meilleur moyen d’avoir un truc bien conservateur. Ce que tu veux, en vrai, c’est une assemblée *comprenant* des constitutionnaliste encadrants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *